Amortisseurs VTT : tout savoir sur la gamme Suntour

Troisième volet de ma série consacrée aux amortisseurs et faisant suite à Fox et Rockshox, l’article d’aujourd’hui est consacré à la gamme Suntour.

La marque dont le QG est basé à Osaka propose actuellement un nombre de modèles très contenu pourtant destiné à couvrir la plupart des pratiques. Le premier fabricant de fourches au monde n’a jamais eu une gamme pléthorique dans ce domaine, mais elle semble en mouvement perpétuel et donc bien difficile à suivre. Les modèles Unair et Duair ne sont plus et ont servi de plateforme pour la gamme actuelle, remplacés ou rebadgés.

On ne retrouve plus aujourd’hui que trois modèles (dont deux dans la gamme principale) que je vous propose de découvrir sans plus attendre.

 

Raidon


Suntour Raidon

Le Raidon occupe l’entrée de gamme de la marque nippone. Basé sur l’Unair, il se destine à une pratique XC/Trail.

On le retrouve en deux versions, R et LO, soit avec réglage du rebond pour la première ou verrouillage pour la seconde.

Ce modèle est disponible en entraxes standards (Imperial) ou métrique. Les deux versions sont proposées en 6 longueurs allant de 152×31 à 200×57 dans le premier cas et 8 tailles de 170×30 à 260×65 dans le second.

 

Edge


Suntour Edge

L’Edge, modèle inline de la marque, se positionne sur des segments qui vont du XC à l’Enduro en passant par le Trail ou l’AM et avec un biais logique vers les deux pratiques les moins extrêmes.

On le trouve en 6 versions : R, RC, RL-RC, RL-R, RL-R8, LO-R, LO-R8. La version R permet de régler le rebond, la RC le rebond et la compression basse vitesse. Les versions RL-R et RL-R8 proposent un verrouillage au guidon, la première permettant un blocage total et la seconde un blocage partiel à 80% via une compression élevée. La version RL-RC est donc logiquement une RC avec blocage au guidon. Enfin, la LO-R dispose du blocage et d’un réglage de rebond tandis que la LO-R8, vous l’aurez compris, est un LO-R avec verrouillage partiel à 80%.

Il faut également savoir que les versions LO-R et LO-R8 avec blocage sont convertibles en blocage au guidon.

Ces modèles disposent tous du système de réglage du volume de la partie air via des spacers.

L’Edge est comme le Raidon disponible en entraxes standards et métriques, auxquels s’ajoute la possibilité d’opter pour un montage trunnion dans le second cas. Les tailles vont globalement de 152×31 à 216×63 en entraxe standard et 170×30 à 250×75 en métrique ou 145×30 à 225×75 en montage trunnion.

 

Triair


Suntour Triair

Les modèles à réservoir piggyback ont ces dernières années fleuri en dehors des pratiques les plus extrêmes qui leur étaient autrefois réservés et Suntour ne déroge pas à la règle en proposant avec le Triair un amortisseur de ce type.

Le Triair se décline en une unique mouture 3CR qui permet outre sa molette de rebond de régler la compression entre les trois modes ouvert, moyen et ferme que tous les fabricants proposent sous un nom ou l’autre. L’idée est comme d’habitude d’utiliser le mode ouvert pour la descente, le ferme pour pédaler sur les surfaces très lisses et le mode intermédiaire pour les montées sur chemin ou les singles au dédoublement de personnalité qui ne savent pas si leur raison de vivre est de gagner de l’altitude ou en perdre.

Le Triair a la particularité de proposer un ressort négatif à air très flexible puisqu’en plus de choisir la pression de la chambre négative il est possible d’en modifier le volume via des spacers.

Cet amortisseur est disponible en entraxes standards, métriques et montage trunnion. Les tailles proposées sont de 200x57mm et 216x63mm dans le premiers cas et vont de 210x50mm à 250x75mm dans le second ou 185x50mm à 225x75mm en trunnion.

 

Le mot de la fin


Bien qu’elle ait vocation à s’étendre, Suntour propose une gamme actuellement très réduite. Il manque par exemple un modèle réellement tourné vers la descente (le Triair et son réglage de compression sur 3 positions semble avant tout conçu pour l’AM et l’Enduro) et une option à ressort hélicoïdal pour coller à la tendance actuelle, option que les marques concurrentes proposent depuis maintenant plusieurs années.

Par conséquent, il est difficile de se tromper dans ce lineup qui ne propose mis à part le Raidon d’entrée de gamme qu’un modèle inline et un modèle piggyback.

En l’état c’est un pari qui peut sembler risqué mais n’est pas dénué de sens et semble indiquer que la marque est confiante dans les performances et la polyvalence de ses produits. Comme évoqué il y a quelques semaines, Fox réduit la complexité de sa gamme de manière similaire avec en version air un unique modèle inline qui se décline également en version piggyback pour plus de performance dans les pratiques intermédiaires et un modèle piggyback tourné vers l’enduro et la descente. Des trois grands fabricants sur le segment de la suspension VTT il ne semble au final rester que SRAM pour noyer le marché sous une avalanche de modèles différents.

Là où la marque nippone se différencie de ses concurrents principaux c’est aussi sur l’unique niveau de “finition” proposé sur chaque modèle, ce qui simplifie encore le catalogue. Pas de version Ultimate ou Factory aux couleurs premium et à la configuration obscure ici, il n’existe qu’une variation possible pour un modèle spécifique avec une cartouche donnée.

Malheureusement, la présentation de ce lineup d’amortisseurs sur le site Suntour est assez catastrophique, mêlant les différentes moutures de chaque modèle de manière anarchique bien qu’il soit possible de filtrer selon sa pratique ou le modèle recherché. Les informations sont souvent éparses (impossible de connaitre la différence entre un Raidon ou un Edge au premier abord par exemple) ou passent facilement inaperçues. Les descriptions de l’Edge ou du Triair sont disponibles dans les pages produit, mais sous une photo qui laisse à penser qu’il n’y a rien d’autre à consulter sur la page !

C’est d’autant plus dommage que la marque a fait l’effort de produire des documents de qualité quand sa gamme était divisée en Unair, Duair et Triair, en allant jusqu’à des recommandations selon le ratio de la suspension arrière et son évolution. Le fait que la segmentation de la gamme ait depuis évolué n’arrange en rien la lisibilité de l’offre actuelle pour le néophyte, offre pourtant limpide une fois comprise.

 

Pour aller plus loin :

 

Ce guide vous a été utile ? Faites-le savoir juste en-dessous dans les commentaires ou en suivant la page Facebook de Glisse Alpine.

Envie d’être tenu au courant de la publication des prochains articles ? Inscrivez-vous à la newsletter.

Besoin de plus d’informations ? Posez-moi vos questions dans les commentaires !

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Un grand merci à vous si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin de conseils pour choisir les meilleurs pneus ?

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400

 

Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

 

A la une en ce moment

Sébastien

Papa de Glisse Alpine et homme à tout faire depuis 2016. Rideur. Editeur. Photographe. Développeur. SysAdmin. Web Perf. SEO. Marketing. Café.

icone facebook icone twitter icone rss icone youtube

4 commentaires sur “Amortisseurs VTT : tout savoir sur la gamme Suntour

  • 25 avril 2021 à 18 h 05 min
    Permalink

    Bonjour,
    À part le prix je ne vois pas les différences entre :
    -la TRIAir 3CR Metric
    Et
    -la TRIAir 3CR Trunnion Mount

    Merci d’avance pour les lumières
    ++

    Répondre
    • 25 avril 2021 à 19 h 07 min
      Permalink

      Salut David,

      La différence porte sur les points d’ancrage de l’amortisseur, il faut que ce soit compatible avec ton cadre.

      Si tu prends la photo d’illustration tout en haut de cet article par exemple, l’amorto à droite est au format classique, avec des œillets, tandis que celui de gauche est en trunnion. Au lieu d’utiliser un œillet traversé par un axe à son sommet, le corps de l’amortisseur est directement vissé au cadre de part et d’autre du corps.

      Répondre
      • 26 avril 2021 à 17 h 59 min
        Permalink

        Top, merci++ ainsi que pour la rapidité de la réponse

        Répondre
  • 24 mai 2021 à 1 h 14 min
    Permalink

    Merci pour cette revue détaillée, dans une langue qui se tient.
    Un témoignage plutôt qu’une question :
    J’ai cassé mon Fox float DPS monté d’origine sur un Trek Fuel EX 9.8 de 2014 (méga fuite d’huile au niveau de la manette trois positions, au bas d’une descente un peu engagée et un peu longue).
    Je me suis mis à la recherche d’un SKU (ça veut dire amortisseur ?) en ligne, après que mon vélociste m’ait expliqué que Fox ne fournit plus les pièces aux vélocistes qui avaient l’habitude de réparer (??) et impose une file d’attente pour accepter le machin dans leur atelier agréé, et après avoir eu communication (six semaines plus tard) d’un devis de réparation de 270 € (avec ou sans garantie ?).
    Donc que je vais plutôt commander par exemple un Rock shox ultimate rct Trunnion à 345 € (mon FoxFloat est en montage Trunnion).
    À 74 ans, je fais du trail +- “enjoué”, et je laisse les piggyback et autres coil + air aux jeunes enduristes et dh-istes.
    Bon, en attendant je vais m’entrainer au wheeling sur mon semi-rigide, merci encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.