Test B'Twin Cycling 900

Test : lunettes B’twin Cycling 900

Qu’il s’agisse d’éléments vestimentaires ou de matériel VTT, les produits Decathlon sont souvent snobbés au profit de leurs équivalents chez les grandes marques. Il est vrai que le coeur de cible du fabricant tricolore ne s’aligne pas vraiment avec le pratiquant passionné qui lit Glisse Alpine chaque semaine (!), et que bien souvent nous recherchons ce petit plus que les marques spécialisées sont en mesure d’apporter, quitte à nous séparer de quelques deniers supplémentaires.

Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’une simple paire de lunettes ? Est-il réellement nécessaire de mettre une somme à trois chiffres dans une paire d’Oakleys qui peut à tout moment se retrouver en morceaux après une chute ou les verres rayés suite au passage sous une branche trop basse ? Quel savoir-faire ou plus-value technologique une marque peut-elle apporter sur une simple paire de lunettes ?

Je vous propose de voir tout ça ensemble dans ce test des B’Twin Cycling 900, les lunettes 4 en 1 « haut de gamme » destinées au vélo du fabricant français, que j’utilise depuis le printemps dernier.

 

Préambule : un point sur les lunettes à verres interchangeables


Si vous suivez aussi mes articles qui sentent bon la peuf, vous avez peut-être déjà lu dans ma publication sur les masques de ski que j’ai une position modérément enthousiaste au sujet des écrans interchangeables. Il en va de même pour les lunettes de VTT, à quelques différences près. Les voici en trois points.

Tout d’abord, la facilité d’utilisation du système qui permet de changer les verres. Bien souvent, et notamment sur les modèles relativement bas de gamme, il est assez sommaire. Outre le fait d’être difficile à utiliser lors d’une sortie, il conduit parfois (souvent) au bris des verres si on l’utilise assez souvent. Ce fut notamment le cas sur les Orao (la marque Decathlon destinée aux lunettes et autres accessoires optiques) que j’utilisais précédemment.

Deuxièmement, le transport des verres de rechange pendant une sortie. Si transporter une deuxième paire prend plus de place, embarquer uniquement  les verres les expose davantage à tous les risques qu’encourent les passagers de votre sac à dos, comme les rayures ou la casse.

Enfin, l’intérêt financier de passer sur une solution à verres interchangeables alors que l’on n’embarque en général pas de seconde paire en rando. Si les systèmes d’écrans interchangeables peuvent facilement faire monter le prix d’un masque de ski, c’est moins le cas sur des lunettes. La possibilité de changer les verres est ainsi devenue une feature courante et justifiable.

Finalement, utiliser des lunettes à verres interchangeables pour le VTT peut donc s’avérer une bonne idée, mais uniquement si le modèle visé est correctement conçu. On profite alors d’une meilleure monture qu’en achetant plusieurs modèles de gamme inférieure, et de la possibilité de remplacer les verres à moindre coût en cas de problème. C’est différent du ski où les écrans coûtent cher, sont moins sujets à la casse, et où la technologie est assez peu répandue pour augmenter considérablement le prix des masques qui l’intègrent.

Cela étant dit, revenons à nos lunettes et au produit testé aujourd’hui.

 

B’Twin Cycling 900 : concepts et fiche technique


Ces lunettes sont donc 4 en 1 : comprendre qu’avec une unique monture, la marque grand public propose 4 verres inclus dans le package, tous de catégorie différente. On retrouve ainsi des verres :

  • de catégorie 3 : mirroir, rouge ou bleu selon le modèle selectionné
  • de catégorie 2 : rose bonbon !
  • de catégorie 1 : jaune, pour améliorer les contrasts (et donner une teinte plus agréable aux paysages automnaux et hivernaux !)
  • de catégorie 0 : sans teinte pour laisser passer un maximum de lumière.

Si vous voulez davantage d’informations concernant les catégories de verre et la quantité de lumière transmise, je vous renvoie à nouveau vers mon article sur les masques de snowboard, où je développe ce point plus en détail.

 

B'Twin Cycling 900 - Pack Rouge

Le pack rouge et les trois verres supplémentaires.

 

A ce niveau, nous sommes donc armés pour affronter tous les types de conditions ! Il faut bien avouer cependant que si les verres de catégorie 3 seront utilisés en majorité l’été avant de passer sur les catégorie 1 ou 0 l’hiver, ceux de catégorie 2 ont peu de chances de souvent voir le jour.

Les verres sont en tous cas assez épais pour inspirer confiance, bien qu’il ne faille pas trop se faire d’illusions sur leur résistance en cas d’oubli au fond d’un sac… Heureusement Décathlon a pensé au transport et livre ce produit dans un étui dur imposant qui permet d’emporter lunettes et verres.

Passons à la monture. On ne s’étendra pas sur le look qui plaira ou pas, pour se concentrer sur l’aspect fonctionnel.

Cette monture est plus imposante que sur les modèles plus bas de gamme de la marque, et mon ancienne paire de Griffith qui valait il y a quelques années une petite trentaine d’euros. Il semblerait que Decathlon ait compris l’importance d’un bon maintien pour une utilisation sur deux roues et comme nous le verrons par la suite, cette paire s’avère efficace sur ce plan.

 

B'Twin Cycling 900 - Vue de face

Vue de face avec les verres de catégorie 3…

 

Les branches se replient en passant directement de la position ouverte à fermée. Leur taille au niveau des charnières fait présager d’une bonne fiabilité dans le temps, mais la marque française persévère à vouloir des branches souples sur leur seconde moitié. Heureusement, cette souplesse semble cette fois bien calibrée : les branches sont assez souples pour éviter les douleurs, mais assez rigides pour permettre un bon maintien de la paire sur le crâne.

Un revêtement en caoutchouc strié présent sur la moitié qui se courbe légèrement améliore encore ce dernier point. Caoutchouc que l’on retrouve sur les pads non-réglables au niveau du pont. Les pads sont d’ailleurs solidaires des verres plutôt que de la monture, conséquence des choix faits au niveau du système de changement des verres auquel nous allons maintenant nous intéresser.

 

B'Twin Cycling 900 - Vue de profil

… et vue de profil.

 

Ce système de fixation des verres est un bond en avant par rapport à ce que Decathlon proposait et propose toujours dans ses gammes inférieures. Plutôt qu’un maintien par encoches qui demande de faire pression sur la monture et les verres en lançant trois dés pour déterminer si tout va exploser entre nos doigts ou si les Dieux restent de notre côté pour un changement supplémentaire, on trouve ici un système de verrouillage mobile composé de deux éléments, un par côté.

En pratique, il suffit donc de faire pivoter les deux leviers pour libérer l’écran qui se retire sans forcer. Un petit aimant sur la monture au niveau du pont et un autre sur les verres permet de positionner chaque écran très facilement avant de les verouiller avec les leviers. Un bémol toutefois : le système de verouillage, aussi efficace soit-il, n’inspire pas une confiance inébranlable dans sa capacité à résister à des changements de verres quotidiens.

 

B'Twin Cycling 900 - monture et fixation des verres

Le système de changement des verres est simple est bien pensé : pas besoin de forcer pour les mettre en place.

 

Pour terminer, on notera que la monture comme les verres sont découpés pour laisser passer l’air sur leur partie supérieure. Est-ce efficace ? Réponse dans la section suivante…

 

Sur le terrain


Le premier point positif qu’on remarque immédiatement une fois les lunettes sur le visage, c’est l’excellent maintien qu’elles procurent. Les branches assez larges à leur base et leur bonne rigidité y contribuent largement, et évitent que la paire semble posée de façon précaire sur le nez de son propriétaire. La souplesse de la seconde moitié des branches évite les douleurs comme le laissait présager notre premier coup d’oeil : rien à signaler de ce côté.

L’autre avantage des branches plutôt rigides, c’est la facilité de les glisser dans un casque comme le MET Parachute qui possède juste la place nécessaire au niveau des tempes pour une paire de lunettes. Avec des branches frêles et souples, c’est beaucoup moins facile car elles ont tendance à se tordre dès qu’on pousse un peu.

Deuxième point sur lequel on attend de bons résultats, c’est l’évacuation de la buée. Si Décathlon communique largement sur le sujet pour vanter les mérites de son système, il n’est pas totalement efficace… comme n’importe quelle autre paire de lunettes. C’est en effet un problème récurrent sur les modèles très proches du visage. Cela dit le concept marche relativement bien, et même si la buée fait son apparition sur le haut des verres lors des longues montées par temps froid, je n’ai jamais été obligé de faire descendre les lunettes sur mon nez pour améliorer le flux d’air comme c’était le cas avec mes paires précédentes.

 

Verdict


L’offre de le marque française en terme de lunettes sportives est assez importante, des paires basiques à 5€ jusqu’à ce modèle à 40€. La distinction entre les modèles running et cycling est importante. Les premiers s’avèrent moins chers et un peu plus légers, mais les branches, très souples pour mettre en avant confort et légèreté, posent problème lors d’une utilisation VTT.

Dans la gamme vélor de route et VTT, on trouve également les B’Twin Cycling 700, proposées à 30€. Si l’option semble tentante sur le plan tarifaire, la différence majeure par rapport aux 900 est l’absence de système de verouillage pour les verres. Vu mes expériences précédentes avec les verres interchangeables, je suis très pessimiste quant à la tenue dans le temps et la facilité d’utilisation de ce type de système, ce que vous avez déjà compris à la lecture de cet article.

Les B’Twin Cycling 900 sont donc une excellente option pour qui cherche une monture à verres interchangeables. Si la finition du système de verouillage semble un peu « cheap », il a le mérite d’exister et de bien fonctionner. On ne se demande plus si on aura toujours un écran en un seul morceau après le changement. Pour celles et ceux qui changent leurs verres selon la saison, la solidité de l’ensemble ne devrait pas poser problème. Pour des changements très fréquents, avoir deux paires peut se révéler préférable. Il n’y a finalement pas de solution miracle, à moins qu’un fabricant élabore un système 100% aimanté comme le font certains masques.

La monture à la rigidité bien pensée et les bonnes prestations au niveau évacuation de buée en font en tous cas une paire qui se porte et comporte très bien sur le terrain. C’est donc un produit que je conseille pour qui cherche des lunettes VTT relativement peu dispendieuses et qui offrent des prestations supérieures aux modèles bas de gamme.

Pour clore cet article, il faut noter que quatre déclinaisons de ce modèle sont proposées. Les trois verres supplémentaires (catégories 0, 1 et 2) sont identiques pour chaque déclinaison, et seule la couleur du catégorie 3 ainsi que celles de la monture sont différents.

 

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir juste en dessous dans les commentaires ou avec un like sur la page Facebook de Glisse Alpine !

Besoin de plus d’informations ? Posez vos questions dans les commentaires !

 

Besoin d'aide pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Matériel, Tests, VTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.