Etrier Shimano Saint

Comment changer ses plaquettes de frein | EZ Tech

Remplacer une paire de plaquettes de frein sur son VTT n’a rien de sorcier et se fait en quelques minutes, à condition de prendre une ou deux précautions. Suivez le guide pour réaliser cette opération basique sans commettre d’impair.

Avant toute chose, si vous ne savez pas comment choisir vos nouvelles plaquettes de frein, vous pouvez vous référer à ce guide qui explique notamment la différence entre chaque type de garniture. Une fois que vous êtes équipés de votre nouvelle paire, on peut passer à l’opération à proprement parler.

 

Repousser les pistons dans l’étrier


Avant d’installer les nouvelles plaquettes, il faut fort logiquement retirer les anciennes. Pas de précipitation cependant, parce qu’une étape cruciale est à effectuer avant de retirer quoi que ce soit : repousser les pistons dans l’étrier.

Les freins à disque hydrauliques possèdent un mécanisme qui permet de constamment ajuster la position des pistons au repos, afin de compenser l’usure des plaquettes. Si ce n’était pas le cas, une fois les plaquettes à mi-usure il ne se passerait plus rien une fois le levier arrivé jusqu’aux grips, parce que les plaquettes n’atteindraient pas le disque. Le hic, c’est qu’en changeant les plaquettes usées par des neuves, si vous ne repoussez pas ces pistons dans l’étrier, il vous sera impossible de faire passer le disque quand vous remettrez la roue en place.

 

Vue globale d'un étrier de frein formula Rx

Vue globale d’un étrier Formula Rx

 

On va donc profiter que les vieilles plaquettes sont toujours en place pour prendre appui sur ces dernières et ne pas endommager les pistons. Une fois la roue retirée, armez vous d’un tournevis plat (un autre bout de métal assez solide et fin pour passer entre les plaquettes fait l’affaire, comme par exemple une vieille clé allen qui ne vous sert plus) ou d’un écarteur dédié et passez le entre les plaquettes. En faisant pression avec le tournevis, il va falloir faire rentrer au maximum les pistons, c’est à dire repousser les plaquettes vers l’étrier dans chaque direction. En mettant le tournevis en porte à faux vous pouvez faire pression vers l’avant et l’arrière des plaquettes pour parvenir à vos fins. Petit à petit vous devriez réussir à ramener les plaquettes, et donc les pistons, en butée contre l’étrier. Il est maintenant temps de faire le changement en lui-même.

 

Retirer les anciennes plaquettes


Les plaquettes sont maintenues en place grâce à un axe vissé à l’étrier. Selon les modèles, un circlip ou une goupille vient sécuriser l’axe pour éviter qu’il ne prenne la clef des champs s’il venait à se dévisser.

Commencez donc par dévisser cet axe après avoir retiré la goupille ou le circlip. Une fois l’axe mis de côté, vous pouvez retirer les plaquettes en tirant dans l’axe de l’étrier. Une fois sorties, vous devez avoir en main deux plaquettes et un ressort, qui sert à maintenir les plaquettes écartées une fois montées. Vérifiez que vos plaquettes neuves sont livrées avec un nouveau ressort, sinon il vous faut conserver l’ancien pour le réutiliser. Dans ce cas, mettez le de côté, sinon il peut aller à la poubelle avec les anciennes plaquettes.

Vérifiez pendant que vous avez encore les anciennes plaquettes en main l’usure de ces dernières. Si la garniture est usée en formant un angle par rapport au support, il peut être utile de recentrer l’étrier sur le cadre afin d’avoir une usure plus régulière, ce qui réduira la fréquence de changement des plaquettes et peut potentiellement résoudre d’autres problèmes (manque de puissance et couinements notamment).

 

Installer la nouvelle paire


Assurez-vous avant de continuer d’avoir les mains propres : mettre de la graisse sur ses plaquettes de frein pardonne rarement, et vous risquez de vous retrouver avec des freins totalement inefficaces. Une fois les plaquettes contaminées, elles sont en général irrécupérables et doivent être changées.

L’opération est simple, on va juste faire l’inverse de ce qui a été fait au démontage. Commencez par positionner le ressort entre chaque plaquette, burger-style, autour de la garniture. Vous vous retrouvez alors avec un petit assemblage qu’il va falloir glisser dans la fente de l’étrier, l’oeillet ou perçage supérieur (cas des plaquettes Shimano à radiateur) permettant de passer le petit axe restant à l’extérieur. Selon votre modèle, il peut être plus ou moins facile de glisser les plaquettes dans l’étrier. Parfois elles s’insèrent directement, parfois il faut les glisser de travers en les inclinant légèrement dans le sens longitudinal. Une fois insérées, il est normal de sentir un peu de jeu, mais l’oeillet doit être aligné pour pouvoir faire passer l’axe. Les plaquettes doivent être contre les pistons de part et d’autre de l’étrier, et le ressort en position autour de la garniture, contre chaque support.

 

Plaquettes de frein et ressort

Une paire de plaquette et leur ressort monté, prêtes à être glissées dans l’étrier de frein.

 

Pour en terminer avec cette opération, vissez l’axe qui maintient la paire en place, puis placez le circlip ou la goupille pour sécuriser l’axe.

Il ne vous reste plus qu’à remettre la roue puis actionner les freins pour vérifier que tout fonctionne bien. N’oubliez pas de roder les plaquettes au début de votre prochaine sortie afin d’éviter toute mauvaise surprise au premier freinage.

Si vous n’arrivez pas à remettre la roue parce que le disque ne passe pas entre les plaquettes, c’est que vous n’avez pas suffisament repoussé les pistions lors de la première étape. Il va donc falloir la reprendre, en réutilisant les anciennes plaquettes afin de ne pas endommager les nouvelles.

Si vous parvenez à remettre la roue mais que ça frotte un peu, pas d’inquiétude. Le phénomène s’estompe en général après quelques freinages. Jetez quand même un coup d’oeil dans l’étrier pour vérifier que les plaquettes sont alignées avec le disque.

 

Le mot de la fin


Comme vous l’avez constaté, changer ses plaquettes de frein est un jeu d’enfant. L’opération n’a rien de compliqué, et la seule difficulté que vous pouvez rencontrer apparait au moment de repousser les pistons dans l’étrier. Si ces derniers semblent vraiment grippés, il va falloir s’intéresser au problème de plus près, vérifier qu’ils ne sont pas fissurés, les sortir pour les graisser, ce qui implique de purger le système par la suite. Bref, on dépasse alors le scope de cet article.

 

Ce tutoriel vous a été utile ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Besoin d'aide pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Entretien, VTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.