Réaliser l’entretien de son amortisseur VTT Fox en 6 étapes simples et rapides

En quoi consiste l’opération décrite dans cet article ?

Cet article VTT porte sur les amortisseurs à air Fox, les photos qui suivent étant celles d’un Float de 2013.

Pour cet entretien qui doit être effectué très régulièrement selon Fox (toutes les 8 à 30 heures selon les conditions), on va retirer l’amortisseur du cadre, dévisser la chambre ou manchon (“air can”), nettoyer les impuretés éventuelles et changer l’huile, avant de tout remonter. Cela dit, de ce que j’ai pu constater, Fox gonfle obstensiblement la fréquence recommandée de ses intervals de maintenance, ou alors je roule comme une mamie dans des endroits plus propres qu’une chambre blanche.

 

De quel matos ai-je besoin ?

Il va falloir vous équiper de clés allen pour retirer l’amortisseur du cadre, de votre main pour dévisser la chambre, de chiffons pour nettoyer et de Float fluid (l’huile Fox bleue) pour lubrifier. C’est tout !

Mise à jour 07/17 : Je me suis rendu compte grâce à vos commentaires que l’appellation Float fluid n’était pas toujours claire. Depuis 2016 et l’arrivée de la cartouche FIT4, Fox recommande l’utilisation à ce niveau et pour les fourches concernées de R3 suspension fluid, que l’on retrouve parfois sur certains sites marchands sous l’appellation “Fox fluid R3“. Ce produit vendu en bidons de près d’1L ne doit pas être confondu avec le Float fluid, vendu en conditionnement unitaire de 5ml ou petit bidon de 230ml. La viscosité du Float fluid est donnée à 30wt., celle du R3 est à 5wt.

 

C’est pas plus simple d’envoyer mon amorto chez un pro ?

Comme pour la vidange de fourche, celle de son amortisseur est une opération qui reste simple et sans risque particulier. Beaucoup de pratiquants n’osent pas réaliser l’entretien de leurs suspensions eux-même alors que ce n’est pas sorcier. Cela n’exclut cependant pas de laisser les opérations plus lourdes qui touchent la cartouche à un centre de service.

 

Etape 1 : vider l’air

Attention à ne pas négliger cette étape capitale, sinon vous risquez d’avoir de drôles de surprises en dévissant ! D’une manière générale, dégonfler un amortisseur ou une fourche est une bonne pratique à respecter (safety first !), même si l’on ne travaille pas sur la partie air, comme ça peut être le cas pour une vidange de fourche. Ici c’est le cas, puisque c’est justement la chambre qu’on va dévisser qui est sous pression. Vous comprenez mieux l’importance de laisser s’échapper l’air avant de l’ouvrir !

Il suffit pour cela d’ouvrir la valve qui vous sert à régler la pression, et soit utiliser le mécanisme de votre pompe haute pression qui vous permet de laisser passer l’air si elle en est équipée, soit tout simplement utiliser un objet pointu pour presser sur la valve et aboutir au même résultat. Une fois qu’il n’y a plus aucune pression (la suspension devrait légèrement s’affaisser), on peut passer à l’étape suivante.

On en profite au passage pour régler le rebond et la compression au minimum, ou passer en mode “descend” si l’amortisseur est CTD.

 

Etape 2 : démonter l’amortisseur

Comme je l’ai écrit dans cet article sur les amortisseurs à ressort, les axes sont souvent en deux parties qui se vissent l’une dans l’autre, ils vous faudra donc dans ce cas deux clés. Mais l’axe simple existe aussi, comme c’est le cas sur mon Zesty.

Pour se faciliter la vie on ne va pour le moment dévisser que l’axe opposé à la chambre, côté plongeur. Ca permet de laisser l’attache côté chambre solidaire du cadre, ce qui offre un excellent maintient pour dévisser le manchon. Adieu le passage par un étau avec des machoires tendres pour ne rien abimer !

Attention au moment de retirer le premier axe, si votre VTT est posé par terre le triangle avant du cadre (ou la roue arrière s’il est sur un pied) va avoir tendance à s’affaisser, vu que l’amortisseur n’est plus là pour le retenir. Selon le système utilisé, vous pouvez soit disposer un petit chiffon aux endroits du cadre qui vont frotter, soit ruser et aider le triangle avant à rester en position, par exemple en calant une pédale en hauteur. L’utilisation d’un canapé trainant par là est une solution testée et approuvée 😉 .

 

Lapierre Zesty suspension
Triangle avant astucieusement maintenu par la pédale une fois l’amortisseur sorti ;).

 

Etape 3 : dévisser la chambre

Normalement vous ne devriez pas forcer exagérément pour dévisser le manchon, qui se serre/déserre à la main. Si vous n’y arrivez vraiment pas, vous pouvez enrouler une vieille chambre à air autour pour avoir plus de force. Attention, quand vous retirerez la chambre complètement, il est fort probable que l’huile souillée coule un peu partout. Mieux vaut donc la laisser en place pour le moment, histoire de ne pas en mettre partout sur votre cadre tout propre !

Une fois que c’est fait, il n’y a plus qu’à dévisser le dernier axe pour libérer l’amortisseur.

 

Etape 4 : le grand nettoyage

On va commencer par nettoyer toute la vieille huile couleur marécage avec un chiffon, aussi bien sur la tige du piston que le plongeur. Ne pas oublier l’intérieur du manchon. Ensuite on s’occupe des joints en passant délicatement et en ajoutant un peu d’huile si besoin pour agglomérer d’éventuelles saletés. Encore une fois, ne pas oublier l’intérieur de la chambre et les joints qui y sont disposés, côté plongeur, ainsi que le pas de vis si besoin.

 

amortisseur air vtt fox float
Une fois démonté, rien d’exceptionnel, l’entretien courant reste une opération relativement simple. (cliquer pour agrandir)

 

Si vous avez décidé de changer les joints, c’est maintenant qu’il faut le faire.

 

Etape 5 : renouvellement de l’huile

Quand c’est tout propre, on peut changer l’huile ! Si vous avez acheté de la Float fluid en conditionnement unique de 5cc, vous avez exactement la quantité qu’il faut, à partager entre le plongeur et la tige du piston. Si vous avez la petite bouteille, il va falloir faire à l’oeil. Trempez votre doigt dans la bouteille et appliquez-en généreusement de chaque côté, ainsi que sur tous les joints. Vous pouvez également en appliquer un petit peu sur le pas de vis de la chambre.

 

Etape 6 : remontage

Là il va falloir un peu de force, et surtout la bonne technique ! Insérez le manchon sur le plongeur. Pour la revisser, il va falloir compresser l’amortisseur. Assurez-vous d’être sur une surface de travail qui ne va pas l’endommager ou posez le sur un chiffon, verticalement, plongeur en bas. Appuyez de haut en bas en utilisant votre poids pour compresser l’amortisseur, puis vissez la chambre. Serrez à la main. C’est tout bon !

Vous pouvez maintenant regonfler l’amortisseur pour qu’il retrouve sa longueur initiale, avant de le remettre en place sur votre cadre.

Des questions ? Des remarques ? Un point à éclaircir ? N’hésitez pas à en parler dans les commentaires !

 

Besoin d'aide pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Vous aimerez aussi :

VTT : comment choisir et remplacer le ressort de son amortisseur
8477
Mais il marche toujours mon amortisseur, pourquoi changer le ressort ? Le réglage du sag est la première étape à tout bon setup. Mais qu'est-ce que le sag ? C'est tout simplement l'enfoncement de la ...
VTT : comment régler ses suspensions – notions de base, sag et preload
5172
Dans cet article, je vous propose de nous pencher sur un élément essentiel du VTT moderne : les suspensions. Que vous possédiez un semi-rigide ou un tout-suspendu, un réglage adapté de la fourche comm...
VTT : comment régler ses suspensions – compression, rebond, courbe d’amortissement et to...
6851
Dans la première partie de ce dossier sur le réglage des suspensions (que je vous conseille fortemment de lire si ce n'est déjà fait), nous nous étions arrêtés à celui du sag, première étape incontour...
Test : Giant Trance E+ 2 2019
2024
Maintenant que la neige reste accrochée aux sommets, on peut le dire : l'hiver est là. Pour autant, avant de sortir les lattes et le fart, je vous propose un test complet du dernier VTT à assistance é...

18 commentaires sur “Réaliser l’entretien de son amortisseur VTT Fox en 6 étapes simples et rapides

  • 22 mai 2017 à 9 h 53 min
    Permalink

    Bonjour,
    merci pour ce tuto.
    j’ai une pette question car c’est mon premier entretien d’amortisseur : quelle viscosité de float fluid doit je mettre dans mon amotisseur ? On trouve du float fluid bleu à 5, 7, 15, 20…..
    mon vélo a 2ans, faut il changer les joints ?
    d’avance merci
    Maxime

    Répondre
    • 23 mai 2017 à 13 h 39 min
      Permalink

      Salut l’hermette,

      A ce que je sache le float fluid est donné à 7wt, qu’il soit en conditionnement individuel de 5ml ou en petite bouteille de 230ml. Je suis curieux de savoir où tu trouves ces différents indices.

      En ce qui concerne les joints, tout dépend de ta fréquence de ride et des conditions, mais après deux ans c’est en effet plutôt une bonne idée de les remplacer.

      Répondre
  • 23 mai 2017 à 23 h 04 min
    Permalink

    Salut,
    merci de votre réponse.
    viscosité: 30 wt chez probike, purebike, ruevdu vélo
    viscosité 20W chez la boutique rocky sport,
    7 wt sur ultimebike…
    On s’y perd

    Répondre
    • 24 mai 2017 à 0 h 42 min
      Permalink

      Salut Maxime,

      En effet je viens de la trouver listée à 30wt chez AT et 7wt chez PBS…

      Quoi qu’il en soit c’est sans doute une erreur dans la description. Fox référence le float fluid sous une unique dénomination dans ses documents techniques, sans différenciation de viscosité.

      Pour info elle n’est pas mentionnée sur la bouteille, et le float fluid est bien plus visqueux au toucher que la Green 10wt par exemple. Vorsprung avait fait un épisode sur le sujet en début d’année je crois, qui expliquait en gros qu’un huile donnée par exemple à 10W pouvait avoir une viscosité (cSt) très différente d’une autre donnée également à 10W. Tu le retrouves notamment en comparant les indices SAE entre huile de boite et huile moteur.

      Bref, tout ça pour dire que quelque soit le site sur lequel tu l’achètes, ton float fluid devrait bien être le même 😉 .

      Répondre
  • 6 novembre 2017 à 21 h 20 min
    Permalink

    Bonsoir
    Je ne peux plus verouiller mon amortisseur fox triad || , la manette est bloquee
    Est ce que vous pourriez m indiquer comment procéder ou me recommander un pro?
    Merci
    Cdt
    Nolanmaelanae@gmail.com

    Répondre
    • 8 novembre 2017 à 21 h 48 min
      Permalink

      Salut,

      Si le levier propedal est bloqué tu as un problème au niveau de la cartouche.

      Tu peux contacter le service center de Fox en France pour leur demander un devis et l’envoyer en réparation, mais ce sera à la louche entre 100 et 200€ (voir plus).

      La question se pose donc de passer sur un amorto neuf (ou occasion) plus récent, le Triad étant quand même un très (très) vieux modèle.

      Répondre
  • 18 novembre 2017 à 12 h 36 min
    Permalink

    Bonjour je trouve mon fox ctd trop linéaire sur un Specialized enduro 29 et je sais qu’il existe un système de token mais hors de prix (50€) les 3 bouts de plastique. Est il possible de mettre un fond d’huile de suspension dans la chambre d’air pour augmenter la progressivité (puisque diminuant forcément la taille de la chambre ) comme ça se fait dans certaines fourches …?

    Répondre
    • 19 novembre 2017 à 21 h 32 min
      Permalink

      Salut,

      Pour moi ce n’est pas une bonne solution, l’huile risque de migrer vers la chambre négative.

      Ce hack est possible sur certains anciens modèles de fourches Float(j’y ai recours sur ma Float 32 de 2013) parce qu’elles utilisent un ressort négatif hélicoïdal plutôt qu’un ressort négatif à air. Tu as aussi des vieux modèles de fourches avec deux chambres à air distinctes à pressuriser séparément (dual air chez Rockshox par exemple).

      Dans ces cas, le système ne s’appuie donc pas sur le transfert d’air de la chambre positive vers la chambre négative pour les équilibrer : les deux ressorts sont indépendants et l’huile que tu ajoutes d’un côté ne risque pas d’être transférée de l’autre.

      En revanche, dans le cas des amortisseurs Float tu as des transfer ports à l’intérieur du manchon qui permettent à l’air de circuler entre chaque chambre pour les équilibrer quand l’amortisseur n’est pas compressé. Le risque est donc que l’huile que tu ajoutes dans la chambre positive se retrouve dans la négative.

      Répondre
  • 20 mai 2018 à 6 h 09 min
    Permalink

    Bonjour, je découvre votre blog et votre expérience est enrichissante.
    Je dois changer mon amortisseur Fox , j’en ai acheté avec les mêmes entraxes et surprise.
    Comment changer l’orientation des buselures qui doivent être comme celles de la photo ( axes perpendiculaires)
    En effet le neuf a les buselures avec les axes parallèles.
    Merci pour votre réponse, je vais continuer les autres pages.

    Répondre
    • 20 mai 2018 à 9 h 43 min
      Permalink

      Salut Pascal,

      Merci pour ton commentaire !

      Tu peux sans problème faire pivoter le plongeur pour que l’oeillet soit à 90°. S’il est sous pression mieux vaut le vider de son air avant, ce sera beaucoup plus facile.

      Selon les modèles ça vient plus ou moins vite, parfois ça passe à la main, parfois il faut ancrer un des oeillets et passer un axe dans l’autre pour le faire pivoter.

      Répondre
  • 20 mai 2018 à 11 h 47 min
    Permalink

    Merci pour ta réactivité, j’y avais pensé sans trop y croire.
    A tout hasard , aurais tu un avis sur cette question:
    Je compte remplacer UN ROCKSHOX Monarch Plus Debonnair RC3 de 2016 par un FOX FLOAT DPS Factory(Kashima) 3pos-Adj Evol LV (vol. oeillet) 2018, est ce un bon choix ?
    Est ce que le fox est plus performant?
    Merci.

    Répondre
    • 20 mai 2018 à 22 h 22 min
      Permalink

      Je peux pas te faire de retour perso mais de manière générale, à moins d’avoir identifié un problème spécifique (réglage manquant, lockout, surchauffe, …) , je suis assez réservé sur la marge de performance qu’on peut gagner en swappant un amortisseur par un autre de même gamme.

      Beaucoup d’éléments entrent en jeu sur une suspension arrière, spécifiques d’un vélo à un autre, c’est plus difficile à évaluer que pour une fourche. Tu peux préférer un modèle par rapport à un autre parce que le tuning correspond plus à la cinématique de ton vélo alors que sur un autre ce sera le contraire.

      Bref, du coup ton retour une fois que ce sera fait m’intéresse !

      Répondre
    • 26 septembre 2018 à 15 h 33 min
      Permalink

      Suivant la cynématique de ton vélo, l’amorto X n’est pas le même au niveau laminage. Il est reglé usine pour tel vélo et une certaine plage de poids de pilote.
      Un FOX Y n’est pas le même sur Spé que sur un Scott par exemple. Si tu veux changer d’ amortsseur pour de la seconde monte il faudrait le faire préparer pour ton vélo et ton poids.

      Répondre
      • 26 septembre 2018 à 18 h 17 min
        Permalink

        Sans rentrer trop dans les détails c’est un peu plus compliqué (et simple à la fois), les deux ne sont pas liés directement. Tu peux interchanger ton Fox X et ton Fox Y (ou ton RS X et ton Fox Y dans l’immense majorité des cas) sans problème en gardant le même tuning d’usine en compression et rebond/détente, M/M par exemple. A ma connaissance les assembleurs piochent dans ce qui est disponible chez Fox/RS/… et à part les montages custom il n’y a jamais de tuning spécifique interne fait chez l’assembleur. Déjà rares sont les marques qui utilisent un tuning factory différent selon les tailles de cadres même si certains modèles haut de gamme US comme chez Pivot ou RM peuvent venir avec un nombre différent de spacers dans la chambre.

        D’ailleurs ces tunings différents tendent à disparaitre chez certaines marques qui privilégient une plus grande plage de réglages en externe, alors que chez SRAM par exemple on continue sur ce modèle et on a tendance à laisser peu de réglages disponibles à l’utilisateur, ce qui impose de réorganiser la shim stack si on souhaite en dévier. La marque produit de la doc technique très explicite pour le faire soi-même, mais c’est clairement à mon sens un pas en arrière, surtout sur les amortisseurs à ressort hélicoÏdal.

        Pour rebondir et revenir à la préparation, c’est justement parce que les utilisateurs ont tendance à se régler n’importe comment que les fabricants tendent à réduire le nombre de réglages disponibles. Quand tu considères ce fait et pour en avoir discuté avec des acteurs de l’industrie, la sacro-sainte préparation est plus hype qu’autre chose. A moins d’avoir un gabarit hors-norme et/ou un besoin très spécifique, la différence se fait surtout dans la tête. Certains veulent une prépa alors qu’ils roulent avec une courbe d’amortissement pourrie et auraient juste besoin de quelques coups de pompe et un ou deux spacers, d’autres pensent qu’ils vont avoir un réglage aux petits oignons, comme s’ils avaient passé deux jours en park avec capteurs et techs pour ajuster le matos au moindre click, alors qu’ils gagneraient plus à utiliser un ShockWiz pour se régler sur leurs sentiers.

        Répondre
  • 26 septembre 2018 à 15 h 26 min
    Permalink

    YO.
    C’est bien gentil ton tuto, mais tu change pas l’huile avec ta méthode. Le petit tube bleu fourni avec les joints est là pour le bon fonctionnement de l’amorto, pas pour le laminage. Tu ne touche pas dutout à la partie hydrolique

    Répondre
    • 26 septembre 2018 à 18 h 20 min
      Permalink

      Salut,

      En effet, comme je l’explique assez clairement dans les premiers paragraphes l’article traite de l’entretien le plus courant, facilement réalisable par tout le monde, et exclut la cartouche, plus long, plus délicat, qui demande beaucoup plus de matos et est à faire (en théorie) toutes les 200h.

      Répondre
  • 15 octobre 2018 à 21 h 07 min
    Permalink

    Bonjour
    Sur une Float RP2 je n’est plus d’action quand j’utilise la manette propédal.
    Est ce que vous pouvez me dire si c’est un pb d’air ou bien de la partie hydraulique?
    Merci

    Répondre
    • 16 octobre 2018 à 18 h 09 min
      Permalink

      Salut,

      Hydraulique ! Pour éviter de pomper au pédalage le ProPedal augmente la compression basse vitesse. Si tu ne sens plus de différence entre les différents modes ton problème vient certainement de là.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.