Tige de selle télescopique : tous les modèles classés par marque

Après mon premier article sur les tiges de selle télescopique et leur histoire qui portait davantage sur leurs caractéristiques et comment les choisir, je vous propose aujourd’hui un tour d’horizon bien plus complet des modèles présents sur le marché.

Accrochez vos ceintures, si vous pensiez que l’offre se limitait à quelques grandes marques, bienvenue en 2020 et la pléthore d’options dorénavant disponibles.

 

Rockshox Reverb


Rockshox Reverb Stealth

Pour commencer cette longue liste, honneur à la marque qui a réinventé et démocratisé la tige de selle télescopique. Et oui, on fera malheureusement ici l’impasse sur la Gravity Dropper. Et oui, d’autres marques ont apporté leur pierre à l’édifice, mais la puissance de frappe du fabricant de suspensions détenu par le géant américain SRAM a clairement fait de la Reverb un modèle hégémonique lors de son lancement.

La tige de selle télescopique à commande hydraulique a maintenant derrière elle une décennie d’existence, dix années de dominance du marché ponctuée par pas mal de controverses sur la fiabilité de ses modèles qui ont longtemps fait référence en termes de ventes à défaut d’être exempts de tout reproche côté conception.

SRAM s’est maintenant débarrassé du routage externe historique et commercialise aujourd’hui uniquement la version Stealth au routage interne, disponible depuis peu en mouture AXS wireless à un prix qu’il vaut mieux laisser hors de vue des âmes sensibles.

Chaque année ou presque la Reverb est mise à jour pour améliorer sa fiabilité et ses performances, et Rockshox annonce pour cette saison un nouveau lubrifiant Reverb Serene Fluid, une valve de purge “Vent Valve” située sous la selle pour purger l’air qui aurait migré vers l’huile, phénomène responsable de la si commune tige de selle qui descend toute seule de quelques milli…centimètres au bout d’un plus ou moins grand laps de temps après achat,  et un intervalle de maintenance qui passe de 400 à 600h.

La Reverb Stealth 2020 est proposée en débattements de 100, 125, 150, 175 et 200mm pour les trois diamètres de tube de selle standards (30.9, 31.6 et 34.9mm). Ces cinq débattements sont proposés via des longueurs totales respectives de 301, 351, 414, 467 et 519.5mm.

La Reverb AXS 2020 est quant à elle disponibles en débattements de 100, 125, 150 et 170mm, toujours dans les trois diamètres de tubes de selle, pour des longueurs totales respectives de 340, 390, 440 et 480mm.

 

Fox Transfer


Fox Transfer

Face à son concurrent historique dans le domaine des suspensions, Fox se positionne avec son modèle Transfer qui succède au D.O.S.S depuis 2016.

Contrairement à la Reverb, la Transfer dispose d’une commande par câble, qui, il faut le noter, est vendue séparément. La commande Fox existe en deux versions, l’une verticale et destinée aux transmissions multi-plateaux qui font usage d’un dérailleur avant, et donc d’un shifter supplémentaire, l’autre horizontale et conçue pour les transmissions mono-plateau qui libèrent le côté gauche du cintre.

On retrouve sur ce modèle une déclinaison Factory qui arbore le célèbre revêtement Kashima que la marque au renard décline sur ses fourches haut de gamme tandis que la mouture Performance moins dispendieuse propose une anodisation noire. Pour suivre la tendance générale, elle passe elle aussi cette année aux débattements supérieurs à 150mm avec une version 175mm.

La Fox Transfer est donc disponible en quatre débattements de 100, 125, 150 et 175mm pour des longueurs respectives de 357, 407, 457 et 505.7mm qui sont parmi les plus élevées de tous les modèles présents sur le marché. Les deux diamètres de tubes de selle les plus courants sont pourvus, soit le 30.9 et 31.6mm.

 

KS Lev


KS Lev Integra

KS Kind Shock fait partie des pionniers sur le marché de la tige de selle télescopique et décline sa gamme Lev depuis 2011.

Il existe actuellement trois modèles principaux. La KS Lev de base utilise un routage externe, formule qui en 2020 semble quelques peu anachronique, les principaux acteurs du marché étant tous passés à une intégration interne au cadre. La KS Lev Integra est la version avec routage interne du câble. Enfin la KS Lev Si est la version d’entrée de gamme de l’Integra.

Ces deux modèles à routage interne se dissocient principalement par l’utilisation de roulements et la possibilité d’ajuster la vitesse de retour de la selle sur l’Integra, plus dispendieuse. De plus, la Si opte pour une commande en polycarbonate là où sa grande sœur fait usage de l’aluminium.

D’autres moutures sont au catalogue de la marque mais visent un public restreint, comme l’eTen qui opte pour une activation via une commande sous la selle si old-school ou les déclinaisons carbone d’autres modèles.

Comme la Transfer et de nombreuses autres tiges de selle télescopiques, les trois modèles principaux de Lev utilisent une commande par câble qui en plus de se soustraire aux complications entraînées par le fonctionnement parfois aléatoire des commandes hydrauliques possède l’avantage de faciliter l’entretien de la tige de selle, le câble étant désolidarisable à l’envie de la base de celle-ci.

La commande en elle-même est rarement encensée par la critique mais a l’avantage d’être livrée avec la Lev et non vendue séparément.

Les Lev, Lev Integra et Lev Si sont disponibles pour des diamètres de tube de selle de 27.2, 30.9 et 31.5mm, l’Integra allant même jusqu’à 34.9mm. Les débattements varient pour chaque modèle mais l’Integra propose des versions de 80, 100, 125, 150 et 175mm tandis que sa petite soeur Si s’arrête à 150mm. La longueur totale de la Si est 10mm supérieure à l’Integra à débattement identique, avec par exemple 450mm pour 150mm de débattement contre 440mm pour l’Integra.

 

Crankbrothers Highline


Crankbrothers Highline

2016 fut une année importante pour le marché de la tige de selle télescopique avec la mise sur le marché, comme nous l’avons abordé plus tôt, de la Transfer de Fox, mais aussi celle de la Highline de Crankbrothers. Comme Fox dont la Transfer prenait alors la suite de la D.O.S.S, Crankbrothers n’en était pas à son coup d’essai et commercialisait avec la Highline un nouveau modèle introduit pour remplacer la Kronolog lancée en 2012. Contrairement cependant à la marque au renard, Crankbrothers avait fort à faire avec ce nouveau modèle, la Kronolog ayant été accueillie de manière épouvantable tant par la presse que ses utilisateurs à cause de sa désastreuse fiabilité entraînée par des choix de conception douteux.

Avec la Highline, la firme se base sur des choix technologiques bien plus en phase avec le reste du marché, notamment en ce qui concerne le système de verrouillage au coeur des problèmes de la Kronolog.

On retrouve donc une commande par câble (vendue séparément) au routage interne et une cartouche hydraulique fermée qui n’est pas conçue pour être maintenue mais facilement remplaçable. Ce choix technique ne détonne pas et s’avère tous comptes faits partagé par de nombreux produits concurrents.

Ce modèle est disponible en deux versions : Highline 3 et Highline 7. La seconde se différencie de la première par l’utilisation d’une cartouche où air et huile sont séparés. On retrouve également sur la version la plus haut de gamme le système de maintien de la selle dont la vis arrière pivote pour libérer le chariot, ce qui permet de plus facilement la mettre en place ou la retirer, tandis que la version plus abordable doit se contenter d’un traditionnel système à deux vis qu’il faut entièrement retirer avec les multiples pièces annexes.

La Highline 7 est disponible dans des débattements de 100, 125, 150 et 170mm auxquels la Highline 3 ajoute une option 80mm. Les longueurs totales respectives sont de 367, 417, 467 et 507mm pour la version haut de gamme et 370, 421, 469 et 505mm pour celle d’entrée de gamme. La Highline 7 n’est disponible que pour des diamètres de tube de selle de 30.9 et 31.6mm tandis que la Highline 3 s’acquiert également en 34.9mm, voir 27.2mm sur les modèles à faible débattement.

 

E-Thirteen TRS Plus


E-thirteen Plus

La tige de selle télescopique d’E*13 est un OVNI parmi les modèles présents sur le marché.

Si depuis la finalement récente démocratisation de cet équipement la norme a toujours été de passer par un ressort à air et une cartouche hydraulique moderne fournissant un ajustement infini, E-Thirteen va à l’encontre de l’ordre établi en proposant avec la TRS Plus un fonctionnement à ressort hélicoïdal permettant un ajustement par paliers pré-définis.

Ce retour aux sources qui rappelle forcément la Gravity Dropper est une perspective attrayante pour tous ceux qui ont connu des déboires avec les modèles de tiges de selle télescopiques habituels (soit peu ou prou tout rideur qui en a utilisé une pendant une période prolongée), une simplification qui sur le papier n’a presque que des avantages pour celles et ceux qui privilégient la fiabilité dans toutes les conditions au raffinement.

Cette simplicité est d’autant plus appréciable qu’à une fiabilité accrue s’ajoute un entretien facilité à la portée de tout le monde ou presque.

La TRS Plus utilise une commande par câble avec le même type de raccord à la base de la tige de selle que l’on peut trouver sur la Transfer ou la Lev Integra. La manette inclue, de type shifter, fait partie des plus appréciées du marché. Une seconde manette plus compacte est également disponible.

La TRS+ n’est disponible que pour les tubes de selle de diamètre 30.9mm et 31.6mm et en trois débattements : 125, 150 et 170mm.

 

BikeYoke Revive


BikeYoke Revive

Le besoin d’accroître la fiabilité des tiges de selle télescopiques a toujours été présent. Si certaines marques comme E-Thirteen sont revenues pour ce faire au bon vieux ressort hélicoïdal, les allemands de BikeYoke ont été les premiers à opter pour une autre solution en gardant un fonctionnement hydraulique qui s’appuie cependant sur une conception différente et une valve de purge que vous reconnaîtrez certainement puisqu’une des marques majeures sur le segment a équipé ses modèles d’un dispositif similaire cette année.

Lancée pour la saison 2018, la raison d’être de la Revive au nom équivoque est de mettre fin à l’infiltration d’air dans la partie hydraulique menant au si commun problème de la tige de selle qui se met à descendre sous le poids de son utilisateur. Plutôt que s’appuyer sur un traditionnel IFP qui nécessite d’être parfaitement scellé pour fonctionner correctement, elle repose sur une conception à twin-tubes. Le cylindre interne est complètement rempli d’huile et l’activation du piston permet de bloquer ou relâcher la tige de selle en ouvrant les ports qui permettent à l’huile de s’échapper vers le cylindre externe, ou migrer dans le sens opposé. Cette chambre externe est composée pour partie d’huile et pour partie d’air qui constitue le ressort. Quand on descend la selle et que l’huile migre du cylindre interne vers le cylindre externe elle compresse cet air, lorsque l’on active la commande pour faire remonter la selle l’air comprimé détend le système et une partie de l’huile revient dans le cylindre interne.

Les ports qui permettent l’échange entre cylindre interne et externe sont situés en bas du système, ce qui empêche théoriquement l’air présent dans la chambre externe de s’infiltrer dans la chambre interne tant que le vélo n’est pas retourné. Quand bien même ce serait le cas, BikeYoke a équipé la Revive d’une valve de purge au fonctionnement simplissime qui permet de revenir à un fonctionnement normal en quelques secondes, simplement en ouvrant la valve via une clé allen de 4mm puis en enfonçant la selle avant de la refermer. Ce faisant, on pousse un pin qui vient ouvrir le cylindre interne, permettant à l’air d’être repoussé vers le cylindre externe, avant de le refermer.

A cela s’ajoute un entretien facilité, réalisable en 10 minutes, pour les habituelles pièces d’usures (bagues, pins, joints).

La Revive utilise une commande par câble routé en interne et connecté via le système habituel que l’on a déjà décrit à maintes reprises dans cet article. La manette est fournie avec la tige de selle et existe en deux versions. La première est de type shifter et convient naturellement aux montages mono-plateau tandis que la seconde peut s’adapter à la présence d’un shifter à gauche.

Les déclinaisons sont moins nombreuses pour ce modèle moins répandu : 125, 160 et 185mm uniquement, pour des diamètres de tube de selle de 30.9mm et 31.6mm.

 

Thomson Dropper


Thomson Dropper

Thomson est une autre marque qui a rejoint le segment des tiges de selle télescopiques relativement tôt pour proposer au fil des ans des modèles incrémentalement améliorés. Bref, la firme basée à Macon près d’Atlanta fait parti du paysage et est un acteur que l’on a l’habitude d’observer sur le segment, sans toutefois proposer un selling point particulier pour ses produits outre un usinage de qualité qui se reflète abondamment dans leur prix public.

Deux modèles principaux cohabitent : la version basique au routage externe que l’on retrouve encore ça et là, et le Covert Dropper au routage interne. Le fonctionnement interne des deux modèles est des plus classique et s’appuie sur une cartouche hydraulique fermée.

La commande par câble livrée avec la tige de selle est un modèle assez classique à activation verticale.

La Covert Dropper est proposé pour les deux diamètres de tube de selle standards habituels : 30.9mm et 31.6mm. Côté débattements, il faudra se contenter de trois déclinaisons : 100, 125 et 150mm.

La Thomson Dropper ou Elite Dropper classique au routage externe propose quant à elle une option en 27.2mm.

Voir les prix : Thomson Dropper

 

Magura Vyron eLECT


Magura Vyron eLECT

Terminons aujourd’hui par le modèle qui a très tôt investi dans le futur, la Vyron eLECT de Magura. Enfin, si le futur c’est de devoir recharger tous les composants de son vélo. La marque allemande fut en effet la première à proposer une tige de selle télescopique sans fil, et ce dès 2016.

Côté mécanique, ce modèle emploie le classique système de cartouche hydraulique et ressort à air ajustable sous la selle avec blocage hydraulique.

Côté communication entre l’émetteur au niveau de la commande et le récepteur de la tige de selle situé juste sous la selle on retrouve le protocole ANT+. La batterie se recharge via mini-usb. Contrairement à un modèle purement mécanique, l’activation ne se fait pas en gardant le bouton de commande appuyé mais dans la demi-seconde qui fait suite à une pression unique sur ce dernier.

Cette commande est par ailleurs souvent décrite comme le point faible majeur de la Vyron eLECT, ce qui est bien dommage étant donné que ce fonctionnement sans fil constitue le selling point du produit.

Magura propose ce modèle en deux diamètres de tube se selle uniquement, 30.9 et 31.6mm et trois débattements : 100, 125 et 150mm. Les longueurs totales respectives s’élèvent à 396, 421 et 446mm respectivement.

 

OneUp Dropper Post V2


OneUp Dropper Post v2

Bonus suggéré de manière fort judicieuse par Damien dans les commentaires, le modèle OneUp apporte sa pierre à l’édifice en se différenciant sur deux points : une longueur totale et une longueur de stack réduites, ainsi que la possibilité de régler le débattement par paliers de 10mm.

La marque connue notamment pour proposer des solutions visant à élargir la plage d’utilisation d’une cassette en remplaçant des pignons ne déroge pas ici à sa philosophie habituelle qui consiste à proposer des alternatives simples mais innovantes qui répondent à un besoin précis et concret.

Le modèle offrant le plus de débattement atteint les 210mm pour une longueur totale contenue à 540mm. Les modèles de 120, 150 et 180mm affichent quant à eux une longueur totale de 360, 420 et 480mm respectivement, ce qui les place 20 à 30mm sous la longueur moyenne de la plupart de leurs concurrents. Seule la Reverb 2020 est compétitive avec une longueur totale similaire, l’avantage au niveau stack demeurant du côté du modèle de OneUp.

L’autre caractéristique de cette tige de selle est la possibilité de régler le débattement grâce à deux cales de 10mm chacune. Si le premier réflexe face à un tel système est de se demander à quoi bon il peut bien servir (après tout le problème jusqu’à récemment a toujours été de trouver des tiges de selle télescopiques proposant suffisamment de débattement, pas d’en retirer), il est intéressant de constater que l’offre a suffisamment évolué pour que des problématiques comme celle de la hauteur exacte de la selle en descente se posent alors qu’elles étaient autrefois et de manière relativement marginale réservées au DH. Parce que oui, même si ce n’est pas la fin du monde, il est possible d’avoir une selle trop basse en descente.

Bref, le modèle de OneUp a beaucoup d’atouts et opte comme beaucoup de tiges concurrentes pour une cartouche scellée remplaçable et une commande par câble vendue séparément. Dernière carte dans son jeu, un prix public qui fait de ce modèle proposé pour les diamètres de 30.9, 31.6 et 34.9mm une perspective bien alléchante.

 

Le mot de la fin


Dix ans après la genèse de la tige de selle télescopique moderne, le marché est passé d’un offre réduite composée de quelques rares modèles à un déferlement d’options sans fin. Je n’ai dans cet article pas abordé les modèles des marques très généralistes comme FSA, SDG, XLC, Funn ou SB3. Néanmoins, si vous pensez qu’un produit mérite sa place dans cette liste que je vais essayer de maintenir à jour, n’hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires !

 

Vous avez aimé ce guide ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine pour ne pas rater les prochains !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?
Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

Vous aimerez aussi :

Roues VTT : tout savoir sur la gamme DT Swiss
73
C'est reparti pour une nouvelle série de composants ! On va s'intéresser cette fois aux roues avec un premier arrêt sur une référence incontournable en la matière : DT Swiss.Fondée en 1994, la mar...
Test : Fox 32 Float CTD 150 2013 | Post Mortem
168
Pour ce second article de la série Post-Mortem qui remonte le temps pour revenir sur du matos d’autrefois, je vous propose d’aller plus loin encore qu'à l'épisode précédent et nous pencher sur une sér...
Transmission VTT : tout savoir sur la gamme Shimano
426
Pour faire faire suite à SRAM la semaine dernière, place à Shimano aujourd'hui !Après avoir accumulé un retard conséquent sur les transmissions 12 vitesses, tant au niveau conception que productio...
Transmission VTT : tout savoir sur la gamme SRAM
751
Après les freins et les tiges de selle télescopiques, c'est parti pour une courte mais intense série sur les transmissions. Courte parce qu'il n'y a réellement que deux géants qui proposent à grande é...

2 commentaires sur “Tige de selle télescopique : tous les modèles classés par marque

  • 29 février 2020 à 16 h 31 min
    Permalink

    Merci pour l’article, j’imagine que la OneUp aurait sa place aussi, connue pour son débattement ajustable et sa longueur totale intérieure à la moyenne (pour un même débattement évidemment).

    Répondre
    • 2 mars 2020 à 18 h 17 min
      Permalink

      Salut Damien,

      Excellente suggestion, je l’ai ajoutée à l’article, merci !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.