Pneus VTT : tout savoir sur les modèles Schwalbe

Premier d’une longue série, cet article répertorie l’offre de la marque teutonne par discipline pour vous aiguiller dans vos recherches de l’utopique pneu passe-partout parfait au rendement divin et à l’accroche inégalée.

Contrairement à mes guides qui font le point sur les gommes et carcasses pour chaque fabricant, il s’agit ici d’une synthèse rapide pour un manufacturier plus qu’une analyse exhaustive du marché. Je vous recommande plus particulièrement au sujet des carcasses mon article spécifique aux nouvelles carcasses Schwalbe Super, qui revient sur les Super Race, Super Ground, Super Trail, Super Gravity et Super Downhill qui ont remplacé les feu LiteSkin, SnakeSkin, Super Gravity et Downhill et vous sera d’une grande aide si vous peinez à vous retrouver dans les différentes options offertes par la marque allemande.

 

All-Mountain, Enduro, DH


Magic Mary

Schwalbe Magic MaryLe Magic Mary est devenu une référence incontournable tant en enduro qu’en DH. L’ancien pneu boue (Muddy Mary) monstre de polyvalence assure quelles que soient les conditions avec un grip de pneu de tracteur, et le rendement qui va de pair, ce qui en fait une superbe option en pneu avant mais un modèle à éviter à l’arrière excepté en DH.

Disponible en 2.35″/2.40″ et 2.60″ ainsi qu’une variante plus en 2.80″, il exploite principalement les gommes ADDIX Soft et Ultra Soft en carcasses Super Trail (ancien Snakeskin) et Super Gravity, ainsi qu’en Super Downhill pour une pratique éponyme.

Vous pouvez lire mon test complet du Magic Mary pour en savoir davantage sur ce modèle en particulier.

 

Big Betty

Schwalbe Big BettyLe Big Betty est le fruit de la volonté de Schwalbe de proposer un pneu spécifique pour l’arrière qui se porte au niveau de la référence qu’est le Magic Mary. Ce pneu, qui renaît de ses cendres après une première version datant de la deuxième moitié des années 2000, privilégie ainsi de fortes capacités au freinage ainsi qu’une rangée de crampons latéraux qui en font une meilleure option qu’un Hans Dampf pour rider de manière agressive sur l’angle.

Le Big Betty est disponible en 2.40″ et 2.60″ principalement, bien qu’une version 2.80″ existe également pour les roues de 27.5″. Côté carcasses on retrouve Super Trail, Super Gravity et Super Downhill en gommes ADDIX Soft ou Ultra Soft.

Hans Dampf

Schwalbe hans DampfLe Hans Dampf est un pneu assez passe-partout et facile à vivre, avec des performances qui s’approchent du Magic Mary sur le sec mais qui restent en retrait sur les terrains humides. Le rendement est en revanche bien meilleur et son caractère hyper prévisible ne prend jamais en défaut, ce qui l’empêche toutefois de vraiment pouvoir attaquer sur l’angle et en fait davantage une option à privilégier en monte arrière.

Il est disponible en carcasses Super Trail et Super Gravity dans les gommes ADDIX SpeedGrip et Soft. Les sections proposées font la part belle au 2.35″ et 2.60″ avec toujours une option “plus” en 2.80″.

Vous pouvez lire mon test complet du Hans Dampf première version en monte avant ou en monte arrière pour en savoir plus sur son comportement.

Son dessin a été revu lors de l’introduction du Hans Dampf 2, dont le caractère reste similaire à la première version. Un test complet de ce nouveau dessin est également disponible (parce que oui, j’aime ce pneu).

 

Rock Razor

Schwalbe Rock RazorLe Rock Razor est un semi-slick destiné à une monte arrière. Il combine une bande de roulement aux crampons minimalistes qui offre un rendement de premier plan eu égard à leur taille et des crampons latéraux au niveau d’un Magic Mary pour avoir le maximum de grip en virage. Si son comportement demande un temps d’adaptation, il est un choix parfait pour s’économiser en montée sans pour autant perdre ses moyens en descente.

Le Rock Razor est principalement disponible en 2.35″ et 2.60″ avec le mélange de gommes ADDIX SpeedGrip et carcasse Super Trail qui conviennent parfaitement à une utilisation qui va du trail à l’enduro raisonné, tandis qu’une mouture avec gomme Soft et carcasse Super Gravity se destine à l’enduro énervé qui chasse le chrono.

J’ai également testé ce pneu en long, en large et en travers, test que vous pouvez retrouver ici.

 

Trail


Nobby Nic

Schwalbe Nobby NickLe Nobby Nic est un grand classique dans la gamme Schwalbe. Il a été redessiné il y a quelques années pour mettre fin aux retours sommes toutes moyens de la part de la communauté et en faire une option solide dans sa catégorie, puis redessiné à nouveau en 2020 pour maintenant s’afficher dans une mouture de troisième génération sommes toutes assez proche de la seconde.

C’est un pneu polyvalent, moyen partout, que l’on retrouve sur tout le spectre des pratiques, du cross-country épicé à l’enduro. Dans le second cas on le préférera quand même à l’arrière uniquement, où il permet de garder un rendement correct.

Pour couvrir cette vaste plage d’utilisations, le Nobby Nic est proposé en moult versions, du 2.25″ au 2.80″, carcasses Super Trail et Super Ground, le tout en mélange ADDIX SpeedGrip ou Soft.

 

Fat Albert

Schwalbe Fat AlbertLe Fat Albert, décliné en versions spécifiques pour l’avant et l’arrière, a lui aussi été complètement revu il y a trois ans. Son renouveau est un peu passé sous les radars, éclipsé par le reste de la gamme, déjà bien installée. C’est un modèle du calibre du Nobby Nic qui se veut polyvalent et facile, avec un grip décent sans venir trop pénaliser le rendement.

Son intérêt reste discutable et la marque ne semble pas le pousser sur le devant de la scène outre-mesure : elle propose une unique version 2.35″ SnakeSkin en ADDIX Soft devant et SpeedGrip derrière. A l’heure de la dernière mise à jour de ce guide (avril 2021), il n’est d’ailleurs plus au catalogue officiel de Schwalbe.

 

Cross-Country


Rocket Ron

Schwalbe Rocket RonLe Rocket Ron est le pneu de cross-country le moins exclusif de la gamme Schwalbe avec un niveau de grip respectable qui n’a pas été totalement sacrifié au profit du rendement. Ce niveau de performance lui permet de s’aventurer au-delà d’une pratique cross-country exclusive, ce qui explique ses multiples déclinaisons jusqu’au fat bike.

Je garde un souvenir impérissable de mon vaillant modèle qui m’a accompagné sur d’innombrables sorties montagne à grands renforts de préventif en quantités industrielles avant de rendre l’âme déchiré sur le flanc par une arrête rocheuse à l’apparence inoffensive.

Il est disponible en sections de 2.10″ à 2.80″, en gomme ADDIX Speed et SpeedGrip sur des carcasses Super Ground et Super Race.

 

Racing Ralph

Schwalbe Racing RalphLe Racing Ralph a lui aussi bénéficié de la vague de révision des dessins chez le manufacturier teuton. Grand classique du pneu de cross-country, il est maintenant uniquement destiné à la monte arrière en complément du Racing Ray que l’on évoquera juste après.

Bien que les crampons soient optimisés pour fournir le minimum d’accroche nécessaire au pédalage, le rendement est le premier critère pour ce pneu très typé qui ne conviendra qu’à ceux qui cherchent à se propulser via la force des mollets à la vitesse de l’éclair.

Il est disponible en 2.10″, 2.25″ et 2.35″, gomme ADDIX Speed et carcasses Super Race et Super Ground, principalement en 29″.

 

Racing Ray

Schwalbe Racing RayLancé en 2019, le Racing Ray est l’équivalent du Racing Ralph mais destiné à une monte avant. On trouve la même recherche du rendement mais aussi des crampons qui privilégient la directivité pour améliorer la stabilité au freinage et dans les virages, lot de tous les pneus spécifiques à l’avant.

Comme son frère, il est présenté en plusieurs déclinaisons de 2.10″, 2.25″ et 2.35″ en gomme ADDIX Speed associée à une carcasse Super Race, mais aussi ADDIX SpeedGrip quand le choix d’une carcasse Super Ground lui est préféré.

 

Thunder Burt

Schwalbe Thunder BurtLe Thunder Burt est un autre modèle dont on parle peu. Il s’agit d’une sorte de semi-slick destiné au cross-country, un Rock Razor downsizé qui reprend la rangée centrale de crampons rikiki et des appendices latéraux un peu plus prononcés.

Destiné uniquement à évoluer sur le sec, il est le fer de lance de Schwalbe en termes de rendement, mais son utilisation reste très spécifique.

Comme le reste de la gamme à vocation XC, il est disponible en 2.10″, 2.25″ et 2.35″, gomme ADDIX Speed et carcasses Super Race ou Super Ground.

 

Le wildcard pour conditions boueuses


Dirty Dan

Schwalbe Dirty DanSchwalbe offre un unique modèle pour les conditions dantesques, le Dirty Dan.

Adhérant aux standards usuels pour ces conditions, il rempli le contrat avec ses profonds crampons très espacés qui pénètrent en profondeur et débourrent facilement.

Couvrant par le passé par ses différentes déclinaisons tant le spectre XC que DH ou enduro, notamment via des sections de 2.10″ et carcasses allégées, il ne semble aujourd’hui plus proposé qu’en 2.35″ et carcasses Super Gravity ou Super Downhill avec gomme Ultra Soft pour une utilisation Enduro ou DH.

 

E-bike


Eddy Current

Schwalbe Eddy Current RearSchwalbe propose deux versions de ce pneu destiné aux VTTAE, l’une principalement destinée à une monte avant (Eddie Current Front), et l’autre avant tout pensée pour l’arrière (Eddy Current Rear).

L’Eddy Current est clairement orienté grip et délaisse totalement le rendement, avec de gros crampons qui ne sont pas sans rappeler les pneus de motocross, argument de plus s’il en fallait pour davantage diviser la communauté au sujet du VTT à assistance électrique.

Les tailles proposées vont de 2.40″ à 2.80″ en passant par le 2.60″, en carcasse Super Gravity à l’arrière, Super Trail à l’avant et gomme ADDIX Soft, pour roues de 27.5″ et 29″.

 

Les combos et pneus star à retenir chez Schwalbe


Après avoir fait le tour de la gamme, quelques modèles et associations à retenir pour une pratique Glisse Alpine-compliant :

  • Le Magic Mary est une référence à l’avant de l’All-Mountain au DH. Mon pneu avant de prédilection actuel dans le premier cas, mon combo avant/arrière dans le second.
  • Le Hans Dampf est un pneu ultra prévisible qui taille gros. C’est une très bonne option à l’arrière pour associer grip et rendement correct, avec par exemple un Magic Mary à l’avant. Deuxième mouture à privilégier pour ses capacités de débourrage, et surtout sa longévité bien supérieures à la première version.
  • Le Rock Razor est une superbe option pour s’économiser en montée, mais il faut l’apprivoiser en descente. Ça plait ou ça ne plait pas.
  • Le Nobby Nic est également une bonne alternative à l’arrière, plus roulant qu’un Hans Dampf.

 

Enfin, si vous souhaitez également explorer les modèles proposés par les marques concurrentes via les autres volets de cette série, je vous propose ce petit index mis à jour régulièrement qui vous permet de naviguer facilement entre chacun d’eux :

 

Vous avez aimé ce guide ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine !

Envie d’être tenu au courant de la publication des prochains ? Inscrivez-vous à la newsletter.

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

A la une en ce moment

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

11 commentaires sur “Pneus VTT : tout savoir sur les modèles Schwalbe

  • 21 avril 2019 à 12 h 19 min
    Permalink

    Roulant SCHWALBE depuis longtemps, il faut noter leur tres bonne protection snake skin, largement suffisant en all moutain, sur du hans dampf ou magic mary…..elle l’a encore prouvé sur Huez cette année sur le pas de confession…par contre en nobby nic moins top, un poil plus fragile, je l’ai dechiré apres 11000m de d- (pietonnier de venosc, le collet) sur la mega d’huez

    Répondre
  • 11 juillet 2019 à 21 h 00 min
    Permalink

    Bonjour Sébastien, avec vos yeux d’expert, que me conseillerez-vous comme pneu (Marque et modèle) en monte tubeless ready alliant excellent rendement dans les montées et grip dans les descentes, résistants et légers pour la course Ultra Raid de la Meige?
    J’ai actuellement un Maxxis Minion DHF 3C 27,5×2.30″ à l’avant et un Maxxis Minion DHRII à l’arrière 3C 27,5×2.30″ mais ils sont beaucoup trop lourds (plus d’1 kg chacun).

    Merci pour votre aide précieuse.

    Sportivement,
    Jean-Maurice

    Répondre
    • 11 juillet 2019 à 21 h 52 min
      Permalink

      Salut Jean-Maurice,

      A l’avant tu peux partir sur un Magic Mary en 2.35 : le grip est royal quelles que soient les conditions, et la perte de rendement très limitée en monte avant.

      A l’arrière plusieurs choix s’offrent à toi. Pour un rendement maximum tu peux partir sur un Rock Razor, mais si tu n’as jamais utilisé de semi-slick tu peux le regretter, c’est un pneu assez clivant, qui demande un temps d’adaptation et va se comporter très différement de ton DHR II. Et même s’il se débrouille étonnament bien sur le mouillé, ce ne sera pas la meilleure option s’il pleut ce jour là. A prendre en 2.35 également.

      Plus classiquement tu as le choix pour l’arrière entre un Nobby Nic et un Hans Dampf. Si tu privilégies le rendement, pars plutôt sur le Nobby Nic. Tu peux retrouver mon test du Hans Dampf ancienne version, qui s’usait bien trop vite, mais je n’ai pas testé le nouveau dessin. Pour les largeurs à toi de voir si tu te sens de descendre en dessous de 2.35, je vois qu’actuellement tu es sur du 2.30 Maxxis qui doit tailler moins large que du 2.25 Schwalbe. Le Nobby Nic taille normal, le Hans Dampf ancienne version taille très large mais si tu le choisis c’est parce qu’il a un très bon grip et s’avère très prévisible, donc ce serait dommage de prendre une taille en-dessous.

      De manière générale je n’ai pas roulé de largeur en dessous de 2.35 depuis des années, mais je ne me presse jamais beaucoup à la montée non plus :). Tu devrais être entre 700 et 800g pour ces pneus en 2.35 SnakeSkin.

      Côté carcasse tu peux donc partir sur du SnakeSkin à l’avant comme à l’arrière, et en ce qui concerne les gommes ça dépend où tu veux mettre la barre. Pour de la rando vélo de montagne classique je conseille du soft à l’avant et speedgrip à l’arrière, c’est le meilleur compromis perf/durabilité. Mais si tu veux plus de grip en faisant l’impasse sur la durée de vie tu peux partir sur de l’ultra soft à l’avant et du soft à l’arrière.

      Répondre
      • 12 juillet 2019 à 6 h 46 min
        Permalink

        Merci beaucoup Sébastien pour ce retour! 😉

        Les pneux que tu me conseilles (par exemple, Magic Mary en 2.35 SnakeSkin ADDIX ultra Soft ou soft à l’avant et Hans Dampf en 2.35 SnakeSkin ADDIX SpeedGrip à l’arrière) conviennent-ils en monte Tubeless pour rouler sur des terrains cassants de montagne? En d’autres termes, sont-ils résistants aux déchirures sans être trop lourds non plus?
        Enfin, quelle est la différence entre speedgrip et soft dans ta description du pneu Hans Dampf?

        Excellente journée à toi!

        Répondre
        • 12 juillet 2019 à 9 h 20 min
          Permalink

          Salut Jean-Maurice,

          Oui, la carcasse SnakeSkin c’est ce que j’utilise sur mon AM et c’est le juste milieu entre LIteSkin destiné au XC et SuperGravity plus prévu pour l’enduro très engagé au DH.

          Pour Speedgrip et Soft tu peux consulter mon article sur les gommes ADDIX. En gros, du plus dur au plus tendre tu as Speed, SpeedGrip, Soft et Ultra Soft

  • 12 juillet 2019 à 19 h 20 min
    Permalink

    Salut Sébastien,

    Un grand merci pour tes réponses 😉
    Très bon week-end et bon ride à toi!

    Répondre
  • 22 août 2019 à 14 h 22 min
    Permalink

    Salut Sébastien,
    Merci pour ton travail, c’est super clair et bien expliqué pour les novices comme moi.
    Je possède un Canyon Nerve 2016 (typé XC engagé) sur lequel est monté des jantes Mavic CrossRide 19C (donc 19mm de large), et des pneus Continental MountainKing 2.2.
    Ma pratique se rapprochant plus du AM / Enduro Light (comprendre light = je descends à mon rythme :D), et mes pneus commençant à bien fatiguer, j’aimerais en changer..
    Ayant pu me faire une opinion grâce à tes articles, je pensais partir sur du Magic Marry SnakeSkin à l’avant, et NobbyNic SnakeSkin à l’arrière.
    Là où je me pose des questions est sur la section : J’aurais voulu 2.35 mais ça se situe à la limite acceptable pour mes jantes, et j’ai peur que le pneu ne soit pas assez “tenu” (comme tu le décris dans ton guide si je me souviens bien)..
    Penses-tu que cela “passe” quand même ?
    Ou faut-il mieux descendre au 2.25 ?
    Merci !
    Alex.

    Répondre
    • 22 août 2019 à 18 h 51 min
      Permalink

      Salut Alex,

      Ce n’est pas optimal mais ça passe oui, tu ne vas pas déjanter au premier virage. Mon AM en MM/HD tourne sur des vieilles jantes en 21mm interne et ça fait le job. D’ailleurs pendant des années on a roulé du 2.35 ou du 2.4 Maxxis sur des jantes de 19mm sans que ce soit un drame.

      Si tu veux vraiment du 2.35 pour gagner en confiance dans les passages délicats, le gain de grip au freinage et dans le pentu vaut bien ce que tu vas perdre en support latéral dans les virages.

      Répondre
  • 23 août 2019 à 10 h 06 min
    Permalink

    Salut Sébastien,
    Merci pour ton avis !
    Je vais donc partir sur 2.35. Dans quelques temps, ça sera une raison de plus pour changer mes jantes et partir sur un montage tubeless 🙂
    Merci encore.
    A+
    Alex.

    Répondre
  • 31 août 2019 à 16 h 54 min
    Permalink

    Bonjour,
    les Schwalbe ont la réputation d’être plus difficile à monter en tubless que les Maxxis par exemple
    c’est vrais ou pas ?

    Merci

    Répondre
    • 1 septembre 2019 à 17 h 33 min
      Permalink

      Salut Stéphane,

      Non, je ne trouve pas. Comme toujours ça dépend des modèles, jantes, de la méthode et de l’expérience du bonhomme, tu trouveras toujours tout et son contraire quelle que soit la marque.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.