VTT – Comment choisir une paire de pédales plates ?

Le choix d’une paire de pédales plates n’est pas des plus facile, avec une offre importante qui, pour ce qui semble être un composant périphérique relativement simple, regorge pourtant de caractéristiques techniques pouvant paraître compliquées.

Entre composite, magnésium, plateformes extra larges, roulements scellés, bagues ou encore picots en surnombre, il est souvent difficile de faire la part des choses entre les facteurs qui ont une vrai importance, et ceux qui en ont peu pour profiter de chaque seconde sur les singles.

Je vous propose dans cet article de nous pencher en détails sur les caractéristiques qui définissent une pédale plate et différencient un modèle d’un autre, ainsi que les solutions à privilégier selon la pratique et les attentes de chacun.

 

Matériau : aluminium, magnésium ou composite ?


Choix pedales plates VTT - Materiau

On trouve deux grandes catégories de pédales plates : celles dont la plateforme est en métal, le plus souvent en aluminium, et celles faites d’un composite, le plus souvent le nylon, couramment appelées pédales en plastique, avec un brin de dédain pour celles qui ont pendant longtemps été largement boudées. On trouve aussi des plateformes en magnésium, plus onéreuses, qui permettent par rapport à l’aluminium de gagner quelques grammes.

Le choix du matériau de la plateforme a un impact sur trois points majeur : la longévité de la pédale, son poids, et son prix. On pourrait penser qu’il influe aussi sur sa solidité, mais ce n’est pas réellement le cas. Les forces les plus importantes sont supportées par l’axe de la pédale, qui se doit d’être suffisamment robuste, mais une plateforme en nylon n’est sur le terrain pas plus prône à une casse catastrophique qu’une autre en aluminium.

“Les plateformes en nylon sont beaucoup plus sensibles aux chocs.”

C’est donc la durée de vie des pédales qui constitue la différence majeure entre une plateforme en composite et une plateforme en métal, en conférant un avantage certain à cette dernière. Logiquement, les plateformes en nylon sont beaucoup plus sensibles aux chocs contre le terrain qui sont monnaie courante lors de toute sortie. L’épée de Damoclès qui trône au-dessus des pédales en plastique est la propension des picots à se déloger lors de ces chocs, en emportant au passage le pas de vis, rendant impossible l’installation d’un picot de remplacement.

En ce qui concerne le poids en revanche, c’est la pédale en composite qui bénéficie d’un avantage, permettant souvent de gagner une centaine de grammes par paire. Pour comparer un même modèle qui offre les deux options, les Crankbrothers Stamp v1 en composite affichent 329g sur la balance tandis que la paire de Stamp v2 en aluminium est donnée à 439g, soit une différence de 110g. Les Stamp v3 sont également disponibles avec une plateforme en magnésium et le même spindle en chromoly pour un poids de 386g, ce qui représente un gain avantageux qui a un coût.

“Les pédales en composite sont les plus abordables, celles en magnésium les plus dispendieuses.”

Les pédales en composite sont les plus abordables, celles en magnésium les plus dispendieuses, d’autant plus que les plateformes ayant recours à ce matériau sont souvent associées à d’autres matériaux haut de gamme, sur l’axe par exemple, qui peut être en titane sur certains modèles. Pour reprendre l’exemple des Stamp de Crankbrothers, le prix public d’une v1 est de 50€ tandis que la v2 est affichée à 80€. La Stamp v3 avec plateforme en magnésium est quant à elle disponible pour 120€.

Enfin, on peut mentionner le grip, qui toutes choses (nombre et emplacement des picots, format de la plateforme) étant égales par ailleurs, est souvent un peu meilleur sur les modèles en aluminium qui incluent une texture rugueuse sous la chaussure, supérieure au travail fait sur les modèles en composite pour leur donner du relief. Cet avantage est toutefois à relativiser dans le temps, cette texture ayant parfois tendance à disparaître avec l’usure. Un excellent exemple de cette dégradation dans le temps sont les populaires Shimano Saints MX80 dont la surface en contact avec le pied devient avec le temps lisse comme un miroir, modulo la hauteur de picots sélectionnée.

 

Taille, épaisseur et forme de la plateforme


Choix pédales plates VTT - Plateforme

Au-delà du matériau utilisé, la form factor de la plateforme est un point important à considérer, puisqu’il va être au cœur des performances offertes par une paire de pédales.

Le premier élément à étudier est la taille de la plateforme. Plus elle est grande, meilleur est le support qu’elle offre, et plus elle est adapté aux grands pieds.

Une plateforme trop étroite peut laisser l’extérieur du pied dans le vide, ce qui n’est jamais agréable, surtout si l’on utilise des chaussures souples comme des Freeriders. A l’inverse, une plateforme trop large, si elle n’est pas optimale au niveau poids, est également un désavantage quand il s’agit d’évoluer dans les étroits sentiers de montagne ou entre deux obstacles.

“Une plateforme trop courte offre une surface d’appui réduite.”

Une plateforme trop courte offre une surface d’appui réduite, sont moins stables, et certaines marques (qui restent toutefois bien rares) ont carrément basculé en faveur de plateformes extra-longues qui ont leurs adeptes. C’est le cas des Catalyst de Pedaling Innovations, compagnie fondée par James Wilson, qui, si vous lisez Glisse Alpine depuis sa genèse, vous dit sans doute quelque chose, puisque je faisais référence à son engagement en faveur de la pédale plate dans mon article sur le choix entre pédales plates et pédales automatiques.

Si le ratio longueur/largeur de la plateforme joue un rôle important, un autre point qui mérite de s’y attarder est la courbure qu’elle offre sous le pied.

Il est communément accepté qu’une plateforme légèrement concave est préférable à une plateforme plate, ou pire, convexe. Ce type de shape offre un meilleur grip en conférant au pied et à la semelle de la chaussure une interface qui ressemble à celle d’une bille dans une goulotte, ce qui leur permet d’être mieux maintenus.

Nukeproof Horizon Pro Sam Hill

Le problème, c’est que cet avantage mise de côté, tout s’oppose à cette géométrie concave. Il y a tout d’abord le problème de l’axe de la pédale, qui occupe une place difficile à réduire. Certaines pédales optent pour un axe très fin, ce qui correspond à la tendance générale des modèles assez haut de gamme, mais tend à réduire la robustesse de la pédale et sa longévité.

Une solution est de garder un axe de gros diamètre, mais d’augmenter la hauteur de la pédale, à l’avant et à l’arrière, pour garder cette courbure. Ce parti pris amène deux nouveaux problèmes : d’une part la hauteur ou épaisseur de la pédale augmentant, on déplace le centre de gravité du bonhomme vers le haut, ce qui n’est jamais une bonne chose. D’autre part, un problème peut-être plus sensible est la propension à faire taper les pédales contre les obstacles du terrain. Si ce n’était pas un problème il y a dix ans, les boîtiers de pédalier sont aujourd’hui bas, voir très bas sur certains VTT, ce qui peut faire de ce point au semblant absurde un vrai fléau, rendant chaque millimètre gagné un vrai avantage. Ce n’est pas par hasard que les pédales très épaisses comme les DMR V12 qui constituaient une référence il y a une dizaine d’années sont aujourd’hui ultra minoritaires.

“Certains modèles choisissent tout simplement de se passer d’une plateforme concave.”

Une autre solution parfois employée par les marques est de faire varier la longueur des picots. En gardant une plateforme plane et en utilisant des picots plus longs aux extrémités avant et arrières, on force la chaussure à davantage “tomber” au centre de la pédale. Comme les autres propositions, c’est une solution imparfaite. Les picots au centre de la pédale peuvent être trop courts et ne pas fournir beaucoup de grip, les picots aux extrémités trop longs et ne pas permettre le contact de la semelle sur la surface de la pédale, tout en augmentant les chances qu’un picot soit arraché lors d’un contact avec le terrain.

Enfin, certains modèles choisissent tout simplement de se passer d’une plateforme concave et partent sur une surface plane, voir légèrement convexe, ce qui est fort regrettable. Une protubérance au niveau de l’axe, en plus d’être un design inefficace en termes de grip, peut se révéler très inconfortable à l’utilisation.

Ces considérations mises à part, un travail plus ou moins important est fait pour mettre en balance style, poids, grip et aspects fonctionnels. Beaucoup de modèles présentent par exemple une largeur plus importante au niveau de l’axe que du bord d’attaque, afin à nouveau de lutter contre les chocs impromptus avec les rochers égarés.

 

Nombre et type de picots


Choix pédales plates VTT - Picots

Les picots jouent malgré leur petite taille un rôle essentiel dans le maintien de la chaussure. Beaucoup de configurations différentes existent, avec un nombre variable de picots, mais si l’on trouve le plus souvent une rangée à l’avant et une autre à l’arrière de la plateforme, il faut noter que plus ne veut pas toujours dire mieux.

Les picots sont souvent vissés dans la plateforme via l’une des deux méthodes suivantes.

La première et de visser le picot directement sur la surface à laquelle il est rattaché. C’est un peu la méthode historique, qui permet d’employer ce qui est peut-être le plus communément disponible et le moins spécifique des picots, fileté et possédant une empreinte à six pans qui permet de le visser directement. C’est le moins spécifique, vu qu’il s’agit finalement d’une banale vis sans tête, mais aussi à mon sens un des meilleurs picots, l’empreinte et le filetage permettant de vraiment venir mordre la semelle pour un maximum de grip.

“Le gros point positif est la disponibilité de ces picots […] qui permet de les remplacer à loisir dans le magasin de bricolage du coin”

Le point faible de ces picots est l’exposition de l’empreinte, qui outre la facilité avec laquelle elle se remplit de terre, peut facilement être endommagée et nécessiter de passer par une autre méthode pour extraire ledit picot. Rien de sorcier cela dit, une simple pince fait l’affaire. Le gros point positif est la disponibilité de ces picots non spécifiques à l’industrie du VTT, et leur prix plancher qui permet de les remplacer à loisir dans le magasin de bricolage du coin sans avoir l’impression de payer un quart du prix de la pédale pour quelques vis.

L’autre méthode est de visser le picot à travers la pédale, à partir de la surface opposée. Cette méthode demande un picot spécifique, avec une tête qui une fois en appui contre la surface opposée permet de le verrouiller. Ce type de picot est parfois livré avec des rondelles qui permettent de faire varier sa longueur effective. Sa spécificité fait de ce genre de picot un appendice souvent travaillé pour offrir une interface spécifique avec la semelle. Certains ont un bout carré lissé, d’autres un simple filetage, et d’autres encore sont échancrés.

“La spécificité de ces picots […] entraîne un surcoût difficilement justifiable au moment de les remplacer.”

L’avantage de cette méthode est que quel que soit l’état du picot, l’empreinte sur la tête de vis est rarement endommagée, et permet ainsi de retirer le picot sans problème pour le remplacer. Le point négatif est que la spécificité de ces picots, parfois jusqu’à un modèle précis, avec des longueurs ou diamètres différents, entraîne un surcoût difficilement justifiable au moment de les remplacer, les faisant souvent entrer dans la catégorie du petit matériel qui ne va pas nous ruiner mais dont on sent clairement le prix tiré vers le haut à cause de l’utilisation d’un format spécifique.

L’autre point négatif, qui n’est pas directement en lien avec la méthode d’installation, mais davantage avec le travail du picot (qui par ailleurs existe aussi sur certains modèles à vissage direct), est l’émergence de ces profils différents, à mon sens tous plus inutiles les uns que les autres, et la majorité du temps contre-productifs. Le pas de vis fileté, et son alter-ego avec empreinte six pans, sont les meilleurs formats pour assurer un grip optimal de la semelle. D’autres comme les profils en V tirent leur épingle du jeu, mais pourquoi tant de convolutions pour un résultat au mieux identique ?

Le pire du pire est sans doute les profils carré lissés, parfois travaillés pour être hexagonaux ou octogonaux, sans toutefois apporter quelqu’avantage que ce soit tout en tirant le grip vers le bas. Veiller à la longévité de la semelle du pratiquant occasionnel pour une paire à 50€, pourquoi pas, mais sur une paire à trois chiffres qui sera de toutes manières utilisée avec une chaussure spécifique, c’est bien plus discutable.

 

Conception interne : axe, roulements, bagues et scellage


Choix pédales plates VTT - Conception interne

On termine par la conception interne de la pédale, soit tout ce qui tourne autour (tourner, pédale, axe, tout ça, tout ça) de l’axe de celle-ci. Axe qui est par ailleurs le plus souvent en acier chromoly, voir en titane sur les modèles les plus haut de gamme pour gagner quelques grammes.

De manière générale, la plupart des axes s’appuient sur plusieurs roulements ou bagues pour répartir les forces. Le choix d’un roulement ou d’une bague est un choix de conception qui peut être lié à l’épaisseur de la plateforme. Une bague prend moins de place qu’un roulement, mais sa longévité est limitée, élément toutefois à mettre en perspective avec la qualité du roulement comme nous allons le voir. Certaines marques font parfois le choix de cumuler les deux solutions en utilisant un roulement scellé et une bague.

“L’idée derrière les roulements scellés et de ne jamais avoir besoin de les entretenir.”

Une question récurrente est celle du choix entre une conception qui s’appuie sur des roulements scellés ou des roulements ouverts. L’idée derrière les roulements scellés et de ne jamais avoir besoin de les entretenir, avec la promesse qu’une paire tienne des années sans dégradation de ses performances. A l’inverse, les roulements ouverts vont souvent de pair avec une conception qui permet de facilement faire sortir l’axe pour nettoyer et graisser ce qui doit l’être, permettant ainsi à l’utilisateur de rapidement remettre dans un état proche du neuf ses pédales autant de fois que nécessaire durant leur vie pour un coût dérisoire.

Dans les faits, la pratique n’est pas toujours au niveau de la théorie, et si les conceptions scellées sont sur le papier supérieures, il est courant que la promesse ne soit pas tenue et qu’elles finissent plus tôt que prévu avec une partie des singles à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur de la pédale. Cela étant dit, ma paire de Wellgo B-54 à laquelle j’avais déjà fait référence dans mon vieil article sur le choix entre pédales plates et pédales automatiques (je sais, j’en reviens toujours à ces pédales moches et énormes mais absolument increvables), qui repose sur une conception scellée, tourne toujours comme au premier jours après bientôt dix ans d’utilisation sans le moindre entretien.

“Aujourd’hui les conceptions à roulements ouverts se font rares.”

Aujourd’hui les conceptions à roulements ouverts se font rares, même si Shimano en fait couramment usage, et c’est davantage la qualité des roulements et les éventuelles solutions apportées pour limiter l’infiltration de débris qui dictent la tenue dans le temps d’une pédale à roulements scellés.

Les fabricants proposent presque toujours des kits de remplacement, mais leur prix est souvent élevé, parfois même proche de celui de la paire qu’ils permettent d’entretenir : pour remplacer les joints, bagues et roulements d’une paire de Stamp 1, il faut compter la moitié de leur prix chez Crankbrothers. On pourrait penser que c’est un problème relatif aux modèles d’entrée de gamme qui ne sont pas très dispendieux, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Il vous faudra par exemple débourser une cinquantaine d’euros pour un rebuild kit d’Atlas chez Race Face, ce qui correspond à nouveau grosso modo à la moitié du prix des modèles neufs.

 

Le mot de la fin


Comme nous venons de le voir, bien choisir une paire de pédale plates nécessite si l’on souhaite aller au bout des choses de passer un peu plus de temps que filtrer les modèles disponibles par couleur pour qu’elles s’accordent avec celle de son cadre. Beaucoup d’éléments entrent en jeu, et la sensibilité de chacun varie selon son expérience, son terrain de jeu, les conditions climatiques habituelles ou encore les chaussures qu’il utilise, qui vont dicter les critères à privilégier.

Et comme vous le savez, en parlant de sensibilité et de critères à privilégier, préserver votre sensibilité face à la publicité invasive me pousse à privilégier une approche différente pour supporter Glisse Alpine, édifice auquel vous pouvez apporter votre pierre si vous avez pour habitude de commander chez Alltricks, en cliquant avant de faire vos emplettes sur mon lien affilié afin que le site reçoive une petite commission sans que le prix n’augmente pour vous. Vous acquerrez par la même occasion mon éternelle gratitude, ce qui à n’en pas douter vaut bien son pesant de cacahuètes… non ?

 

Pour aller plus loin et découvrir différentes gammes de pédales plates passées au crible :

 

Cet article vous a été utile ? Faites-le savoir juste en-dessous dans les commentaires ou en suivant la page Facebook de Glisse Alpine.

Envie d’être tenu au courant de la publication des prochains articles ? Inscrivez-vous à la newsletter.

Besoin de plus d’informations ? Posez-moi vos questions dans les commentaires !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

Vous aimerez aussi :

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

4 commentaires sur “VTT – Comment choisir une paire de pédales plates ?

  • 23 mars 2021 à 10 h 24 min
    Permalink

    Salut Seb,

    suis un fidèle lecteur de tes articles bien sympa et utiles…
    Alors à quand un tuto de réglages amortos FOX X2 ou rock shox.
    Perso je viens d’échanger mon RS Super deluxe ultimate par un fox X2 2p, ya pas photo je découvre un autre vélo SC Mégatower 29′ .
    Par contre j’ai changé ma fourche Fox 36 trop dur à basse vitesse par une Zeb ultimate 38 qui s’accorde parfaitement avec le Fox X2 extra fun et moins casse bras qu’avant avec un regain de réactivité sur les appels… le Santa est transformé et beaucoup plus agile et joueur malgré l’augmentation de débattement 180avt et 160 arr.
    Meilleurs salutations et bon ride.

    Luc

    Répondre
    • 23 mars 2021 à 22 h 43 min
      Permalink

      Salut Luc,

      J’ai deux articles de réglage de suspensions qui ont plusieurs années mais j’ai prévu de les refaire entièrement parce que j’en suis plus vraiment satisfait. Faut pas s’attendre à ce que ce soit demain la veille cela dit, j’ai déjà un long backlog à traiter…

      Le X2 c’est de la bombe oui, sur le mien j’ai gardé des réglages assez proches des précos Fox qui sont je trouve un excellent point de départ une fois que tu as trouvé la pression idéale.

      Intéressant ton ressenti côté fourche, tu avais quelle déclinaison de la 36 ? Quand j’avais testé une Rhythm pour la première fois j’avais noté que ça manquait un peu de souplesse sur les petits impacts mais sur ma 36 Perf actuelle et les autres modèles que j’ai eu sous la main sans trop y prêter attention ça ne m’a pas choqué. Si tu ressens vraiment plus de pop sur les appels avec la Zeb je me demande si ce n’est pas en partie une question de réglages avec plus de progressivité et un rebond plus rapide sur celle-ci peut-être ? Ca expliquerait également l’amélioration globale. Enfin bref, c’est une remarque que je garde en tête, j’ai toujours pas roulé de Zeb encore de mon côté…

      Répondre
  • 23 mars 2021 à 12 h 00 min
    Permalink

    Salut Seb.
    J’aimerais que tu m’envoie l’information pour les pneus car je la trouve plus dans mes messages

    Répondre
    • 24 mars 2021 à 20 h 22 min
      Permalink

      Salut Sylvain,

      Je viens de regarder, il a été ré-envoyé aujourd’hui, tu n’as toujours rien ? As-tu vérifié ton dossier spam et onglets promo ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.