Fourches VTT : tout savoir sur la gamme Rockshox

Après vous avoir présenté il y a quelques semaines la segmentation Signature Series que Rockshox/SRAM opère sur le haut de gamme, il est temps de faire le point sur l’offre de la marque en terme de fourches, comme je l’ai déjà fait pour Suntour et Fox. A nouveau, je vais me concentrer ici sur les modèles phares de cette année et laisser de côté l’entrée de gamme.

Nous allons donc voir le quatuor de référence qui couvre toutes les pratiques du XC au DH, mais aussi leurs équivalents milieu de gamme.

 

35 Gold / 35 Silver


Rockshox 35La 35 est un modèle un peu à tout faire de Rockshox, positionné plus ou moins à la porte du milieu de gamme, voir en haut du bas de gamme pour ce qui concerne la Silver, selon qu’on considère l’étagement de l’offre pour une pratique régulière exigeante ou par rapport au marché qui englobe les modèles à gros volumes destinés aux montures très grand public.

Il repose sur beaucoup des fondamentaux des modèles de gamme supérieure, comme un châssis acceptant des plongeurs de 35 mm, la cartouche Motion Control sur la version Gold, et le ressort DebonAir à nouveau exclusif à la Gold. La Silver doit quant à elle se contenter d’un ressort hélicoïdale sur la plupart des déclinaisons, ainsi que l’antique et très basique cartouche TurnKey d’entrée de gamme.

Côté réglages, la Gold RL propose rebond et blocage tandis que la Silver R ne dispose que d’un réglage du rebond.

Cependant, tout a été fait pour proposer ce modèle au prix le plus bas possible, ce qui explique le manque de raffinement tant pour faire diminuer le poids que la friction, avec une construction et des joints différents des modèles plus haut de gamme.

La 35 est disponible au format Boost dans des débattements qui vont de 100 à 160mm pour les roues de 27.5″ et 29″ et deux offsets par taille, soit 37 et 44mm pour la première ou 44 et 51mm pour la seconde.

 

Reba


Rockshox RebaLa Reba se positionne sur les pratiques allant du cross-country au trail, voir l’all-mountain léger pour les plus téméraires.

Contrairement à la Revelation ou la Yari qui sont dérivées de leur équivalent haut de gamme respectifs, la Reba couvre un spectre plus important que la seule SID dont elle s’inspire.

Ce modèle propose ainsi un débattement de 100 à 150mm qui s’appuie sur des plongeurs de 32mm. On trouve un ressort à air réglable via l’habituel système de cales et côté cartouche la Reba exploite le maintenant plutôt ancien damper Motion Control. Comme on va le voir, l’utilisation de cette cartouche est un élément de segmentation important qui différencie le milieu et haut de gamme chez SRAM.

La cartouche Motion Control est proposée uniquement dans sa déclinaison RL qui dispose d’un réglage de rebond et du blocage au guidon.

Cette fourche est bien entendu disponible en 27.5″ et 29″, mais elle est également déclinée en 26″ ainsi qu’en 27.5+. On la trouve en Boost 110×15 ainsi qu’en non-Boost, et en 9mm qui va de pair avec le parc 26″ vieillissant.

Enfin, une version spéciale, la Reba 26 (différente d’une Reba RL 26″), vient compléter l’offre en proposant 80 à 140mm de débattement et un tuning spécial pour les poids plume de 25 à 50kg.

 

Revelation


Rockshox RevelationLa Revelation est quant à elle tournée vers l’all-mountain et l’enduro raisonné. Elle est en fait l’équivalent milieu de gamme de la Pike dont elle reprend en grande partie le chassis.

J’ai longuement hésité à l’inclure dans cet article, la Revelation n’étant apparement plus reconduite cette année, laissant semble t-il la place à la Yari pour faire le grand écart et combler le gap du trail engagé à l’enduro dans cette gamme de prix.

On retrouve ainsi des plongeurs de 35mm et un débattement proposé sur une large plage : 120mm, 130mm, 140mm, 150mm et 160mm.

La Revelation s’appuie logiquement sur le ressort à air DebonAir réglable à l’aide du système de cales qui répondent au doux nom de “botomless tokens” chez SRAM.

A nouveau, la cartouche Motion Control est de la partie, avec cette fois un réglage externe en rebond mais aussi en compression basse vitesse.

Comme l’écrasante majorité des modèles de la marque, on la trouve déclinée en 27.5″ et 29″ en Boost 110×15 uniquement. Comme ses ainés, ce modèles laisse le choix entre plusieurs offsets : 37mm et 46mm en 27.5″ ainsi que 42mm et 51mm en 29″.

 

Yari


Pour clore le milieu de gamme Rockshox, on trouve la Yari, destinée principalement à l’enduro, mais qui, comme évoqué précédemment, lorgne aussi sur le segment AM.

Elle emploie le même chassis que sa grande soeur la Lyrik et se destine donc plus ou moins au même programme.

Le débattement disponible est de 150, 160, 170 ou 180mm et s’appuie sur des plongeurs de 35mm de diamètre. On retrouve les même technologies que depuis le début de cet article : ressort à air DebonAir dont on peut modifier la courbe d’amortissement via des cales et cartouche Motion Control.

Comme sur la Revelation, c’est une version RC qui est ici proposée, avec donc le réglage du rebond et de la compression basse vitesse.

La Yari est également proposée en 27.5″ et 29″ en Boost 110×15. Plusieurs offsets sont disponibles, 37mm et 46mm en 650B et 42mm ou 51mm en 29″.

Une version spécifique 29+ était proposée jusqu’alors (avec une large plage de débattements allant de 100mm à 180mm) mais elle ne semble pas reconduite cette année. Il faut dire que le format n’a pas bénéficié de beaucoup de traction depuis son lancement et il est bien difficile aujourd’hui de trouver un vélo qui le met à profit.

 

SID


Rockshox SIDOn met les pieds dans le haut de gamme avec la SID, la fourche résolument cross-country proposée par SRAM.

Ce modèle dont la réputation n’est plus à faire s’appuie sur des plongeurs de 32mm et propose un débattement de 100 ou 120mm selon les moutures.

On trouve toujours le ressort pneumatique DebonAir et son système de cales, mais côté damper les choses varient de manière significative selon la finition :

  • SID Select : cartouche Charger RL (rebond et blocage au guidon), finition noir mat, poids de référence 1560g
  • SID Select + : cartouche Charger 2 RL (rebond et blocage au guidon), finition noir brillant, poids de référence 1560g
  • SID Ultimate : cartouche Charger 2 RLC (rebond, compresson basse vitesse et blocage au guidon), finition noir ou bleu, poids de référence 1582g

A ces différentes finitions s’ajoutent les versions carbone, avec la SID Ultimate Carbon disponible uniquement en 100mm et qui emploie un té spécifique qui fait descendre son poids à 1481g. C’est d’ailleurs cette version qui remplace la SID World Cup qui faisait précédemment référence.

Disponibles en 27.5″ et 29″, tous les modèles emploient le standard Boost 110x15mm et un axe Maxxle Stealth. Comme on va le voir par la suite, SRAM continue à proposer plusieurs offsets sur ses modèles phares, et c’est ici le cas avec le choix entre 42mm et 51mm en 29″.

 

Pike


Rockshox PikeLa Pike est probablement devenu le modèle emblématique de la marque depuis sa résurrection il y a maintenant 6 ans, quand lors de son lancement mi-2013 elle est devenu une référence sur son segment.

Couvrant à l’origine des pratiques qui vont du trail engagé à l’enduro, la Pike a vu ses prétentions les plus engagées déléguées à la Lyrik lors de la sortie de celle-ci 3 ans plus tard. Aujourd’hui, la Pike se positionne surtout sur un segment qui va du trail au All-Mountain, avec des débattements compris entre 120 et 160mm.

Au programme, plongeurs de 35mm, ressort DebonAir et encore une fois des variations significatives côté cartouche selon la finition :

  • Pike Select : Charger RC (rebond et compression basse vitesse), finition noir mat, poids de référence 1825g
  • Pike Select + : Charger 2.1 RC (rebond et compression basse vitesse), finition noir brillant, poids de référence 1832g
  • Pike Ultimate : Charger 2.1 RC2 (LSR et LSC/HSC) ou Charger 2.1 RCT3 (LSR et LSC en mode ouvert, levier 3 positions), finition noir ou gris, poids de référence 1832g

Il faut noter la fin de la série “dual position” qui permettait d’ajuster son débattement entre deux valeurs et qui était complétée par la version “solo air”.

Disponibles en 27.5″ et 29″, tous les modèles s’appuient sur un axe Maxle Stealth en 110x15mm.

 

Lyrik


Rockshox LyrikComme évoqué précédemment, la Lyrik est donc la fourche enduro de Rockshox, directement inspirée de la Pike mais renforcée pour endurer les rigueurs des terrains les plus accidentés.

On retrouve un chassis basé sur des plongeurs de 35mm, mais qui utilisent des tubes plus épais pour améliorer la rigidité et proposer des débattements qui vont de 160 à 180mm.

Comme pour les autres modèles qui entrent dans le schéma Signature Series, la partie air est toujours identique mais la cartouche n’est pas la même selon le niveau de finition :

  • Lyrik Select : Charger RC (rebond et compression basse vitesse), finition noir mat, poids de référence 2003g
  • Lyrik Select + : Charger 2.1 RC (rebond et compression basse vitesse), finition noir brillant, poids de référence 2003g
  • Lyrik Ultimate : Charger 2.1 RC2 (LSR et LSC/HSC) ou Charger 2.1 RCT3 (LSR et LSC en mode ouvert, levier 3 positions), finition noir ou rouge, poids de référence 2003g

On retrouve encore et toujours l’unique format Boost 110x15mm et l’axe Maxle Stealth pour tous les modèles en 27.5″ et 29″. Deux offsets sont proposés : 37mm et 46mm en 650B et 42 ou 51mm en 29″.

 

Zeb


Rockshox ZebLa Zeb est un tout nouveau modèle qui fait son apparition dans la gamme 2021. Il rejoint la tendance vers toujours plus de rigidité et se positionne face à la 38 de Fox.

C’est donc sans surprise que la Zeb s’appuie sur des plongeurs de 38mm et se destine avant tout à l’enduro, bien que les débattements proposés qui vont de 150 à 190mm l’orientent également vers des pratiques all-mountain.

La Zeb utilise le très classique ressort à air Debonair et une version ou l’autre de la cartouche Charger selon le niveau de finition qui suit le schéma Signature Series :

  • Zeb Select : Charger RC (rebond et compression basse vitesse), coloris noir mat ou brillant, 2253g en 29″/190mm.
  • Zeb Select+ : Charger 2.1 RC (rebond et compression basse vitesse), coloris noir brillant ou gris avec différents autocollants, 2265g.
  • Zeb Ultimate : Charger 2.1 RC2 (LSR et LSC/HSC), coloris noir brillant ou gris avec encore des autocollants spécifiques, 2265g.

Cette fourche est à nouveau proposée en Boost avec l’axle Maxle Stealth en 27.5″ et 29″. Quatre offsets sont disponibles : 44mm et 38mm en 650B, 51mm et 44mm en 29″.

Il faut noter que la taille minimum du disque passe à 200mm et qu’il est dorénavant possible de clipser un garde-boue directement comme le veut la tendance actuelle.

 

Boxxer


Rockshox BoxxerOn termine avec la Boxxer, la fourche DH de la marque.

Le millésime 2020 marque un tournant important pour ce modèle. Des trois principaux manufacturiers, SRAM était la seule marque à encore proposer une version à ressort hélicoïdal de sa fourche de descente avec la Boxxer Team (la World Cup proposant déjà un ressort air). C’est maintenant terminé, toutes les déclinaisons de la Boxxer étant dorénavant basées sur un ressort pneumatique DebonAir.

La Boxxer emploie toujours un chassis aux fourreaux en magnésium basé sur des plongeurs de 35mm de diamètre, une approche qui fonctionne mais détonne face aux 40mm que propose Fox avec son modèle éponyme ou les 38mm de la Rux chez Suntour. Comme sur les autres modèles, la partie hydraulique qui tempère un débattement qui monte jusqu’à 200mm est différente selon les finitions, dont seulement deux sont disponibles pour cette fourche :

  • Boxxer Select : Charger RC (rebond et LSC), finition noir mat, poids de référence 2558g
  • Boxxer Ultimate : Charger 2.1 RC (rebond et LSC), finition noir ou rouge, poids de référence 2565g

La Boxxer est maintenant disponible en 29″ en plus de l’habituel 27.5″, avec deux offsets par taille : 36mm et 46mm en 650B, 46mm ou 56mm en 29″. Elle utilise dorénavant le format d’axe 20×110 Boost.

 

Le mot de la fin


Le millésime 2020 apporte son lot de changements dans le lineup de la marque avec l’apparition des Signature Series. La marque référence toujours sur son site les anciens modèles, tout comme les magasins en ligne qui écoulent encore souvent des modèles qui ont deux ans, voir plus. J’ai préféré me concentrer sur la gamme actuelle, ne soyez donc pas étonné de trouver ça et là des fourches au nommage différent ou qui offrent des prestations également différentes : j’ai essayé d’aborder au fur et à mesure les changements qui sont apparus mais il ne fait nul doute que je n’ai pas été exhaustif.

Enfin, je n’ai pas abordé certains modèles comme la Sektor ou la Recon qui à mon sens tirent plus vers la frontière entre milieu et bas de gamme, mais j’ai toutefois dans une mise à jour inclus la 35 suite à plusieurs demandes dans la partie commentaires de cet article. Il faut dire que l’offre SRAM sur ce segment brouille un peu les lignes et j’ai préféré me concentrer sur les fourches plus en phase avec une pratique Glisse Alpine compliant.

 

Vous avez aimé ce guide ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine pour ne pas rater les prochains !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

Vous aimerez aussi :

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

14 commentaires sur “Fourches VTT : tout savoir sur la gamme Rockshox

  • 13 août 2020 à 12 h 27 min
    Permalink

    Bon gros travail de deblayage pour le neophyte que je suis. Avec tous les autres articles que tu as faits, ça permets d’avoir les idées bcp plus claires.
    Merci et bonne bière

    Répondre
  • 1 novembre 2020 à 19 h 43 min
    Permalink

    Tout comme Laurent, je ne peux que dire merci. Je me sens un peu moins truffe pour ce qui concerne les fourches, et moins perdus entre les gammes / modèles, pléthoriques.

    Par contre, j’ai une question : peut-on changer un modèle de fourche d’une marque pour un modèle équivalent d’une autre marque, sans saboter la géométrie d’un VTT ? (en restant dans les mêmes débattements et en conservant le même format de roue, etc).

    Pourquoi ma question ? Parce que souvent on entend ‘le vélo a été conçu avec une fourche de ‘telle marque’, et faut pas toucher’. Ce qui me semble simultanément simpliste et grossier, sinon un raccourci abusif. Idem pour le ressort / suspension du cadre, d’ailleurs. Mais ce n’est peut-être que le néophyte en moi qui voit le mal partout !

    Qu’en penses tu, Sébastien ?

    Merci d’avance

    Répondre
    • 2 novembre 2020 à 18 h 05 min
      Permalink

      Salut Vince,

      Aucun problème pour changer de fourche, d’ailleurs tu peux constater que pour un modèle de vélo donné il y a souvent passage d’une marque de suspensions à une autre selon les versions et montées en gamme. Les marques de vélo peuvent parfois demander sur une suspension OEM l’utilisation d’une huile différente côté cartouche par exemple pour modifier à la marge le comportement en compression/rebond, mais une fourche reste un composant indépendant que tu peux échanger sans problème et qui n’aura aucune incidence sur la géométrie tant que tu respectes les mêmes specs.

      Côté amortisseur c’est plus ou moins le même constat, à la différence que tu peux avoir quand même des spécificités. Tu as quelques innovations propriétaires, que ce soit le brain chez Spé ou les différents systèmes de blocage électroniques “intelligents” qui reviennent régulièrement comme l’e:i shock entre Rockshox et Lapierre ou ce qu’a fait Fox plus récemment et dont j’ai oublié le nom.

      Outre cela il faut garder un œil sur la cinématique et la courbe de progression du cadre, par exemple si tu colles un amortisseur à air très progressif sur un cadre pensé pour bien marcher avec un amortisseur à ressort qui a une courbe d’amortissement linéaire, tu peux être embêté. Mais pour moi ça fait partie du choix de passer sur un amortisseur différent et de l’impact escompté sur les performances du vélo, ça n’a rien à voir avec la géométrie de la machine et la plupart du temps ta suspension OEM n’a rien de différent de celle que tu trouves en aftermarket, mis à part parfois (voir souvent) des features en moins pour gagner en marge sur les grandes séries.

      Bref, aucun problème pour passer d’une marque à l’autre tant que tu sais ce que tu fais, c’est même souvent un bon plan pour l’upgrade quand tu as un ou deux composants au rabais sur un vélo de milieu de gamme qui te convient sinon parfaitement, ou que pousse prématurément en fin de vie lesdits composants au rabais.

      Répondre
  • 10 février 2021 à 10 h 44 min
    Permalink

    bonjour, je regarde en ce moment le vtt ORBEA WILD FS H25 LG GRF NEG avec fourche RockShox 35 Gold RL Crown adjust Q15x1 — votre étude n’aborde pas la catégorie GOLD !! est-ce un nouveau modèle depuis votre étude et qu’en pensez vous ? — merci beaucoup et bravo pour votre travail.

    Répondre
    • 10 février 2021 à 14 h 04 min
      Permalink

      Salut Alain,

      La Gold 35 est apparue en 2019 je crois. C’est un modèle qui est dans le bas du milieu de gamme on va dire, en-dessous de la Révélation avec une construction plus cheap, bien que tu aies un châssis basé sur des plongeurs de 35mm, la cartouche Motion Control et le ressort DebonAir. Bref, c’est pas fou, comme je l’explique dans mon article sur le choix de composants sur un vélo neuf, je partirais pas sur quelque chose en dessous d’une Pike/Lyrik pour rester chez RS pour un vélo à ce prix.

      Je vais mettre l’article à jour pour inclure la Gold 35 dès que j’ai un peu de temps, à l’origine je voulais me concentrer sur le milieu et haut de gamme mais puisque j’ai déjà inclus la Reba je peux bien ajouter la Gold…

      Répondre
  • 4 mars 2021 à 9 h 48 min
    Permalink

    Bonjour Sébastien,

    Encore une fois article plus qu’intéressant comme à l’habitude sur glisse-alpine, félicitation.

    Je roule sur un gt sensor elite, plus all-moutain light que enduro. Mais tout comme le précédent commentaire, il est équipé de la RS 35 GOLD RL.
    Bien qu’étant un rider, je dirais, au départ de la courbe de son apprentissage, j’ai l’étrange sensation d’une fourche cheap et manquant de rigidité.
    Je suis donc très intéressé de lire ton analyse et avis sur cette gamme, lors de la mise à jour de ton article.
    Et encore merci pour ton implication.

    Répondre
    • 8 mars 2021 à 13 h 59 min
      Permalink

      Salut Sylvain,

      L’article a été mis à jour 🙂 .

      Ton ressenti est intéressant, je suis un peu surpris en ce qui concerne la rigidité, en 140mm le châssis devrait faire le job de manière honnête. En revanche pour l’aspect “cheap”, ça dépend de ce que tu veux dire, mais c’est bien possible oui. Ca reste un modèle assez entrée de gamme, tu n’as pas le degré de raffinement et de contrôle au niveau hydraulique que tu trouves sur une Pike par exemple, et beaucoup de choses ont été laissées de côté pour faire baisser le prix, tant côté friction que poids par exemple.

      Bref, comme je le disais dans mon commentaire précédent, c’est pas fou et c’est pour moi un point noir sur des vélos qui se situent dans un ordre de prix où tu peux trouver des fourches qui font les bons compromis sans perdre beaucoup en performances par rapport au très haut de gamme.

      Répondre
  • 10 mars 2021 à 3 h 43 min
    Permalink

    Merci pour ta réponse.
    Je viens de lire la mise à jour.

    Je pense que le manque de rigidité que je ressens se situe au niveau des douille de guidage ? ? Ou alors il est possible que ma fourche ait un défaut…. ( ca arrive à ce qu’il paraît….)
    Ceci dit pour le côté cheap je pense notamment à la fragilité de la molette de réglage du rebond en plastique que j’ai découvert casser sans taper ni chuter,
    Je pense également à l’absence de graduation pour le sag sur un tube de fourche.

    Grâce à ton article je comprend que c’est une monte OEM. D’ailleurs je pense qu’elle est conçu dans l’optique d’être remplacée rapidement et a fortiori sur des bikes milieu de gamme donc “upgradable” et upgradé très souvent.

    Quoiqu’il en soit merci pour tes analyses, continue.

    Répondre
    • 10 mars 2021 à 20 h 18 min
      Permalink

      Salut Sylvain,

      Si tu as du jeu au niveau des bagues de guidage (celles situées dans les fourreaux qui guident les plongeurs) tu peux envoyer ta fourche en SAV illico, c’est clairement pas un problème que tu veux laisser empirer ou un défaut acceptable même pour une fourche à ce prix.

      Les graduations sur les plongeurs je trouve ça très optionnel, d’ailleurs des trois grands il n’y a que Rockshox qui s’entête à les apposer, en revanche les molettes en plastique c’est en effet la lose.

      La 35 Gold est dispo en OEM mais pas seulement, tu la trouves aussi à la vente en seconde monte.

      Répondre
      • 12 mars 2021 à 12 h 26 min
        Permalink

        Je te remercie pour tes réponses!

        En effet j’ai contacté alltricks (qui m’a vendu le bike) ils me suggèrent de renvoyer la fourche.
        Affaire à suivre donc !

        Répondre
  • 5 avril 2021 à 15 h 42 min
    Permalink

    Salut Sébastien,

    Est-ce que faire appliquer le “charger 2.1 damper kit” sur une Lyrik select d’entrée de jeu, ça vaut le coup ? Parce que trouver la Lyrik select ‘toutcourt’ sur un enduro hdg à plus de 6000 boules, je trouve ça mesquin. Par chez moi, c’est des murs, des murs et des murs (façon de parler), de la terre bien noire et ‘dré dans l’pentu’ et de la pierre qui roule sous lit de feuilles.

    Je trouve en effet le prix du kit relativement raisonnable, sinon contenu. Et un ‘simple mécanicien’ peut-il procéder à l’installation du kit en magasin, ou bien faut-il avoir la certification rockshox (ou l’équivalent) ?

    Encore merci pour tous tes guides, qui rendent moins truffes !

    Répondre
    • 5 avril 2021 à 20 h 01 min
      Permalink

      Salut Vince,

      Difficile à dire pour moi, en plus SRAM a filouté en introduisant une version à la conception bien différente du Charger d’origine avec les Charger RC des modèles récents. Il faut d’ailleurs que je fasse un point et que je mette à jour mon article sur les Signature Series à ce sujet.

      Le changement est relativement facile sinon, il suffit de sortir l’ancienne cartouche et installer la nouvelle, tu as la procédure complète et en français pour chaque cas ici.

      Répondre
  • 6 avril 2021 à 13 h 10 min
    Permalink

    Salut Sébastien,

    Merci pour la réponse, ultra rapide , comme d’habitude ! Bonne continuation et longue vie à ton site, qui est une véritable mine d’informations, truffées de pépites. Et comme je crois bien ne pas être le seul néophyte à surnager, grâce à ton œuvre : Merci² (bis) 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.