Pneus VTT : tout savoir sur les modèles Maxxis

Après Schwalbe, on continue cette série qui répertorie tous les modèles de pneus par marque avec le géant taïwanais Maxxis, dont la gamme est certainement la plus vaste de tous les fabricants.

Pour rappel, contrairement à mes guides qui font le point sur les gommes et carcasses pour chaque fabricant, il s’agit ici d’une synthèse rapide pour un manufacturier plus qu’une analyse exhaustive du marché. Je vous recommande chaudement ces deux guides si certains termes ne sont pas clairs, les technologies utilisées par la marque étant elles aussi pléthoriques.

Vous pouvez naviguer entre les marques grâce à cette petite liste dorénavant présente sur chaque article de la série :

 

All-Mountain, Enduro et DH


Minion DHF

Maxxis Minion DHFPneu iconique par excellence, le DHF est une valeur sûre pour une pratique qui va de l’AM au DH sur des terrains secs principalement, du hardpack à la terre un peu meuble en passant par les conditions intermédiaires plus fuyantes. Il n’est réellement mis en difficulté que dans la boue et privilégie l’accroche, ce qui le destine avant tout à une monte avant (d’où le nom), sauf en DH où il est fréquemment monté par paire.

Les déclinaisons de ce pneu très populaire sont pléthoriques, couvrant tous les diamètres de roue et des sections de 2.30″ à 2.80″, voir jusqu’à 3″ pour le Minion DHF Plus. Les sections les plus importantes sont proposées en WT.

Au niveau gommes on trouve principalement des déclinaisons 3C MaxxTerra, MaxxGrip et Super Tacky qui vont de pair avec cette recherche du grip absolu, tandis que carcasses EXO, DD et DH sont de la partie.

 

Minion DHR II

Maxxis Minion DHR IIConçu à l’origine pour fonctionner de pair avec un DHF à l’avant, le DHR a été redessiné il y a quelques années pour combler les lacunes de son prédécesseur.

Il constitue maintenant un choix solide pour le DH et se démarque du DHF par des crampons centraux qui mettent l’accent sur le grip absolu au freinage en ligne droite alors que ce dernier possède un profil plus directif. Les crampons latéraux sont quant à eux identiques sur les deux modèles.

Les sections, carcasses et mélanges de gomme disponibles sont peu ou prou les mêmes que pour le DHF et le DHR II est également disponible en version Plus.

 

High Roller II

Maxxis High Roller IILe High Roller est lui aussi un classique, mais l’on oublie trop souvent que c’est un pneu clivant. Le profil très carré se prête davantage aux terrains souples et fuyants qu’au hardpack et ses performances sur les sols qui commencent à devenir boueux laissent à désirer.

Si les crampons centraux fournissent un bon grip au freinage et une bonne traction (au prix d’un rendement médiocre), il faut vraiment pencher le vélo et garder son poids centré verticalement pour faire mordre la rangée latérale. Le grip en virage est alors excellent. Dans le cas contraire, on se retrouve avec un pneu traitre qui décroche sans prévenir et se révèle très difficile à rattraper.

Bref, comme vous pouvez le lire dans mon guide des pneus VTT, c’est un modèle que j’adore détester.

Comme les Minions, le High Roller bénéficie de déclinaisons multiples de 2.30″ à 2.50″ WT en carcasses EXO, DD ou DH et gommes 3C MaxxTerra, MaxxGrip et Super Tacky. La version Plus fait monter les sections à 2.80″ et 3″.

 

Assegai

Maxxis AssegaiSubtile mix entre DHR, DHF et High Roller, l’Assegai est le modèle signature de Greg Minaar chez Maxxis.

Ce pneu avant tout destiné au DH vise donc à combiner les points forts de chaque modèle en reprenant des dessins de crampons familiers.

La rangée centrale alterne crampons directionnels semblables à ceux présents sur le DHF et d’autres perpendiculaires au sens de roulement qui se rapprochent de ceux que l’on trouve sur le DHR II, alliant aspect directionnel et capacité de freinage importante.

Les rangées latérales sont inspirées des propriétés du High Roller à tourner sur un rail avec une excellente technique, mais le profil général de l’Assegai est un peu plus arrondi et inclue des crampons de transition pour le rendre plus indulgeant.

Les déclinaisons sont moins nombreuses pour ce modèle signature lancé en 2018 et disponible en 27.5″ et 29″. L’unique section proposée est le 2.50″, WT en option. 3C MaxxGrip et MaxxTerra sont à nouveau au programme, en carcasses EXO, EXO+, DD et DH.

 

Shorty

Maxxis ShortyLe Shorty fait le lien entre un modèle comme le DHF, conçu pour des terrains secs principalement, et le WetScream, destiné aux conditions boueuses et autres torrents qui dévalent les singles sous orage.

Il vient combler un gap qui était autrefois pourvu en recoupant les longs crampons des pneus boue et se positionne donc comme un pneu intermédiaire pour des terrains meubles à boueux avec un espacement des crampons qui permet de facilement débourrer. Forcément, on est encore sur un pneu au rendement très moyen.

Le Shorty est proposé en sections de 2.30″ à 2.50″, avec option Wide Trail comme toujours maintenant chez Maxxis sur les grosses sections. Au niveau gommes on retrouve les habituels 3C MaxxGrip, MaxxTerra et Super Tacky. Au niveau carcasses on reste là aussi dans ce que propose Maxxis pour de l’AM/Enduro/DH avec la possibilité de choisir ce pneu en EXO, DD ou DH.

 

WetScream

Maxxis WetScreamTaillé pour le grip ultime dans la boue, le WetScream est le type de pneu qu’on retrouve chez tout les manufacturiers pour répondre à un cahier des charges précis : descendre une piste de DH quand les éléments se déchainent.

C’est donc un modèle très spécifique, réservé à la boue, dont le rendement n’est même pas sujet de discussion. Il est néanmoins disponible en carcasse DD souple en plus des modèles DH à tringle rigide classiques.

En parlant des options qui s’offrent à nous, elles sont très réduites : 2.50″ en gomme Super Tacky, avec donc la possibilité d’opter pour une carcasse DD en 27.5″.

 

Minion SS

Maxxis Minion SSLe Minion SS est un semi-slick (d’où le nom) destiné à une monte arrière qui conserve les crampons latéraux iconiques des autres Minions tout en se débarassant de la rangée centrale au profit d’appendices bien plus petits et donc plus roulants.

Comme son homologue chez la marque allemande, le Minion SS demande une période d’adaptation pour s’habituder à l’inversement des sensations : le grip est bien meilleur en virage qu’en ligne droite. Comme tous les semi-slicks tournés vers une pratique engagée il est un bon moyen d’optimiser le rendement en montée tout en gardant de bonnes performances en descente, à condition de savoir l’apprivoiser et rester sur des terrains relativement secs.

Ce modèle est proposé principalement en 2.30″, ou 2.50″ pour les versions DH. Les carcassent vont de Silkworm à DH en passant par EXO et DD en gomme Dual pour les versions à tringle souple, et 3C MaxxGrip ou ST pour les déclinaisons DH à tringle rigide.

 

Aggressor

Maxxis AggressorL’aggressor est un modèle à l’introduction assez récente dans le lineup Maxxis. Il se positionne comme un pneu trail/AM assez polyvalent qui peut convenir tant à une pratique XC engagée qu’à des sorties enduro.

A l’image de ce que propose Schwalbe avec le Nobby Nic, il constitue un bon choix à l’arrière où la hauteur des crampons ne vient pas amputer le rendement plus que nécessaire tout en fournissant un grip très correct.

L’Aggressor est décliné en sections de 2.30″ et 2.50″ WT en carcasses EXO et DD. Seule le mélange de gomme Dual est proposé.

 

Trail


Ardent

Maxxis ArdentL’ardent est un autre modèle emblématique chez Maxxis, utilisé tant en cross-country qu’en all-mountain en monte arrière où son rendement le rend très populaire chez les afficionados de la marque taïwanaise.

Destiné avant tout à des terrains secs, il ne délaisse pour autant pas complètement l’accroche et s’avère être un compromis appréciable pour garder du contrôle en descente sans sacrifier les performances en montée, à condition toutefois d’opter pour la version la plus large, la plus étroite étant clairement destinée à des pratiques moins engagées.

L’Ardent est donc proposé en sections de 2.25″ et 2.40″ avec des gommes plutôt dures, Single et Dual. Il est possible de le choisir en carcasse EXO, qui constitue le niveau de protection le plus élevé pour ce modèle.

 

Rekon

Maxxis RekonLe Rekon est un modèle plus récent que l’Ardent et qui vient plus ou moins chasser sur les mêmes terres.

Il itère sur les qualités de ce dernier en proposant un peu plus de grip et des sections plus importantes pour renforcer son attrait en tant que pneu arrière qui offre un bon compromis entre accroche et rendement pour des pratiques trail/AM sur terrains secs.

Il est principalement proposé en sections de 2.40″ et 2.60″ WT, voir 2.80″ pour le modèle Plus, une version 2.25″ existant néanmoins pour les roues 29″. Les déclinaisons de gommes disponibles sont un peu plus alléchantes que pour l’Ardent : Dual mais aussi 3C MaxxSpeed et MaxxTerra sont au programme, tandis que quasiment tous les modèles font usage d’une carcasse EXO.

 

Forekaster

Maxxis ForekasterLe Forekaster, comme l’Ardent ou le Rekon, se positionne sur une pratique entre cross-country engagé et trail riding énervé allant jusqu’à l’AM raisonné.

A la différence des deux modèles précédents, ce nouveau dessin lancé en 2017 est initialement conçu pour des conditions moins idylliques. Il ressort au final que le Forekaster est un pneu assez polyvalent et facile d’accès avec son profil rond, qui peut rappeller le Nobby Nic chez Schwalbe.

Bon compromis entre grip et rendement, il est comme les autres pneus de cette catégorie plutôt reservé à une monte arrière quand on s’oriente vers des pratiques engagées qui bénéficient d’un pneu avant plus tourné vers l’accroche pure.

Sa grande plage d’utilisation se retrouve dans les différentes sections proposées, allant de 2.20″ à 2.60″ WT en gomme Dual ou 3C MaxxSpeed, carcasse EXO en option.

 

Cross-Country


Ardent Race

Maxxis Ardent RaceDéclinaison de l’Ardent classique résoluement tournée vers le rendement pour une utilisation en cross-country pure, l’Ardent Race reprend le même dessin que son grand frère mais avec des crampons à la hauteur revue à la baisse pour améliorer sa vitesse de roulement.

Maxxis le définit comme un pneu XC tourné vers des terrain plus techniques que le reste de sa gamme cross-country que nous allons voir par la suite.

Plus lourd que ses frères pour qui le rendement est tout ce qui importe, l’Ardent Race est proposé en sections de 2.20″ et 2.35″ principalement, mais le 2.60″ est également disponible. Au niveau gommes, le 3C MaxxSpeed prédomine tandis que l’on trouve quand même une déclinaison Dual. Côté carcasses, chaque version offre la possibilité de le choisir en protection EXO.

 

Rekon Race

Maxxis Rekon RaceA l’image de l’Ardent Race, le Rekon Race est la mouture cross-country compétition du Rekon classique. Lancé l’année dernière sur le marché, c’est donc encore un nouveau modèle qui fait son apparition dans le catalogue Maxxis, et de manière plutôt confiante après la victoire de Nino Schurter à Mont Sainte Anne en 2017 sur un prototype de ce nouveau pneu.

La hauteur des crampons sur la bande de roulement a été revue à la baisse, à tel point qu’il est catégorisé par la marque comme un semi-slick. C’est le pneu au profil le plus bas dans la gamme Maxxis, destiné à une monte arrière en accompagnement d’un autre modèle à l’avant.

Le Rekon Race est disponible uniquement en 29″ en déclinaisons 2.25″ et 2.35″, gomme Dual avec carcasse EXO en option.

 

Ikon

Maxxis IkonModèle XC polyvalent, l’Ikon se positionne comme un pneu de cross-country équilibré, capable de rester sous contrôle quand les conditions se dégradent.

Logiquement, son rendement n’est pas au niveau de modèles comme le Rekon Race, mais il constitue un bon choix en monte avant, et/ou pour rouler sur des terrains intermédiaires.

Présent depuis des années dans le lineup Maxxis, il est disponible dans une multitude de déclinaisons du 26″ au 29″.

Les sections vont de 2.20″ à, plus surprenant, 2.60″. Les gommes principales sont Dual, 3C MaxxSpeed ainsi que 3C MaxxTerra. Au niveau carcasses, on retrouve la protection EXO mais aussi quelques modèles en DD, preuve s’il en est de la vocation de ce pneu à montrer ses dents quand il le faut.

 

Pace

Maxxis PaceLe Pace est à l’Ikon ce que l’Ardent Race est à l’Ardent. Ce modèle reprend le dessin de l’Ikon mais opte pour des crampons à hauteur réduite afin d’améliorer son rendement.

Fort logiquement, on retrouve là encore un pneu 100% cross-country au grip fort contenu fait pour le hardpack et autres terrains secs.

Le Pace est disponible en une unique section, 2.10″, qui en dit long sur ses prétentions. Les gommes Single et Dual sont de la partie, avec encore une fois la protection EXO en option.

 

Aspen

Maxxis AspenL’Aspen est un énième pneu cross-country optimisé pour le rendement, avec cette fois un dessin un peu plus éloigné de ce que l’on trouve habituellement chez Maxxis.

Les crampons sur la bande de roulement sont assez caractéristiques même si l’on retrouve la disposition en “V” si commune chez la marque taÏwanaise.

C’est un modèle assez vieux qui va bientôt souffler ses dix bougies et dont on peut se demander s’il ne fait pas dorénavent double usage avec le Rekon Race, plus récent.

L’Aspen est proposé en sections de 2.10″ et 2.25″, gomme Dual et protection EXO en option.

 

Race TT

Maxxis Race TTCe modèle dérivé du Larsen qu’il a maintenant supplanté adopte une approche différente des autres modèles de la gamme.

Plutôt que réduire au maximum la hauteur des crampons, le Race TT augmente fortement leur nombre pour que le pneu passe plus facilement de crête à crête au contact du terrain. Pensé pour convenir aussi bien en monte avant qu’à l’arrière, ce dessin particulier qui laisse à penser que le Race TT est capable de bonnes performances sur terrains humides à boueux est cependant quelques peu trompeur, la concentration importante de crampons n’aidant en rien le débourrage.

Disponible en 2″ et 2.20″, il conserve un poids supérieur aux autres modèles XC malgré ces faibles sections. Un unique mélange de gomme est proposé, Dual, tandis que la protection EXO est comme souvent en option.

 

Crossmark II

Maxxis Crossmark IIAutre modèle qui détonne, le Crossmark adopte lui aussi une approche différente en s’appuyant sur sa rangée centrale de crampons quasi-continue pour améliorer le rendement

Comme le Race TT, c’est un pneu un peu en marge de la gamme cross-country, autrefois utilisé avec plus ou moins de succès dans d’autres pratiques, mais dont l’intérêt devient discutable avec l’avènement des nouveaux modèles. La gamme Maxxis est très (trop) conséquente et si certains modèles comme l’Ardent sont devenus iconiques au cours de leur longue vie, le Crossmark a beaucoup plus de mal à garder la tête hors de l’eau.

Il reste néanmoins disponible en 2.10″ et 2.25″ avec comme beaucoup de modèles une gomme Dual et la possibilité d’opter pour la protection EXO.

 

Les combos et pneus stars à retenir chez Maxxis


 

Pour conclure, quelques mots sur les associations magiques et celles à éviter pour une pratique qui va de l’AM au DH :

  • Le DHF est roi chez Maxxis, avec suffisamment de déclinaisons pour l’utiliser à l’avant avec un pneu plus roulant en AM ou sur les deux roues en DH. Il est interchangeable avec un DHR II qui freine mieux mais s’avère un peu moins stable.
  • Le High Roller II me fait frémir à chaque fois que je le vois monté sur un vélo de test. Il me poursuit et me hante partout, sous toutes ses formes, même au format plus. Et à chaque fois que je le roule je m’interroge irrémédiablement sur les raisons qui poussent encore tant de marques à en faire la première monte sur leurs modèles quand un DHF fait tout aussi bien, voir mieux, tout en se révélant infiniement moins traitre. Le HRII n’a pour lui que sa capacité à carver un virage parfait quand le terrain s’y prête. Pour tout le reste, il y a le DHF.
  • Le Minion SS n’est pour moi pas au niveau du Rock Razor de Schwalbe. Trop étroit, trop carré, moins prévenant, bref, moins bon.
  • Les options sont pléthoriques pour associer un pneu arrière roulant à un DHF en monte avant. L’Ardent est souvent plesbiscité autour de moi. Le Rekon m’a étonné en 2.60″ lors du test du Giant Trance E+ 2 dans des conditions pourtant peu favorables. Le Forekaster semble bien débuter sa carrière.

 

Vous avez aimé ce guide ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine pour ne pas rater les prochains !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?
Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

Vous aimerez aussi :

Test : Fox 32 Float CTD 150 2013 | Post Mortem
151
Pour ce second article de la série Post-Mortem qui remonte le temps pour revenir sur du matos d’autrefois, je vous propose d’aller plus loin encore qu'à l'épisode précédent et nous pencher sur une sér...
Transmission VTT : tout savoir sur la gamme Shimano
393
Pour faire faire suite à SRAM la semaine dernière, place à Shimano aujourd'hui !Après avoir accumulé un retard conséquent sur les transmissions 12 vitesses, tant au niveau conception que productio...
Transmission VTT : tout savoir sur la gamme SRAM
688
Après les freins et les tiges de selle télescopiques, c'est parti pour une courte mais intense série sur les transmissions. Courte parce qu'il n'y a réellement que deux géants qui proposent à grande é...
Tige de selle télescopique : tous les modèles classés par marque
800
Après mon premier article sur les tiges de selle télescopique et leur histoire qui portait davantage sur leurs caractéristiques et comment les choisir, je vous propose aujourd'hui un tour d'horizon bi...

12 commentaires sur “Pneus VTT : tout savoir sur les modèles Maxxis

  • 22 septembre 2019 à 23 h 44 min
    Permalink

    Salut j’aime beaucoup ton site ! j’apprécie particulièrement le fait qu’on aie une lecture agréable et tranquille (sans pop-up)

    je voulais demander …
    je suis un peu perdu sur les type de gomme et les protections de chez Maxxis (exo-dd-dh-maxxgrip ect…)
    tu as fait une explication dessus ou pas encore ??
    Merci pour tes explications super bien construites et merci de ta réponse !!
    ami rider de Culture Vélo ^^

    Répondre
    • 26 septembre 2019 à 20 h 27 min
      Permalink

      Salut Fabrice,

      Merci pour ton commentaire !

      Oui j’ai des articles pour ça : un topo général sur les gommes et un autre sur les carcasses. Ils rassemblent plusieurs marques mais tu trouveras Maxxis dedans 😉 .

      Répondre
  • 26 octobre 2019 à 18 h 33 min
    Permalink

    très bon descriptif sur le pneu MAXIIS ,que me conseille tu pour une pratique quotidienne sur un terrain caillouteux ;et des singles agrésifs,j’ai actuellement du 240 a l’avant high roller2 et du 230 a l’arrière en mignon dhr,j e te remercie pour ta réponse
    salut et bonne soirée

    Répondre
    • 27 octobre 2019 à 23 h 09 min
      Permalink

      Salut Dallest,

      Perso j’aime pas le HR2, le DHF est une valeur sûre à l’avant chez Maxxis.

      Pour l’arrière tu as pas mal de choix selon où tu veux placer la barre entre grip et rendement, tu peux te tourner vers l’Aggressor ou l’Ardent respectivement, le premier étant déjà un bon pas vers plus de rendement tout en gardant un grip correct si tu es habitué à rouler en DHR à l’arrière.

      En ce qui concerne les sections, pour rouler dans la caillasse n’hésite pas à passer sur du 2.50″ à l’avant. A l’arrière ce n’est pas non plus une mauvaise idée de passer sur des sections plus importantes que ce que tu as sur ce type de terrain. Carcasse EXO minimum et gomme à choisir selon ton budget pneu pour l’année ;).

      Répondre
  • 12 janvier 2020 à 12 h 09 min
    Permalink

    Bonjour,

    Merci pour vos super articles. Je pratique le VTT dans le Jura Suisse entre 1300 et 500m d’altitude. Je roule en Scott Spark rc 900 wc. Je roule par tous les temps sauf l’hiver ou je pratique le skating. J’aime les descentes assez engagées dans le doubs, mais aussi les sentiers avec beaucoup de racines. Le probleme c’est qu’il faut aussi remonter…
    1) J’aimerais une paire de Maxxis polyvalents d’avril jusqu’à décembre. Je partirais bien sûr le Forekaster avant et arrière. Est-ce une bonne idée ou voyez vous autre chose?
    2) Je vais faire le Roc d’Azur (les 5 étapes) quelle serait la bonne option chez Maxxis sue ce terrain que je ne connais pas?

    Merci

    Répondre
    • 14 janvier 2020 à 22 h 28 min
      Permalink

      Salut Lucas,

      Je suis pas 100% sûr de ton use case vu que tu roules un vélo totalement orienté vers le XC mais que tu dis préferer les descentes engagées, du coup j’hésite un peu.

      Le Forekaster est une bonne option à l’arrière et à l’avant si tu restes sur une pratique XC et trail léger, sinon perso je partirais sur quelque chose d’un peu plus aggressif à l’avant. Cela dit comme tu restes sur une machine de XC je me vois mal te proposer un DHF à l’avant et il n’y a pas vraiment d’entre-deux chez Maxxis comme par exemple le Hans Dampf chez Schwalbe.

      Tu roules avec quels pneus actuellement ? Si tu utilises un combo très tourné rendement / XC pur passer au Forekaster avant/arrière peut-déjà être un upgrade intéressant, et à partir de là tu peux décider si tu veux encore plus gros à l’avant ou si ça te suffit.

      Pour le Roc d’Azur si tu fais les Roc Trophy tu peux descendre sur du pneu un peu plus roulant à l’arrière, mais il me semble que même l’épreuve de XC par étapes passe sur du terrain un peu cassant donc j’éviterais les versions papier à cigarettes. Et puis la météo peut parfois jouer des tours, si je dis pas de bêtise récemment y’a eu une édition sous la flotte où le terrain était devenu assez horrible…

      Bref, selon ta volonté de performer et prendre des risques tu peux descendre sur des pneus plus typés cross-country pur… ou rester sur les Forekaster, au moins à l’avant, si tu y vas davantage pour le défi physique sans grande prétention vis à vis du chronomètre et que tu préfèrerais éviter le pneu déchiré au milieu du parcours ou la galère parce qu’il a plu et que tu n’as que des pneus avec peu d’accroche.

      Répondre
      • 15 janvier 2020 à 22 h 11 min
        Permalink

        Merci pour ta réponse!

        Ça me donne de belles pistes de reflexion. Mon bike est en effet tres orienté XC puisque c’est un competiteur de XC qui me l’a vendu. Mais les cotes du Doubs sont assez mechantes et verticales alors ma pratique est de fait plus engagée. Actuellement je roule Ardent devant et derrière comme pneus de tous les jours. J’ai également une paire de Rekon Race que je roule quand il fait sec et que je veux faire des kms. C’était les pneus de course de d’Alex Balmer, mon dealer de vélo et voisin.
        Idéalement j’aimerais donc une paire avec une bonne accroche par tous les temps et solides au quotidien et une paire plus sèche mais également solide pour le Roc ou même chez moi quand il fait beau. Je préfère nettement la sécurité, le plaisir et la solidité à l’efficacité absolue. Je ne suis pas marié à Maxxis non plus alors toutes tes hypothèses (même au niveau coque, gomme et dimension) sont les bienvenues.
        La question est donc: au vu de ma pratique et de mon vélo, si tu étais moi, tu ferais quoi?
        Merci d’avance!

        Répondre
        • 17 janvier 2020 à 20 h 22 min
          Permalink

          Salut Lucas,

          Le Forekaster avant/arrière me semble une bonne option pour ta pratique de tous les jours, tu devrais gagner en grip par rapport à l’Ardent, surtout quand le temps se dégrade.

          Si tu es content du Rekon Race tu peux l’utiliser en pneu arrière avec le Forekaster à l’avant pour combiner bon grip en descente dans le pentu et très bon rendement en montée sur le sec.

          Carcasse EXO pour avoir un pneu avec un minimum de protection, et perso j’opterais plutôt pour du 2.35 en section, mais là c’est encore à toi de voir où tu places la barre rendement vs grip, ces deux pneus existent en 2.20 aussi.

  • 20 janvier 2020 à 15 h 59 min
    Permalink

    Salut,

    Décidément je suis très demandeur de tes conseils avisés. N’hésite pas à le dire si cela t’ennuie.

    Ma recherche de combo pneumatique tourne à l’obsession voire à maladie mentale, mais c’est une bonne maladie… enfin pas selon ma copine, mais bref c’est une autre histoire.

    J’aime le vélo et le matériel, j’aime être à jour sur ce qui me passionne alors j’écume les forums. Les avis sont souvent plus de l’ordre du fondamentalisme marqueux que de l’analyse objective. Peu de testeurs sont exempts de propagande marketing et les conseils fleurent pour la plupart davantage l’autosatisfaction que l’argumentaire. En ce sens, ton site sort du lot, c’est pourquoi je me permet de t’écrire.

    J’ai deux paires de roues: l’une sera plutôt pour le sale temps, l’autre pour le sec. Ma pratique flirte entre le XC engagé et le AM. Les trains de pneus que je connais actuellement sont:

    Pour tous les jours
    Ardent derrière / Ardent devant

    Pour les jours secs
    Rekon Race derrière / Rekon Race devant

    Ces combos ne m’enchantent pas. Les Rekon Race ne sont pas encore morts, les Ardents oui. Je trouve que ces combinaisons ne ressemblent pas à grand-chose et qu’elles sont un peu basiques, particulièrement la première. Le tout Rekon Race avance bien mais quand ça commence à tourner vraiment dans le raide ce n’est pas exactement ça.

    En épluchant ton site, j’ai eu de nouvelles envies. J’hésite entre les combos suivantes qui sont peut-être sottes auquel cas, il faudra me le dire! Je suis également ouvert à essayer tout autre-chose si d’aventure tu avais une intuition! Les premières sont probablement plus roulantes mais j’ai peur de ne pas voir de différence avec ce que je connais déjà. Les deux suivantes sont moins consensuelles mais je n’ai pas envie de me faire poser dans chaque bosse par mes potes… Pour info, je pèse 88kg, je suis grand et j’estime ne pas être un manche en descente. J’ai une assez bonne caisse et je fais parallèlement pas mal de route aussi. Mes nouvelles idées sont:

    Mixte (pour les jours humides):
    Forekaster derrière / Forekaster devant

    Mixte (pour les jours secs)
    Rekon Race derrière / Forekaster devant

    Spécifique (pour les jours humides)
    Forekaster derrière / Magic Mary devant

    Spécifique (pour jours secs)
    Rekon Race derrière / Magic Mary devant

    L’omniprésence du Rekon Race tient uniquement au fait que j’en possède un jeu. Je suis ouvert à tout changement. Celle du Forekaster quant à elle est plus liée au fil du présent sujet et à celui de mes insomnies…

    Malheureusement, je devrai trancher car je ne vais pas m’amuser à changer mes pneus au gré de mon humeur. Je ne vais pas m’offrir une troisième paire de roues non plus. Je ne roulerai pas des sections supérieures à 2.35 et j’espère bien ne pas bouffer mes pneus en 200 bornes. Évidemment les carcasses EXO ou équivalentes sont nécessaires pour ne pas crever trop souvent. Si tu as des indications quant aux gommes à utiliser je suis preneur. J’ai un peu peur (peut-être à tort) d’un pneu semi-slic à l’arrière car je grimpe très souvent de méchants raidards qui frisent les 25% et je déteste patiner. J’ai lu tout le bien que tu pensais de ta combo Razor derrière / Magic Mary devant mais je ne sais pas si ça peut coller à ma pratique.

    En attendant ton avis d’expert et pourquoi pas une combinaison idéale sortie de ton chapeau, je te souhaite une belle fin de journée!

    Répondre
    • 23 janvier 2020 à 20 h 09 min
      Permalink

      Salut Lucas,

      Pas facile de trouver son pneu idéal sans en tester une tripotée, et chacun peut avoir des préférences qui se défendent, c’est pourquoi j’essaye toujours dans mes tests d’aller au fond des choses et montrer par exemple pourquoi un modèle peut être apprécié par certains alors que je l’abhorre (ce qui est typiquement le cas du High Roller).

      Après c’est comme pour tout, entre les déçus qui ont joué de malchance et crevé à la première sortie, ceux qui sont mariés à une marque, les débutants qui s’extasient sur le grip ultime d’un Nobby Nic, les élitistes qui ont besoin d’un DHF pour aller chercher le pain et les 0.5% qui roulent comme des cochons dans la caillasse razoir tous les jours et mangent 10 trains de pneus en carcasse DD à l’année, c’est jamais facile de faire la part des choses et trouver son pneu idéal en se basant uniquement sur des tests ou avis. Mais merci pour le compliment 🙂 .

      Pour revenir à ta question, le Magic Mary me semble overkill pour du XC. Je l’ai dit, je le redit, histoire qu’on soit au clair sur ce point. L’associer au Rekon Race à l’arrière c’est une mauvaise idée, la différence de grip va être immense. Mais si tu veux aller dans ce sens alors oui, le combo Magic Mary + Rock Razor est ce qu’il te faut. C’est une estimation au doigt mouillé mais je ne pense pas que le Rock Razor fournisse moins de grip que le Rekon Race sur la bande de roulement, et au moins tu as une vraie rangée de crampons latéraux.

      Après j’ai une solution alternative pour toi si tu veux minimiser l’investissement tout en maximisant ton expérience et c’est un des combos que tu proposes : Magic Mary à l’avant et Forekaster à l’arrière. Même si ça me choque toujours autant de proposer un tel pneu sur un XC, tester le Magic Mary te permettra de juger le grip que procure un des meilleurs pneus dans ce domaine, que ce soit sur le sec ou le mouillé, et tu pourras ensuite décider où placer la barre par rapport à ta pratique.

      C’est à mon sens plus judicieux que partir directement sur une paire de Forekaster et continuer à te demander si tu n’aurais pas du choisir un pneu avec plus de grip. Si tu trouves en effet le Magic Mary overkill, tu peux alors le remplacer par un deuxième Forekaster, mais au moins tu sauras où tu te situes sur le plan du grip entre d’un côté le Rekon Race qui est vraiment un pneu XC rapide et le Magic Mary qui est un pneu qui va de l’AM au DH. Tu peux aussi évidemment en profiter pour tester le combo Forekaster + Rekon Race sur le sec.

      A partir de là tu peux choisir ton combo idéal pour le sec et pour le mouillé. Si tu décides de rester sur le Magic Mary + Forekaster pour le mouillé, pourquoi ne pas tester le Rock Razor à l’arrière pour ton combo sec par exemple ?

      Voilà, encore une fois j’ai pas de solution magique pour toi, mais je pense que si tu t’intéresses au matos et que tu veux comprendre ce qu’offre le marché plutôt que juste avoir un combo qui marche pour ton use case no questions asked, c’est intéressant de tester un vrai gros pneu et un bon semi-slick pour savoir où l’on se situe et ce qu’on recherche exactement. Après des pneus très orientés XC il en existe une palanquée, la différence se fait davantage à la marge, et ce n’est pas vraiment mon domaine à vrai dire. Si tu veux davantage te torturer l’esprit tu peux même considérer un Nobby Nic plutôt que le Forekaster à l’arrière pour avoir des pneus raccords au niveau de la marque…

      Côté gommes chez Schwalbe tu peux partir sur du soft à l’avant et speedgrip à l’arrière, carcasses snakeskin.

      Répondre
  • 23 janvier 2020 à 22 h 19 min
    Permalink

    Super,

    Merci pour tout!

    Je vais tout essayer et reviendrai donner mon avis! Gros budget pneus cette année mais merde, on ne vit qu’une fois.

    Belle soirée!

    Répondre
  • 9 février 2020 à 2 h 49 min
    Permalink

    je veux changer de pneu mais je sais pas lequelle mettre devant ou derrière je cherche pour temps humide javais vue le Ardent mais je sais pas vraiment pour re vous meclersir deso faute

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.