Chaussures VTT : tout savoir sur la gamme O’Neal

La marque californienne fondée par Jim O’Neal en 1970 avec un premier focus sur le motocross, s’est depuis développée également côté VTT, et propose aujourd’hui une gamme relativement étoffée qui couvre une bonne partie de l’équipement du pilote, du casque aux chaussures en passant par les gants, protections et autres maillots.

Si elle fait plus rarement que d’autres la une des revues spécialisées, les produits de la marque sont pourtant régulièrement des alternatives intéressantes sur le plan tarifaire, puisque souvent proposés à des prix qui échappent à l’embonpoint constaté chez certains fabricants qui ont le vent en poupe, et les positionnent ainsi à la portée des bourses les moins fortunées, et des rideurs qui veulent aller à l’essentiel.

Je vous propose aujourd’hui de faire le point sur ce que O’Neal propose en termes de chaussures, et voir si cette tendance se confirme sur ce secteur qui a connu une évolution certaine au fil des années.

 

Pinned Flat


O'Neal Pinned Flat

La Pinned Flat est un modèle qui est, ou tout du moins était, central dans l’offre de la firme californienne. C’est un modèle initialement relativement basique, sur lequel d’autres itèrent, mais proposé à un tarif d’entrée de gamme qui constitue un terrain sur lequel rares sont les marques concurrentes qui osent s’aventurer, bien que les événements de ces deux dernières années ne l’ont pas mis à l’abris d’une hausse sur ce plan.

L’enveloppe en synthétique privilégie la résistance aux infiltrations plutôt qu’une meilleure évacuation de la transpiration, bien que les perforations soient apparues au fil des années. Le laçage est tout ce qu’il y a de plus classique, et une protection des orteils plutôt sommaire sur ce modèle est la bienvenue.

Côté semelle, O’Neal utilise un motif hexagonal associé à une gomme qu’elle appelle Honey Rubber, en forme d’alvéoles d’abeille. Ce dessin a été revu pour la gamme 2022 avec des hexagones extrudés plutôt que creusés dans la semelle.

 

Pinned Pro


O'Neal Pinned Pro

La Pinned Pro itère sur sa petite sœur de manière assez subtile, puisque la majorité de la chaussure reste identique, à l’exception de la découpe côté malléole interne qui disparaît, offrant ainsi un format finalement assez répandu chez pas mal de marques, qui permet davantage de protection à cet endroit.

Pour le reste il n’y a pas de changement, on retrouve l’enveloppe synthétique et le laçage classique, associés à la semelle Honey Rubber de la marque.

 

Pinned SPD


O'Neal Pinned SPD

La Pinned SPD, comme son nom l’indique, est une mouture pour pédales automatiques qui conserve un format proche, mais pas tout à fait à identique, selon les années, à la Pinned Flat.

Les premières versions de la Pinned SPD perdaient un peu le look sneakers au profil bas des Pinned Flat en prenant un peu d’embonpoint côté semelle, ce qui permettait de loger la découpe qui accueille la cale et ajouter un renfort en nylon pour plus de rigidité. Sur les modèles actuels, la différence est bien plus subtile.

Pour le reste, il n’y a pas vraiment de changement. L’enveloppe en synthétique reste de mise et n’évolue pas, comme le laçage qui fait de la Pinned SPD un des rares modèles automatiques qui fait aujourd’hui fi d’une sangle près de la cheville pour un meilleur maintien. Le dessin de la semelle est également similaire mais varie là encore avec les années, avec l’emploi du dessin en forme d’alvéole comme sur les autres modèles Pinned, sauf depuis 2022 où elle adopte le dessin de la Sender.

 

Pumps Flat


O'Neal Pumps Flat

Les Pumps, lancées pour la collection 2021, doivent selon O’Neal faire le pont entre casual wear au jour le jour et pédalage endiablé, permettant le premier sans empiéter sur les qualités nécessaires au second.

On retrouve une enveloppe synthétique et un laçage classique comme sur la Pinned, mais la semelle emploie en version 2021 le design que l’on verra par la suite sur la Sender à la place du motif en alvéoles. En 2022 il a cependant évolué comme sur les Pinned, avec un tout nouveau motif à losanges extrudés sur toute la longueur de la semelle externe et schéma bi-ton.

 

Sender


O'Neal Sender

La Sender est la première chaussure pour pédales plates haut de gamme de la marque, avec une conception ostensiblement plus travaillée que la série Pinned.

On retrouve une enveloppe en synthétique, au départ perforée sur l’avant du pied, et maintenant agrémentée de panneaux en mesh, pour offrir davantage de ventilation. Le rembourrage est plus fourni pour plus de confort, tandis qu’une sangle vient compléter le laçage pour un meilleur maintien. La découpe est similaire à la Pinned Flat de base, identique de chaque côté. La protection des orteils et du talon est renforcée.

Enfin, côté semelle externe, O’Neal utilise sur la Sender la même gomme Honney Rubber mais un dessin différent et quelques peu tortueux, qui combine des motifs hexagonaux qui s’estompent au niveau de la pédale pour offrir davantage de surface de contact, et quelques inserts artistiques ça et là.

C’est un modèle qui n’est apparemment pas reconduit post-2021.

 

Sender Pro


O'neal Sender Pro

La version Pro de la Sender est à nouveau assez proche du modèle de base, mais s’en différencie principalement par le remplacement du laçage classique par un système de type Boa en mouture maison, ce qui fait de ce modèle l’un des rares à être équipé du combo Boa et sangle pour une utilisation pédales plates.

Pour le reste on retrouve ce qui définit la Sender avec une enveloppe en synthétique perforée sur l’avant du pied, une bonne protection des orteils et du talon, ainsi que la même semelle externe.

 

Flow SPD


O'Neal Flow SPD

La Flow se rapproche initialement de la Sender de base, mais pour pédales automatiques, et avec quelques différences notables.

Cette chaussure, qui est à nouveau un petit pas par rapport à la Pinned, met à profit comme la Sender une sangle sur le haut du pied, couplée à un laçage classique. Elle se différencie toutefois de cette dernière par l’utilisation de panneaux en mesh, sur l’avant du pied notamment, couplés à la perforation de l’enveloppe synthétique sur les flancs de la chaussure.

On retrouve cependant un bon niveau de protection des orteils, le renfort en nylon propre aux pédales automatiques pour plus de rigidité, ainsi que la semelle Honey Rubber dorénavant avec le dessin de la Sender.

 

Traverse Flat


O'Neal Traverse Flat

La Traverse est une chaussure qui se positionne dans la gamme O’Neal comme un modèle pour celles et ceux qui passent un temps non négligeable avec le vélo plutôt sur le bonhomme (ou la bonne dame) que sous celui-ci (ou celle-ci). Le format tire clairement sur une chaussure de trekking sur le plan visuel, mais la semelle est travaillée pour tenter de répondre aux exigences de l’un comme de l’autre.

On trouve une enveloppe en synthétique, perforée sur l’avant du pied et offrant de maigres découpes avec empiècement en mesh sur les côtés. Le laçage est de type rapide avec une sangle sur le haut de la chaussure pour un bon maintien. Des protections pour le talon et les orteils sont présentes.

Côté semelle ont trouve donc un dessin majoritairement typique d’une chaussure trail/trek, mais qui présente une zone plus planes, avec un motif toutefois présent mais plus neutre (les hexagones sont toujours de la partie), au niveau de la pédale. Cette semelle externe est référencée sous le nom “Adventure” dans la gamme O’Neal.

 

Traverse SPD


O'Neal Traverse SPD

La Traverse SPD est l’équivalent de la Traverse Flat pour pédales automatiques.

Le format n’évolue pas pour ce modèle par rapport à la version pour pédales plates, à la seule exception de la découpe au niveau de l’emplacement de la cale, ainsi que le renforcement en nylon qui permet plus de rigidité au niveau de la semelle, très classique sur tous les modèles pour pédales automatiques.

 

Session SPD


O'Neal Session SPD

La Session, modèle pour pédales automatiques, est initialement la plus cross-country des chaussures proposées par la marque américaine, sans vraiment en être une. C’est un modèle qui reste proche des codes de la marque tout en réduisant son poids au maximum ou presque et en faisant la part belle à la ventilation. Aujourd’hui, elle semble au niveau look s’être recentrée dans son approche et ne plus vraiment détonner.

La Session s’appuie ainsi sur une enveloppe synthétique perforée et largement découpée sur la face externe au profit de multiples panneaux en mesh sur les premières versions, remplacés par un grand panneau unique dans les dernières, ainsi qu’une languette tout aussi respirante. Le laçage se fait grâce au système à cliquet maison qu’il ne faudrait pas appeler Boa mais dont l’évocation permet à tout le monde de comprendre de quoi il s’agit, et une sangle sur le haut du pied vient fournir un meilleur maintien. Si la marque a fait le choix d’une chaussure légère et respirante, elle n’a cependant pas fait l’impasse sur la protection face aux débris en optant pour l’ajout d’une jupe ou guêtre en lycra au niveau de la découpe pour la malléole.

Comme toutes les chaussures SPD de la marque elle possède le renfort en nylon pour plus de rigidité côté semelle, cette dernière optant initialement pour le même dessin que la Pinned SPD avec le motif en forme d’alvéoles, remplacé sur les dernières versions par le motif de la Sender.

 

Loam WP SPD


O'Neal Loam WP SPD

Pour terminer, la Loam est la chaussure qui chez O’Neal se destine aux conditions froides et humides, uniquement proposée en mouture pour pédales automatiques, parce qu’il faut croire qu’en pédales plates on ne roule que quand il fait beau et chaud.

Pour garder les pieds chauds et secs, la Loam utilise pas mal des technos vues précédemment, sur lesquelles elle itère.

On retrouve ainsi une enveloppe synthétique dont la découpe autour de la malléole est augmentée d’une petite jupe ou guêtre en lycra pour plus d’étanchéité. Le système de laçage de type Boa (à nouveau dans une mouture propre à la marque) n’offre cette fois pas de sangle supplémentaire, mais une large protection vient recouvrir la languette pour à nouveau laisser les éléments à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur de la chaussure.

Comme sur le reste de la gamme, la protection des orteils et du talon ne sont pas oubliées. Côté semelle, c’est encore le modèle “Adventure” utilisé sur la Traverse qui est employé, avec le renfort en nylon propre aux chaussures SPD de la marque.

 

Ce qu’il faut retenir


O’Neal propose une gamme segmentée par caractéristiques, plus que par usage selon le schéma classique XC/Trail/Enduro/DH. Les Pinned Flat, Pinned SPD et Pinned Pro occupent aujourd’hui l’entrée de gamme “tout-venant” de la marque, tandis que les modèles plus haut de gamme se spécialisent davantage, laissant entre les deux la série Sender (ou Flow en pédales automatiques) généraliste mais plus haut de gamme que la Pinned, toutefois mise à l’écart pour la saison à venir.

Ainsi, la Traverse penche du côté hike-a-bike, la Session constitue l’option pour ceux qui cherchent légèreté et ventilation, tandis que la Loam est à l’inverse le modèle hivernal type proposant conservation supérieure de la chaleur et évitant autant que possible les infiltrations.

Les différences entre millésimes (V.22, V.21, …) jettent toutefois le trouble sur pas mal de modèles, notamment au niveau des dessins de semelles externes qui semblent jouer à la chaise musicale entre différents produits. Attention à vérifier lors de l’achat pour lequel on opte si l’on a jeté son dévolu pour l’un ou l’autre à l’avance.

 

Enfin, si vous souhaitez accéder aux autres volets de cette série d’articles sur les chaussures VTT, vous pouvez le faire grâce au petit index suivant qui les répertorie :

 

Vous avez aimé ce guide ? Faites-le savoir juste en-dessous dans les commentaires ou en suivant la page Facebook de Glisse Alpine.

Envie d’être tenu au courant de la publication des prochains ? Inscrivez-vous à la newsletter.

Besoin de plus d’informations ? Posez-moi vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

A la une en ce moment

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

4 commentaires sur “Chaussures VTT : tout savoir sur la gamme O’Neal

  • 11 octobre 2021 à 18 h 50 min
    Permalink

    Bonjour Sébastien.

    C est bien de avoir rapidement le panel de toutes ces chaussures.
    Je lis avec intérêt presque toutes tes publications.
    J aurai aimé avoir des informations concernant la souplesse des chaussures ayant un usage exclusif enduro et j aime plutôt les semelles rigide pour pédaler.
    En même temps les marques ne donnent pas beaucoup d info à ce sujet… pourtant ces un paramètre qui le paraît important pour des shoes ….

    Bon Boulot

    Jacques

    Répondre
    • 18 octobre 2021 à 21 h 40 min
      Permalink

      Salut Jacques,

      Merci, j’essaye en effet de donner l’info quand j’ai eu les chaussures entre les mains à un moment donné ou pendant plus longtemps (plutôt sous les pieds du coup), c’est pour ça que j’en ai pas mal parlé sur l’article consacré aux Five Ten par exemple, mais sinon c’est vrai que c’est compliqué, beaucoup de marques disent évidemment que leurs modèles représentent le compromis idéal entre souplesse et rigidité…

      Répondre
  • 12 octobre 2021 à 20 h 27 min
    Permalink

    Et au niveau taillant? large? étroite ? ça aussi c’est une donnée qui manque chez les fabricants…

    Répondre
    • 18 octobre 2021 à 21 h 42 min
      Permalink

      Salut Thomas,

      Oui, et c’est comme la rigidité une donnée dont le standard varie d’une marque à l’autre donc même quand elle est communiquée il est difficile de faire le rapprochement avec ce qu’on ride actuellement…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.