Pédales Shimano MX80/GR500 : entretien, ajustements et rebuild

Aujourd’hui je vous propose un article sur l’entretien des feu MX80 ou de leur équivalent actuel GR500. Ces pédales, dont l’heure de gloire est un peu passée, ont toujours été plébiscitées davantage pour leur facilité d’entretien et leur rapport qualité/prix que leurs performances ou étanchéité, mis à mal par une concurrence proposant souvent des plateformes plus larges, plus fines, aux roulements parfois scellés (en théorie tout du moins), et ont toujours souffert de quelques problèmes récurrents mais faciles à résoudre tant que l’on ne rechigne pas à sortir la trousse à outils régulièrement.

Je vais dans dans cet article revenir sur trois aspects de l’entretien de ces deux modèles très proches à un coup de pinceau près et dont les composants internes sont identiques : l’ajustement des roulements qui constitue leur point faible principal, le remplacement de l’axe ou spindle qui se fait en deux minutes chrono, et mon astuce perso pour leur redonner leur grip du premier jour après plusieurs saisons.

 

Entretien de la plateforme


Si la finition brute des MX80 qui laisse apparaître l’aluminium brillant sous le pied est flatteuse, elle est un problème quand le matériau à la base peut texturé est peu à peu poli par l’action des chaussures. Au bout d’un temps qui s’avère finalement assez court, on se retrouve avec une pédale au métal poli qui n’accroche plus grand chose. Surtout pour ceux qui ont un temps fait l’erreur fatale de laisser les rondelles sous les picots, spéciale kass-dédi à l’ami Guigui.

Evidemment, les picots sont là pour apporter ce grip si nécessaire, mais re-texturer cette surface permet de retrouver une marge d’accroche non négligeable.

Il faut commencer par retirer les picots sur la face que l’on va traiter, avec l’option de les remplacer par des neufs s’ils sont en fin de vie.

Plateforme pédales Shimano MX80

J’utilise ensuite du papier de verre assez fin sur le métal apparent pour retrouver une texture un peu rappeuse, clairement apparente sur la photo ci-dessus côté gauche. Evidemment, plus vous utilisez un gros grain, plus la texture sera rappeuse et durera dans le temps avec un gain en grip, et inversement pour un grain plus fin.

 

Remplacement de l’axe


L’avantage des MX80 comme des GR500 est la facilité avec laquelle on peut remplacer le spindle qui comprend axe et roulements. Celui-ci est disponible un peu partout à prix presque honnête et ne nécessite absolument aucune compétence mécanique pour être remplacé, si ce n’est la possession d’une clé à molette (ou ce qui semble correspondre à une clé de 20) qui nous permet d’extraire l’ancien et insérer le nouveau. Attention, cette pièce est différente pour la pédale droite et la pédale gauche, les pas sont inversés.

Après avoir nettoyé rapidement l’alésage de la plateforme, et avant de visser le nouveau spindle ou axe, assurez-vous de graisser abondamment le pas de vis de ce dernier, l’ensemble n’étant pas étanche.

Malgré l’avantage de pouvoir remplacer cette pièce avec la plus grande facilité, il reste un peu dommage de devoir racheter le spindle entier quand l’un de ses composants lâche, comme dans mon cas où le joint (à lèvre, sinon ce serait trop facile) a rendu l’âme de chaque côté à une sortie d’intervalle, mais c’est la vie ma pauvre Lucette.

Il reste toutefois avantageux de pouvoir remplacer l’axe des MX80 par celui des GR500, la pièce étant compatible avec les deux modèles. On perd toutefois en optant pour le spindle des GR500 qui est aujourd’hui le seul à être commercialisé le bling Saint orné d’or, et ça, c’est moche.

 

Ajustement des roulements et récupération du jeu


Puisque l’on parle du spindle, il est temps d’évoquer l’éternel problème de ces pédales : le développement d’un jeu au niveau de l’axe avec le temps, qui ne cesse semble t-il de toujours revenir.

L’origine en est simple, et vient du fait que Shimano, historiquement, adore mettre des roulements ouverts manuellement pré-contraints un peu partout. Si le système présent sur ces pédales diffère quelques peu des roulements à cônes que la marque a depuis des années utilisé sur ses moyeux (et dont, on le rappelle, l’objectif était avant tout de pouvoir mieux supporter les forces latérales), la problématique de ces derniers était identique dans le fait qu’il fallait pour l’utilisateur régulièrement sortir la clé à cônes pour les resserrer.

Axe pédales Shimano MX80 et GR500

On retrouve sur le spindle un système d’ajustement similaire : un écrou et un contre-écrou à pas inversé permettent d’ajuster la pré-contrainte pour l’un, et verrouiller le réglage pour l’autre. Trop de pré-contrainte, et la pédale tourne difficilement. Pas assez, et l’on se retrouve avec du jeu dans l’axe.

Il faut donc, pour récupérer ce jeu par exemple, s’armer de deux clés (heureusement non spécifiques ici). L’écrou le plus proche des roulements permet de régler la pré-contrainte. Une fois que c’est fait, on utilise le plus éloigné pour le serrer contre le premier et éviter qu’il ne se dévisse dans le temps, entraînant l’apparition d’un nouveau jeu. Plot-twist : par expérience personnelle, la dérive est inéluctable. N’hésitez pas à sortir les deux écrous, ajouter de la loctite avant de les remettre en place, et vous assurer lors de votre réglage qu’ils sont solidement serrés l’un contre l’autre.

Evidemment, les billes étant libres dans le roulement, n’oubliez pas que si vous desserrez suffisamment les écrous, elles peuvent tout aussi librement prendre la poudre d’escampette, ainsi que leurs consœurs du côté opposé.

 

Le mot de la fin


Si les MX80 et GR500 sont aujourd’hui un peu datées dans leur philosophie par rapport aux modèles actuels et souffrent de certains problèmes, on ne peut enlever à Shimano la simplicité d’intervention nécessaire à les faire tourner à nouveau comme au premier jour, même s’il faut pour ce faire débourser la moitié de leur prix.

J’espère que cet article vous aura permis de réaliser l’opération en un éclair et/ou solutionné certains des problèmes courants qui les affecte. Nul besoin de me remercier pour ce guide qui arrive presque cinq ans après avoir glissé dans mes notes ce sujet, thème récurrent semble t-il.

Comme d’habitude, si vous souhaitez supporter Glisse Alpine (ce qui a notamment permis de vous proposer les magnifiques exemples de mon écriture manuscrite sur les photos de cet article) vous pouvez avant une éventuelle prochaine commande chez Alltricks cliquer sur mon lien affilié, ce qui me permet de recevoir une petite commission sans que le prix n’augmente pour vous, et ainsi poursuivre ma conquête du monde continuer à vous proposer ce type de contenu rétrograde qui vous incite à réparer du vieux matos plutôt qu’en acheter du tout beau tout nouveau.

 

Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir juste en-dessous dans les commentaires ou en suivant la page Facebook de Glisse Alpine.

Envie d’être tenu au courant de la publication des prochains ? Inscrivez-vous à la newsletter.

Besoin de plus d’informations ? Posez-moi vos questions dans les commentaires !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

A la une en ce moment

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.