PDS-Thumbnail

[Topo] Tour des Portes du Soleil

Je rentre tout juste d’une semaine aux Gets et sur le domaine des Portes du Soleil. Quatre jours blancs avec peuf à gogo et deux belles journées ensoleillées plus tard, voici un petit topo sur le tour des PDS (Portes du Soleil) entrepris le dernier jour.

 

Le domaine Portes du Soleil, c’est quoi ?

Ce domaine créé en 1964 regroupe 8 stations françaises et 5 stations suisses :

  • Abondance, Avoriaz, Châtel, La Chapelle d’Abondance, Les Gets, Morzine, Montriond et St Jean d’Aulps côté français.
  • Champéry, Les Crosets, Champoussin, Morgins et Torgon côté suisse.

Il compte plus de 650km de pistes pour 196 remontées mécaniques, situées entre 950 et 2400m d’altitude.

C’est accessoirement un domaine qui fait la part belle au DH l’été, avec des stations mythiques telles que Châtel ou les Gets qui acceuillera les Crankworx à l’été 2016, sans oublier Champéry qui fut l’hôte des championnats du monde en 2011 et ce run légendaire de Danny Hart.

 

Itinéraire

Il est possible de faire le tour du domaine dans deux sens différents. En partant des Gets, c’est à Avoriaz qu’il faut choisir : soit l’on part vers les Crosets, soit l’on se dirige vers Châtel. Nous avons suivi la première option, qui n’est peut-être pas la meilleure pour gérer son temps, comme nous allons le voir un peu plus loin.

Certaines stations imposent un aller-retour car elles ne sont pas reliées à plusieurs autres stations. Seules 5 stations sont reliées directement à deux stations : Avoriaz, Les Crosets, Champoussin, Morgins et Châtel. C’est donc entre ces dernières que l’on peut faire une vraie boucle. En partant des Gets, il faut donc passer par Morzine pour arriver à Avoriaz. Une fois aux Crosets, il est possible de pousser jusqu’à Champéry puis revenir aux Crosets. A Châtel, il faut partir sur Torgon pour accéder à la Chapelle d’Abondance puis Abondance par navette, ce qui rallonge beaucoup le circuit.

 

Tour Portes du Soleil

Le plan des pistes propose des itinéraires dans chaque sens pour relier chaque station (cliquer pour agrandir).

 

Afin d’assurer nos arrières et profiter de quelques runs de snowpark à Avo en passant, nous avons privilégié la boucle et délaissé les stations satellites. Nous avons donc relié Les Gets, Morzine, Avoriaz, Les Crosets, Morgins (en omettant Champoussin par erreur) et Châtel avant de boucler sur Avoriaz et revenir aux Gets par Morzine.

Les pistes et remontées à emprunter sont détaillées sur le plan des pistes, et malgré quelques pistes ratées nous n’avons pas eu de problème de navigation important, les panneaux sur le domaine permettant de se diriger facilement d’une station à l’autre.

 

Le tour

Nous partons vers 9h30 de la Turche, remontée la plus proche de notre chalet mais quasiment la plus excentrée par rapport au reste du domaine. En haut du tire-fesses, la piste bleue sur la gauche permet d’arriver sur le secteur des « 5 télésièges » ou des « 3 télésièges », tel que nous l’avons affectueusement surnommé au cours de la semaine, faute de mieux. Nous prenons le plus à gauche, Nauchets, pour continuer dans cette direction sur Bruyère, qui relie le télésiège des Folliets. Ensuite les possibilités sont multiples pour redescendre jusqu’au Pleney : le plan indique de prendre la piste N mais nous avons à un moment bifurqué sur une autre bleue sans conséquence.

 

Avoriaz entrée

Derniers mètres de route avant Avoriaz, depuis le TS Proclou.

 

Arrivé au Pleney, bref passage en petit train pour se rendre de l’autre côté de la station et récupérer le Super-Morzine. En haut, on
enchaine sur Zore, une verte, puis Proclou, qui nous emmène au dessus de la route et des parkings à l’entrée d’Avoriaz, et nous dépose en haut du snowpark.

 

Avoriaz Snowpark

Snowpark le plus proche d’Avoriaz : coup de coeur de la semaine.

Quelques runs de snowpark plus tard, nous voilà repartis via les Mossettes. Un détail intéressant sur ce domaine est que les noms des pistes et des remontées se retrouvent parfois à des endroits différents, ce qui peut entrainer pas mal de confusions.

Ici on s’est un peu graté la tête en voyant sur le plan du tour qu’on devait descendre par la piste des Mossettes, prendre la remontée Mossettes France, descendre sur les Crosets par Grande Conche puis prendre les Mossettes Suisse qui devaient nous amener sur la piste n°20, alors que sur la carte les deux remontées des Mossettes emmènent au même endroit. En fait l’itinéraire du tour emmène à chaque fois sur une station, donc il n’est pas rare d’avoir l’impression de revenir sur nos pas simplement parce que l’accès au bas des pistes précède la remontée vers un point haut commun.

La vue en haut des Mossettes est en tous cas magnifique, et la descente en mode touriste s’impose. A noter que l’on a fait confiance au panneau nous indiquant les Crosets pour y descendre, la fameuse Grande Conche n°14 ayant totalement éludé nos recherches. D’après la carte il semble cependant que ce soit bien cette dernière que nous ayons emprunté.

 

TS des Mossettes France

Montée avec le TS des Mossettes France : champs de poudre à perte de vue.

 

Pointe d'entre deux Pertuis

Vue sur la Pointe d’Entre Deux Pertuis.

 

Les Crosets et les Dents Blanches

Vue sur les Crosets, le TS Grande-Conche et les Dents Blanches en arrière plan.

On finira par couper par une petite noire que je ne retrouve pas sur la carte pour arriver aux Crosets. Une fois en bas, on remonte via Mossettes… Suisse cette fois !

 

Mossettes Suisse

Remontée via Mossettes Suisse.

 

Celui-ci nous ramène à la pointe des Mossettes (2277m), avant le début d’une très longue descente sur Morgins. En effet, il semble que nous ayons raté une bifurcation à cet endroit, vu que nous devions d’après le plan descendre sur Champoussin. En suivant celui-ci nous aurions dû pendre la piste n°20 rouge, remonter un petit peu via le TK Gueilly, puis prendre la piste n°20 bleue… nouveau grattage de tête assuré !

Finalement, en suivant les pancartes il semble que nous ayons bien pris la n°20 rouge, avant de bifurquer via le col des Portes du Soleil sur une piste bleue interminable, avec des sections en montée qui m’on bien fait me demander à certains moments si je n’avais pas emprunté une piste à contre-sens. Aidé par une généreuse locomotive (comprendre Nico, mon pote skieur), les sections en montée on finalement été avalées sans trop perdre de temps. En revanche la descente comprenant une bonne portion de légers dévers, le passage en switch de temps en temps s’impose pour se dégourdir les jambes.

 

Descente vers Morgins

Début de la descente vers Morgins… en fait ça monte !

 

Mis à part ces inconvénients mineurs, c’est finalement au bout de 15 à 20 minutes sur cette piste bordée de sapins que nous émergeâmes pour découvrir Morgins aux alentours de midi.

Nous avons décidé de marcher pour traverser Morgins et récupérer le TS du Corbeau qui nous emmènerai sur Châtel, confortés dans notre décision par un joli panneau annonçant la prochaine station. Avec des boots de snow, ça passe bien, par contre les skieurs apprécieront peut-être un peu moins. Le chemin de traverse est enneigé, il peut donc s’effectuer skis aux pieds… mais dans l’autre sens ! En effet, en venant des Crosets, on le prend en montée. Encore un indice nous laissant penser que faire le tour via Châtel après Avoriaz était peut-être plus indiqué. Cela dit, Morgins c’est assez mignon comme patelin, et tout ça nous a suffisament ouvert l’appétit pour qu’on se mette à table dans le télésiège.

 

Morgins déjeuner

Table avec vue !

 

En arrivant en haut du Corbeau, le plan indique de prendre directement une autre remontée, le TS Culet. En réalité, il faut redescendre un peu, mais pas non plus via une bleue comme indiqué sur la carte. C’est en fait une piste balisée rouge qui nous a permis de rattraper Culet, qui s’avère être un tire-fesses.

Après une bleue qui n’a pas laissé de souvenir impérissable, on atterit en haut du Super Chatel, où les pistes et les remontées partent un peu partout. On trouve finalement notre chemin via la Combe, qui nous emmène tout en bas, où l’on récupère le TC Super Chatel, qui nous remonte… là où nous étions ! Comme pour les Crosets, l’itinéraire nous emmène tout en bas des pistes sur la station avant de remonter où nous sommes déjà passés.

Ici, on franchit un cap, puisqu’il faut maintenant se référer à la partie « retour » du plan. En la consultant, je remarque qu’on va devoir enchainer pas mal de remontées successives. Il est alors environ 13h et on se dit qu’on sera au snowpark pour 14h30 maximum. Mais comme craint, cette section va se révéler un peu ennuyeuse, notamment parce qu’après avoir pris à gauche toute, le TS des Portes du Soleil puis Gabelou sont des liaisons qui servent à relier deux parties du domaine et s’enchainent : on monte un versant, puis on le redescend, et rebelote pour le suivant. Cela dit, la vue sur Châtel est superbe et la descente plutôt marrante quand on a l’habitude de ne faire que monter.

 

Châtel

Vue imprenable sur Châtel et la vallée depuis le TS des Portes du Soleil.

 

A la descente de Gabelou on prend une bleue, la Leiche, pour arriver sur le TC Linga. En haut de celui-ci on rate une autre bleue, Aity, la légende en bleu sur fond noir du plan n’aidant pas vraiment à lire les noms, surtout avec un masque teinté. On emprunte donc une rouge qui part en patte d’oie. A ce moment je décide de partir à droite, puis je change d’avis et traverse un champ de poudre entre quelques arbres pour reprendre à gauche. Finalement, les deux parties se rejoignent pour l’arrivée au TS l’Echo Alpin… La navigation est aléatoire, mais on s’en sort encore !

 

ts-echo-alpin-01

Montée avec l’Echo Alpin dans l’ombre et le froid… la chaleur du soleil n’est plus très loin !

 

On descend ensuite par Combes (à ne pas confondre avec La Combe, qui sert à descendre sur Châtel), puis on récupère le TS Cornebois après que Nico ait fait quelques traces dans un champ de poudreuse encore exploitable. Ca faisait un bon moment qu’on skiait dans l’ombre, alors retrouver du soleil fait du bien !

 

Combes

En haut de Combes, le retour au soleil est bien appréciable.

 

Cornebois

TS Cornebois, on se rapproche d’Avoriaz !

 

En haut de Cornebois on prend Rennes pour arriver au TS Rochassons. On sent la proximité avec Avoriaz et la fin de journée : le traffic s’intensifie. La remontée avec Rochasson nous permet de jeter un oeil sur notre gauche au Fantasticable, une tyrolienne qui propulse à près de 100km/h les aventuriers audacieux sur plus d’un kilomètre au dessus de Plaine-Dranse.

Il faut encore naviguer dans le traffic pour rallier le TS Proleys. Nico m’a devancé et part sur le TS Lindarets. Je n’ai pas trop envie de ressortir la carte alors malgré un doute je le suis. Finalement c’était un meilleur choix que Proleys, puisque Lindarets nous emmène directement sur le snowpark. On a finalement bien avancé après Châtel et il n’est pas encore 15h. Deux runs (et une longue attente au tire-fesses) plus tard, nous voilà repartis en direction de Morzine.

 

Snowpark Avoriaz

Fin de journée au snowpark d’Avoriaz : ça se bouscule au portillon pour en profiter encore un peu !

 

On reprend donc le chemin inverse de l’aller : nous descendons via Proclou, on remonte avec Seraussaix, puis Tetras nous amène devant le TC Super-Morzine avec lequel on redescend jusqu’à Morzine. Petit tour de tchou-tchou pour traverser le village puis on remonte avec le TC du Pleney. Dernière pause pour profiter des toilettes de la salle hors-sac puis on rattrape le TS Belvédère.

 

Morzine

Retour aux sapins de Morzine !

 

Un dernier effort nous permet de basculer vers Granges. Puis c’est le Charniaz Express qui nous ramène dans les secteur des « 5 télésièges ». Ensuite on connait bien : on prend celui le plus sur notre gauche, Grains d’Or Express, et une fois arrivé en haut, c’est bleue tout du long jusqu’à la petite section hors-piste dans la poudre qui nous ramène à la route.

 

Morzine

Avant-dernière montée avant le retour au chalet.

 

Sur le chemin on croise les copains qui ont profité de leur dernière journée au Mont Chéry, puis je rattrape Nico en partant à pleine vitesse dans la poudreuse et nous évitons la collision en signant une de mes plus belles chutes de la semaine, qui conclut une superbe journée. Il n’est pas encore 16h30 quand nous rentrons au chalet : on semble avoir trouvé un bon compromis entre pauses, prises d’images, et vitesse de progression.

 

Conclusion

C’est la première fois depuis très longtemps que j’ai l’occasion de faire le tour complet d’un domaine de cette envergure, et je dois avouer ne pas avoir été déçu. Il y a quelque chose de vraiment sympa à se dire qu’on part le matin pour une petite aventure qui va nous emmener découvrir des paysages différents toute la journée. C’est d’ailleurs un point fort de la journée : quitter les sapins des Gets et Morzine pour prendre de l’altitude et découvrir les champs de poudreuse au-dessus d’Avoriaz et les Crosets offre un dépaysement plus qu’appréciable. Et même si les pistes empruntées n’ont pas toujours été exceptionelles et que certains segments ont paru un peu longs, devoir relier deux points en une journée en traversant les montagnes fait totalement oublier ces aspects négatifs pour s’immerger pleinement dans l’expérience et admirer le paysage.

Notre timing semble avoir été correct. Le tour tel que nous l’avons fait est à la portée de skieurs de presque tous niveaux, la plupart des pistes empruntées étant des bleues, avec quelques rouges. Nous nous sommes accordés pas mal de pauses pour prendre des images et passé au total près d’une demi-heure dans le snowpark d’Avoriaz. Il est vrai en revanche que les descentes se sont enchainées à un rythme soutenu. Il faut aussi dire que nous sommes hors vacances scolaires, ce qui nous a évité de faire la queue devant les remontées. Il semble très compliqué de faire le même circuit avec ne serait-ce que cinq minutes d’attente à chaque remontée, ce tour en comprenant près d’une trentaine.

Il aurait été possible de pousser jusqu’à Champéry en partant plus tôt, par contre continuer également sur la Chapelle d’Abondance depuis Châtel me semble extrêmement compliqué sans lâcher les chevaux tout du long, mis à part peut-être en fin de saison quand les remontées ferment plus tard. Mais ça reste à vue de nez un détour d’une heure et demi, il ne faut donc pas trainer.

Une superbe expérience donc, que je conseille à tous, surtout lorsque le soleil est au rendez-vous !

 

Vous avez déjà fait le tour des Portes du Soleil ou vous comptez l’entreprendre sous peu ? N’hésitez pas à laisser vos remarques ou poser vos questions dans les commentaires ! 😉

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Ski, Snowboard, Topos & CR.

2 Comments

  1. Très beau reportage photo sur le tour des portes du soleil.
    Il faut bien faire attention de ne pas rater le dernier télésiège pour rentrer depuis Châtel (ou Champéry si on tourne dans l’autre sense) car en montagne le retour en taxi depuis une autre vallée sera très cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.