Passer aux pneus VTT tubeless : avantages et inconvénients

Alors que la création des spécifications UST (“Universal Standard Tubeless”) à la fin du siècle dernier n’a pas immédiatement entrainé une adoption massive du pneu tubeless en VTT, on peut dire que c’est aujourd’hui devenu la norme, tant les avancées aussi bien du côté des pneus, que des roues ou encore en matière de préventif ont converti depuis plusieurs années la majorité des pratiquants exigeants.

Y a t-il des raisons de rester sur un montage avec chambre à air en 2016 ? Si vous n’avez pas encore sauté le pas, voici quelques éléments de réponse pour vous faire une idée des avantages et inconvénients du pneu tubeless.

 

Un montage pas toujours évident

Que ce soit avec des jantes et pneus UST ou en “ghetto tubeless”, réussir à gonfler un pneu tubeless une fois monté est rarement une partie de plaisir, à moins de posséder un compresseur qui va permettre d’injecter beaucoup d’air très rapidemment pour sceller le pneu. Devant la popularité du tubeless, on trouve maintenant des pompes à pied qui permettent d’accumuler l’air dans la chambre avant de la relâcher d’un coup. Ca marche vraiment bien, mais le prix de ces pompes est en général assez élevé. Il va en revanche de pair avec la qualité de celles-ci.

Si vous ne possédez ni compresseur, ni pompe ultra performante, je vous recommande l’article où je vous explique comment monter facilement un pneu tubeless. Ca demande quand même un petit effort, mais une fois que vous aurez pris le coup, cette technique permet de monter vos pneus rapidemment et sans (trop) de prise de tête.

Quoi qu’il en soit, un montage tubeless demandera toujours plus de temps qu’un montage tubetype (avec une chambre).

 

La résistance aux crevaisons : argument phare du tubeless

L’intérêt premier du tubeless, c’est la résistance aux crevaisons. De ce côté, aucun doute, c’est magique. A tel point que je suis en train de finir un Rocket Ron monté en tubeless mais absolument pas adapté aux terrains sur lesquels j’évolue maintenant. Résultat : le préventif fait son travail de manière remarquable, alors que ma seule sortie avec chambre (grosse envie de rouler alors que j’avais crevé précédemment parce que le préventif avait séché) s’est soldée par une crevaison après cinquante secondes de descente.

Mais euh, c’est quoi du préventif ? C’est un liquide composé majoritairement (et pour simplifier) de latex liquide, que l’on verse en petite quantité au montage. Lors d’une crevaison, il va venir reboucher le trou, comme si de rien n’était. De mon côté, après avoir utilisé pendant des années du Stan’s Notubes, je suis maintenant passé au Joe’s No Flat, plus économique pour une efficacité qui se situe au même niveau.

Le préventif règle donc bien des problèmes, même si comme je le mentionnais, il faut le changer régulièrement. D’une part, il a une tendance naturelle à sécher. D’autre part, outre la crevaison initiale, il continue à s’en échapper un petit peu au fil du temps par les différents trous rebouchés. Si vous roulez dans une région relativement peu propice aux crevaisons, ça peut se faire tous les six mois, au moment de passer aux pneus boue pour l’hiver par exemple. Avec un pneu léger que vous emmenez sur des terrains exigeants pour une pratique AM/enduro, comptez plutôt deux à trois mois.

Le miracle a cependant des limites, et bien que le liquide puisse colmater des trous relativement importants, une déchirure d’envergure de votre pneu vous conduira à la réparation.

Enfin, si vous crevez en tubeless, que ce soit parce que vous êtes “à sec”, ou que le préventif n’a pas pu réparer la crevaison, la réparation sur place n’est pas des plus agréables. Evidemment, il vous faudra avoir pensé à emmener une chambre à air classique : c’est un indispensable dans votre sac. Mais surtout, il va falloir vérifier l’intérieur du pneu à la recherche d’épine ou autre objet étant venu le percer alors que celui-ci est recouvert de liquide plus ou moins collant. Pas super agréable.

 

Un poids réduit… parfois

Un autre argument en faveur du tubeless est le gain en terme de poids. En effet, en se passant d’une chambre à air, on gagne environ 200g par roue (certaines chambres arrivent cependant sous la barre des 100g). Si l’on compte les 50g de préventif à ajouter au pneu, c’est 150g de masse en rotation de gagnés.

Cependant, cet avantage n’est pas aussi important qu’il n’y parait. Car la carcasse d’un pneu tubeless, pour être étanche, doit comporter des couches de gomme supplémentaires, ce qui augmente son poids. Dans le cas d’un pneu UST, qui, selon la norme, doit être totalement étanche (ils sont d’ailleurs utilisables sans préventif), on peut rapidemment se retrouver avec un pneu plus lourd que sa version classique montée avec une chambre à air.

C’est notamment pour cela que je déconseille les Maxxis Medusa LUST à moins de rouler sur un terrain à risque (ce qui est rare en conditions boueuses). En effet, le Medusa est un pneu à la base très léger, et le surpoids qu’accuse sa version UST l’handicape considérablement, tandis que sa résistance aux crevaisons comme le possibilité d’utiliser des pressions plus basses ne sont pas vraiment mis en lumière dans des conditions boueuses.

C’est aussi pourquoi on trouve des pneus “tubeless ready”. Plus légers que ceux répondant totalement au standard UST, ils peuvent posséder une tringle UST (ce n’est pas toujours le cas), mais leur carcasse est plus fine et leur étanchéité n’est pas garantie. L’utilisation de préventif est donc très fortement recommandée, celui-ci permettant de sceller totalement le pneu. C’est un peu le meilleur des deux mondes : on conserve un poids réduit tout en assurant un maintient efficace du pneu sur la jante et en profitant des avantages d’un montage tubeless.

 

Des pressions plus faibles pour plus de traction

Troisième avantage d’un pneu tubeless : l’élimination des crevaisons par pincement.

Euuh, c’est quoi une crevaison par pincement ? C’est tout simplement le type de crevaison qui apparait quand le pneu vient en contact avec la jante et qu’il prend en sandwich la chambre à air, qui se retrouve écrasée par la jante, provoquant deux coupures caractéristiques en forme de morsure de serpent. En enlevant la chambre de l’équation, plus de risque.

Ca veut donc dire qu’on peut utiliser des pressions plus faibles, ce qui permet une meilleure traction, car le pneu se déforme plus facilement pour épouser le terrain. Et bien plus qu’un avantage théorique, le gain de traction est vraiment remarquable lorsque l’on descend la pression de quelques dixièmes de bar.

Attention cependant à ne pas être trop gourmand, car à chaque fois que ce contact pneu/jante se produit, c’est sur un endroit isolé de la jante que la force de l’impact se concentre, et cela peut vite mener à la déformation de celle-ci. Souvent irrécupérable, cette déformation empêche tout nouveau montage tubeless car le pneu ne peut plus monter correctement sur la gorge et être scellé. Pire, si c’est une jante carbone, elle va craquer et c’est direction la poubelle directement.

 

Conclusion

Alors pour ou contre le tubeless ? Sans aucun doute, le tubeless peut profiter à la majorité des vététistes. C’est d’autant plus le cas si vous avez une pratique engagé et que vous évoluez dans des conditions difficiles : nombreuses épines, rochers et cailloux, etc… En fait j’irais même jusqu’à dire que l’essayer, c’est l’adopter. Ca a été mon cas : plus de retour arrière possible.

Seules contre-indications : si vous roulez peu ou que vous devez changer de pneus très souvent, ou si vous êtes à la recherche du moindre gramme et qu’un combo pneu tubetype + chambre à air ultra-légère vous permet de descendre sous le poids d’un montage tubeless.

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Vous aimerez aussi :

LA méthode pour monter un pneu tubeless sans compresseur
13211
Bien que sa démocratisation fut lente (la création du standard UST remonte à 1999), le pneu tubeless est maintenant bien installé sur nos VTT, et il serait difficile de revenir en arrière tant les ava...
Gonfleur pneus tubeless DIY : fabriquez le votre pour 3€
5719
Note : l'utilisation du dispositif dont je décris la fabrication dans cet article n'est pas sans risque et peut être source de blessure. Il s'effectue sous votre propre responsabilité.Parfois, fai...
Test pneus AM/Enduro – Schwalbe Hans Dampf et Rock Razor : combo gagnant ?
5735
Après deux saisons complètes de bons et loyaux services, mon fidèle Rocket Ron a enfin rendu l'âme, victime d'une coupure sur le flanc lors du passage sur un single pourtant assez propre. Il aura defr...
VTT – Comment choisir et remplacer des buselures d’amortisseur | EZ Tech
275
Aujourd'hui on repart sur un petit guide rapide de la série EZ Tech. Changer des buselures d'amortisseur est une opération qui peut faire un peu peur mais qui est en réalité très simple avec les bons ...

8 commentaires sur “Passer aux pneus VTT tubeless : avantages et inconvénients

  • 23 août 2017 à 11 h 42 min
    Permalink

    Salut!

    Passage au tubeless ready depuis un peu moins d’un mois et je suis complétement conquis. Plus aucunes appréhension quand je sors et empreintes des chemins pleins de ronces ou autres. Confort augmenté, c’est flagrant surtout à l’arrière et accroche meilleur du à la baisse de pression ( 1.6bars pour ma part contre 2 en chambre ).

    Dans le cassant, le pneu absorbe beaucoup mieux les choques, c’est vraiment très plaisant (plus cette sensation de butter).

    😉

    Répondre
    • 23 août 2017 à 12 h 07 min
      Permalink

      Salut Julien,

      Merci pour ton retour d’expérience ! Impossible en effet de revenir en arrière une fois qu’on a goûté au tubeless…

      Malheureusement encore trop de pratiquants hésitent à franchir le pas à cause de la complexité perçue du montage, c’est pourquoi il faut faire passer le mot et évangéliser : les avantages sont tels que les tracas du montage sont bien vite oubliés une fois en selle !

      Répondre
  • 23 août 2017 à 18 h 22 min
    Permalink

    Tout à fait! Surtout que le montage est très facile, n’importe quel novice peu facilement s’y mettre, il faut juste regarder 2-3 tutos et c’est tout bon pour passer à l’action 😉

    Répondre
  • 21 février 2019 à 5 h 01 min
    Permalink

    Bonjour, il paraît qu’il y a un nouveau liquide qui ne sèche pas au bout de 6 mois…si c’est vrai, c’est génial, en tout cas on me l’a vendu comme tel début 2019 sur des pneus TR 27,5 montés sur un Spark.
    Comme avant je roulais en 29 ‘’ sur un Scale, j’en avais un peu la nostalgie et j’ai trouvé un set de roues d’occasion 29’’ avec chambre, pour mon Spark.
    À ma surprise les roues 29’ avec chambre sont plus légères que les 27,5 sans.
    Bien sûr il y a d’autres critères comme section et type de pneu, jante,..
    Mais je m’attendais au résultat inverse, les pneus étant tous des Maxxis TR.

    Ensuite j’avais lu un article laissant entendre que 29 à l’avant et 27,5 AR était le meilleur compromis traction/direction…
    ben pas pour moi, sans doute aussi parce que chambre AV et sans AR. Du coup j’utilise les 29 au quotidien et garde les 27,5 pour des sorties plus spécifiques, mais toute cette technologie ( freins à disque, amortisseurs, carbone) coûte cher …quand je regarde mon vieux VTT 26 rigide cromoly, qui ne pesait que 11kg, très simple à entretenir, encore fonctionnel 30 ans après, on mesure les progrès …et les coûts d’entretien 😉

    Répondre
  • 8 avril 2019 à 9 h 19 min
    Permalink

    Si on suit la logique, on peut en déduire qu’un système également très fiable serait de rouler en pneus tubless UST avec chambre à air, car cela ne necessiterait pas un montage complexe ni une obligation de remettre du liquide tous les 2-3 mois? Cela fait des années que je roule tjs avec chambre à air sur des pneus Racing Ralph et Nobby Nic, je pense que ce sont des UST (faut que je vérifie) car les seules fois où je crève c’est par pincement mais c’est rare. Je ne savais pas que certains pneus étaient renforcés à ce point.
    Merci pour cet article très intéressant.

    Répondre
    • 8 avril 2019 à 14 h 59 min
      Permalink

      Salut Bob,

      Avec un pneu UST et une chambre tu cumules le pire des deux mondes au niveau poids. D’ailleurs, plus grand monde ne fait de l’UST, quasiment toutes les marques sont passé au TR (tubeless ready) sur la majorité de leur gamme. J’ai pas souvenir que Schwalbe ait fait de l’UST à un moment non plus, au contraire de Maxxis qui l’a pas mal mis en avant quand les premiers pneus tubeless ont émergé.

      En roulant avec un pneu renforcé tu vas gagner contre les crevaisons classiques, mais tu ne pourras jamais descendre en pression au niveau d’un montage tubeless dont la complexité est quand même à relativiser par rapport au gain.

      Répondre
  • 1 mai 2019 à 22 h 08 min
    Permalink

    bonjour,
    j’ai un pneu tublesse ready à l’arrière et un pneu normal avec chambre à l’avant est-ce bien?

    Répondre
    • 3 mai 2019 à 20 h 46 min
      Permalink

      Salut Marc,

      C’est pas mal parce que c’est à l’arrière qu’on crève le plus. Mais avoir l’avant en tubeless aussi c’est mieux, ça te permet de descendre en pression et gagner pas mal de grip.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.