Test gants Cairn Kailash 2 M C-TEX Pro : premières impressions

Covid oblige, cette saison d’hiver est un peu compliquée à gérer, notamment pour arriver au volume de ride nécessaire à un test complet qui atteint les standards Glisse Alpine.

J’ai donc été un peu coincé ces derniers mois, avec du matériel à tester, comme ici les gants Kailash de Cairn mis à ma disposition par la marque, mais l’incapacité de facilement le mettre dans toutes les situations qui me semblent indispensables à un test complet. J’ai ainsi décidé de publier ces tests, dont la revue de ces gants, sous forme de premières impressions, afin de pouvoir vous présenter le produit et vous faire part de mon ressenti, bien qu’incomplet, sur ses performances.

 

Fiche technique


Gants Cairn Kailash

Les Kailash, dont le nom vient comme vous le savez (ou pas, merci wikipédia) du mont tibétain éponyme, sont des gants haut de gamme destinés à un usage freeride version nez dans la poudre et qui optent en conséquence pour une généreuse jupe qui remonte sur les avant-bras.

La conception mêle synthétique et cuir caprin pour l’enveloppe externe tandis que que l’isolation se fait via la solution Primaloft et qu’une membrane C-Tex Pro assure la partie imperméabilité et évacuation de la transpiration, données à 20 000 schmerber ou mm et 20 000g/m²/24h respectivement. Si ces caractéristiques barbares ne vous disent rien, je vous conseille mon article sur le choix de vêtements techniques qui revient dessus en détails.

J’ai pour ma part reçu le modèle noir et jaune, mais pour les plus sobres d’entre vous il existe une version intégralement noire, uniquement ponctuée d’un étroit rappel jaune sur le dos de la main.

L’utilisation du cuir est limité à la paume et, en partie, aux doigts, notamment à partir de la phalange proximale sur le dessus du gant. Un renfort est présent entre le pouce et l’index, et le dos du pouce est recouvert d’un tissus doux (mais vraiment, vraiment doux) toujours très pratique pour essuyer son masque rapidement sans le rayer ou se gratter le bout du nez sur le télésiège.

Une large sangle à velcro à la base de la jupe permet d’ajuster le gant à cet endroit et un lacet élastique est également présent au bout de ladite jupe pour éviter toute infiltration une fois le nez dans la poudre. Enfin, ces gants bénéficient d’un strap élastique à enfiler autour du poignet à mon sens indispensable si comme moi vous les retirez constamment sur les remontées, d’un clip pour les assembler ainsi que du petit strap sur l’un des doigts pour les suspendre au sac dans le bon sens, soit les doigts en l’air et l’ouverture vers le bas.

A noter que les Kailash sont livrés avec une paire de sous gants en laine Merinos qui ravira les frileux et sur laquelle je reviendrai un peu plus loin.

 

Sur le terrain


Gants Cairn Kailash

Les Kailash sont très agréables à porter, très doux, et remportent ainsi l’approbation de madame Glisse Alpine, qui depuis ne cesse de me tanner pour que l’on se mette à tester du matos pour filles.

Il faut avouer que le rembourrage se situe dans le haut du panier en termes d’épaisseur, et ces gants ont clairement un argument à faire valoir au niveau chaleur. Pour votre fidèle serviteur en surchauffe permanente, les sous-gants livrés avec cette paire n’ont jamais constitué une option nécessaire, mais c’est un point positif que l’on peut ajouter dans les cases à cocher pour ceux qui ont souvent froid aux mains. Cette paire est dans tous les cas clairement orientée vers les basses températures, et si elles ne suffisent pas, il vous faudra sérieusement commencer à envisager les moufles.

Puisqu’on parle de sous-gants, c’est l’occasion de revenir sur le fit des Kailash, qui me semblent laisser moins de place que la moyenne, même après quelques journées (enfin, quelques descentes, Covid oblige), pour tenter de les détendre et laisser se tasser le rembourrage. Je prends le plus souvent du L alors que ma vraie taille navigue selon les marques entre L et XL car j’ai horreur des gants trop longs, et pourtant j’ai rarement l’impression comme c’est le cas ici d’être aussi serré. Si c’est juste pour moi un détail sans conséquence, les mains de bûcherons rencontreront peut-être des problèmes, surtout en ajoutant les sous-gants. En termes de longueur c’est en revanche grosso modo dans la lignée de ce qu’on trouve ailleurs.

Les sous-gants, toujours en L, que j’ai quand même essayé, sont quant à eux pile poil à ma taille. Ils sont équipés d’un pad sur le bout de l’index et du pouce pour pouvoir utiliser un écran tactile sans problème. S’il faut avouer que ça marche fort bien, je suis mitigé sur l’intérêt de ce qui au final constitue une sur-épaisseur et introduit une couture supplémentaire : le gant est déjà très fin, et utiliser un téléphone portable avec un autre doigt ne pose absolument aucun problème.

Faute de toucher à la moindre piste damée pour cette saison si particulière, je n’ai pu mettre à l’épreuve cette paire face à l’ennemi numéro un du snowboardeur carveur fou, la destruction anticipée du bout des doigts. Cairn a fait un choix technique intéressant sur cette partie du gant : les inserts en cuir se limitent à l’extérieur de l’index et de l’auriculaire, ainsi que le dessus et dessous des doigts jusqu’à la phalange distale, non comprise. On a donc une bonne protection sur ces zones et un bon grip sous les doigts, mais le bout de ces derniers est par conséquent en matériau synthétique, ici en Cordura. La question de la résistance à l’abrasion de cette zone, laissée pour le moment sans réponse, se pose donc pour moi, notamment à face à une paire qui fait le choix du cuir de bout en bout. Le Cordura est cela dit un matériau spécifiquement conçu pour fournir une forte résistance à l’abrasion, et cette paire freeride est probablement plus destinée à évoluer dans un mètre de peuf qu’au raz des pistes avec une main au contact de la pente.

Je n’ai pas pu tester l’efficacité de la membrane en conditions humides : c’est une chose que devoir mériter chaque virage en montant à la force des mollets, c’en est une autre de le faire volontairement de manière misérable sous la pluie. Plus sérieusement, j’ai quand même pris le temps de faire un bonhomme de neige sous une météo douteuse équipé de cette paire pour la mettre pendant un bon moment au contact d’une neige lourde et collante, et leur prestation m’a au premier abord semblé en phase avec ce qu’on peut attendre d’une paire de ce calibre. Si le cuir finit par devenir visiblement humide malgré son traitement, j’ai pu lors de cette expérience garder les mains au chaud jusqu’à complétion de mon oeuvre d’art.

 

Verdict


Gants Cairn Kailash

S’il reste quelques points non élucidés faute d’avoir pu enquiller le volume de ride suffisant et rencontré les conditions et situations permettant de réellement mettre à l’épreuve ces gants, la proposition de valeur des Kailash semble correspondre à ce qu’on est en droit d’attendre d’une paire haut de gamme.

Sur le papier, tout y est, et en termes de features pures c’est un sans faute. On pourra certes arguer qu’un gant reste un gant que l’innovation en la matière n’a rien de fulgurant, mais Cairn semble avoir depuis longtemps trouvé la bonne formule là où d’autres marques omettent régulièrement un détail ou un autre, qui une fois sur le terrain manquent parfois terriblement.

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Vous débutez le snowboard ? Recevez mon guide pour progresser efficacement !

apprendre-le-snowboard-7-astuces-guide-glisse-alpine

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je partage avec vous 7 conseils qui m'ont permis d'apprendre rapidemment le snowboard et qui me sont encore utiles aujourd'hui après des années de pratique !

 

A la une en ce moment

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.