Roue libre DT Swiss Ratchet : comment ça marche et comment l’entretenir

DT Swiss est un nom incontournable dans le monde du VTT. Si la marque suisse (qui l’eût cru) propose également fourches et amortisseurs, c’est au niveau roues qu’elle en est un acteur majeur, synonyme de qualité et de fiabilité.

Le système propriétaire de roue libre à ratchet ou “(Star) Ratchet System” résume bien le savoir-faire de la marque. Etonnament simple, extrêmement fiable et robuste, très facile d’accès et d’entretien, il permet également de modifier l’angle d’engagement en remplaçant uniquement les deux couronnes dentées accessibles sans outil spécifique. Graisser sa roue libre est un jeu d’enfant, et c’est ce que je vous propose de voir dans cet article qui sera pour une fois des plus succints (si, vraiment !)

 

Fonctionnement


Le système à ratchet repose donc sur deux couronnes dentées pré-contraintes par un ressort chacune et qui se font face. Lors du pédalage, les dents sont emboitées et les couronnes, l’une solidaire du corps de roue libre et l’autre du moyeu via des cannelures, transmettent le couple de la transmission à la roue. Un des points forts de cette solution est d’ailleurs le nombre important de points d’engagement qui permet de transmettre un couple supérieur aux systèmes “pawl” classiques tout en étant très durable dans le temps.

Lorsque le pédalage cesse, en roue libre, la couronne côté corps de roue libre cesse son mouvement de rotation tandis que celle côté moyeu continue de tourner. Les dents ne sont alors plus engagées, et la seconde couronne tourne librement contre la première, dent contre dent, précontrainte par les ressorts qui permettent de constamment maintenair ce contact entre les couronnes en absorbant la variation d’altitude entre le moment où les dents sont dans un creux, et le moment où elles sont pointe contre pointe. C’est cette action des dents qui se chevauchent qui produit le bruit facilement reconnaissable de la roue libre.

 

DT Swiss Ratchet - couronnes dentées

 

Comme évoqué dans l’introduction de cet article, il est avec ce système extrêmement facile de modifier l’angle d’engagement de sa roue libre, car il dépend directement du nombre de dents que comportent les couronnes. Pour rappel, l’angle d’engagement dicte l’angle qu’il faut faire parcourir à vos pédales pour que la transmission soit à nouveau en prise après une phase de roue libre. Plus il est faible, plus l’on se sent en prise direct car le temps mort à la reprise du pédalage est d’autant plus faible.

Le minimum est de 18 dents, ce qui offre un système extrêmement fiable et robuste mais avec un angle d’engagement de 20°. On trouve cependant aussi des couronnes à 24, 36 et même 54 dents offrant respectivement 15, 10 et 6.6 degrés d’angle. La contrepartie de ce nombre plus élevé de dents est un système un peu plus fin qui nécessite une maintenance stricte et plus régulière, et un prix qui s’envole rapidemment. Comptez un peu plus d’une trentaine d’euros pour un kit d’entretien avec graisse, ressorts et un jeu de couronnes de 18 dents contre plus de cent euros pour la version 54 dents.

Si vous souhaitez changer vos couronnes pour avoir un meilleur angle d’engagement, voici les références DT Swiss de chaque kit pour simplifier vos recherches :

  • 18D – HWTXXX00NSKZLS
  • 24D – HWTXXX00NSKTFS
  • 36D – HWDXXX00N2884S
  • 54D – HWTXXX00NSK54S

Enfin, le système permet d’échanger facilement et à moindre coût son corps de roue libre pour le rendre compatible avec différentes transmissions comme passer de SRAM à Shimano, ou encore utiliser des capuchons différents pour le rendre compatible avec certains standards d’axe.

 

Entretien courant


Faire sortir le corps de roue libre pour révéler le système à ratchet est un jeu d’enfant. L’ensemble est maintenu par un capuchon enfilé sur l’axe qu’on peut retirer à la main si comme moi vous avez un modèle aux tolérances assez loose, ou avec un peu plus de force via une pince et un chiffon ou un étau avec des machoires tendres.

On retire ensuite le corps de roue libre, un premier ressort, les deux couronnes dentées, un deuxième ressort et enfin une entretoise. Une fois que c’est fait, vous pouvez nettoyer ce qui reste de graisse sur chaque élément ainsi qu’au niveau du moyeu.

 

DT Swiss Ratchet - elements roue libre

 

Pour regraisser, les directives DT Swiss sont assez pointilleuses, à commencer par la graisse à employer. Elle est de couleur rouge, sa référence est HXTXXX00NSG20S (à vos souhaits) et il vous en coûtera près de 15€ le minuscule pot de 20g. De rien. Il vous faudra l’appliquer en couche fine, par exemple avec un pinceau. Vu que je n’ai pas une âme d’artiste j’utilise une vieille brosse à dents, et étant donné que je n’ai pas de quoi m’offrir une assistante personnelle pour prendre des photos quand j’ai les doigts pleins de graisse, vous n’en verrez pas.

Rassurez-vous, rien de compliqué cependant. En fait la problématique que tentent de solutionner la graisse “spéciale” (dont on doit pouvoir trouver l’équivalent pour un dixième du prix, à condition de ne pas se tromper) et l’application très fine est la tendance de certaines graisses à coller, d’autant plus qu’elles sont appliquées en paquets et qu’elles sont épaisses. C’est quelque chose qu’on veut absolument éviter entre les couronnes dentées, sous peine d’avoir des sauts à l’engagement quand on passe de la roue libre au pédalage.

Rappellez-vous que seuls les frêles ressorts poussent chaque couronne vers sa jumelle, et qu’un gros pâté de graisse entre les deux soeurettes risque de poser de sérieux problèmes pour qu’elles s’encastrent l’une dans l’autre. Hmm, bref. Quoi qu’il en soit, plus vous avez de dents, plus les risques de voir le problème apparaitre si vous n’êtes pas un minimum scrupuleux sont importants.

Une fois que vous avez graissé les couronnes et leurs réceptacles aussi bien côté corps de roue libre que moyeu, vous pouvez remettre en place l’entretoise, les ressorts et les couronnes ainsi que le corps de roue libre. Attention au sens des ressorts, le côté le plus étroit est contre les couronnes.

Finissez par graisser la face interne du capuchon avec de la graisse rose tout ce qu’il y a de plus banal et enfilez-le sur l’axe pour terminer l’opération.

 

Le mot de la fin


Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un moyeu DT Swiss qui utilise cette technologie, vous n’avez maintenant plus aucune excuse pour ne pas réaliser l’entretien courant de votre roue libre régulièrement et par vous-même.

J’ai choisi de faire porter cet article uniquement sur les roues libres à ratchet, mais si vous avez un moyeu DT Swiss avec une roue libre de type “Pawl”, ne désespérez pas, vous pouvez aussi très facilement la regraisser, en ôtant le capuchon soit comme décrit aujourd’hui, soit en le dévissant, selon votre modèle.

 

Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine !

Besoin de plus d’informations ? Vous pouvez poser vos questions juste en dessous dans les commentaires !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

Vous aimerez aussi :

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

4 commentaires sur “Roue libre DT Swiss Ratchet : comment ça marche et comment l’entretenir

  • 10 juillet 2020 à 21 h 01 min
    Permalink

    bonsoir
    j ai un corps de roue libre dt swiss 36 dents ,en roue libre ma roue arriere fait beaucoup trop de bruit à mon gout.
    Si je passe en 18 dents ,ce bruit va til diminuer(j ‘tais habitué a du mavic) ou faut il passer en 54d
    merci

    Répondre
    • 13 juillet 2020 à 10 h 34 min
      Permalink

      Salut Marc,

      Ce qui change surtout en changeant le nombre de dents c’est le pitch du bruit produit, plus aigu, plus “agressif” avec plus de dents. Est-ce que le volume sonore augmente réellement ou est-ce une impression ? Probablement un peu des deux. Bref, pour moi pas de différence extrême à chercher de ce côté, et c’est dommage de passer à moins de dents pour cette raison même si tu parviens à grappiller quelques décibels.

      Ce que tu peux faire pour tenter d’atténuer le bruit c’est jouer avec la quantité et le type de graisse que tu utilises. Une fois re-graissé “normalement” il devrait déjà faire moins de bruit. Si tu utilises une graisse plus visqueuse et en plus grande quantité tu devrais avoir une roue libre plus silencieuse mais tu augmentes le risque que les couronnes peinent à s’engager, surtout avec plus de dents.

      Répondre
  • 11 juillet 2020 à 12 h 36 min
    Permalink

    Bonjour, un grand merci pour la qualité de vos articles!

    Une petite question : vous dites vers la fin de l’article “Attention au sens des ressorts, le gros côté est contre les couronnes.” Ce n’est pas l’inverse comme sur vos images au début de l’article? C’est à dire le petit côté des ressorts est contre les couronnes, ça me semblerait plus logique 😉

    Merci pour votre retour.

    Sportivement,
    Jean-Maurice Boisaubert

    Répondre
    • 13 juillet 2020 à 10 h 40 min
      Permalink

      Salut Jean-Maurice,

      Oui, tu as raison, c’est corrigé merci ! Je ne sais pas ce que j’ai voulu dire quand j’ai écrit l’article, il y a eu un problème à l’allumage d’un neurone je pense…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.