pedales-shimano-saint-mx-80-fp

Test longue durée : pédales Shimano Saint MX-80

Je vous livre ici mes impressions sur les pédales plates emblématiques de Shimano, les Saints. Montées depuis un an sur mon Tues comme évoqué dans mon article sur le choix de pédales, j’ai maintenant un peu plus de recul dessus pour en livrer un test complet.

 

Conception, design et fiabilité

Au premier coup d’oeil, les Saints donnent envie. Reprenant le code couleur des autres composants de la gamme, on retrouve une piste couleur argent qui vient contraster avec la corps noir de la pédale, sans oublier le petit accent doré qui vient parfaire leur look.

Plus épaisses que d’autres, ces pédales Shimano se positionnent néanmoins dans une bonne moyenne sur ce plan, et restent moins imposantes que des DMR V12 ou Wellgo B-54. La plateforme concave est assez large pour accomoder les grandes pointures, et neuf picots par face viennent assurer un grip à géométrie variable sur lequel je reviendrai un peu plus tard.

 

Shimano Saint MX-80

Un design réussi vient renforcer l’attractivité de ces pédales techniquement bien pensées.

 

La MX-80 ne bénéficie pas de roulements scellés, et c’est bien là le seul reproche majeur que j’ai à lui faire. Contrairement à mes B-54 que je néglige totalement depuis 4 ans et dont la seule avarie à constater fut la perte d’un picot il y a quelques semaines, j’ai déjà du ouvrir à deux reprises les Saints qui ne tournaient plus très bien. Leur conception sans fioritures permet cependant un entretien facile et rapide, et le consensus général est qu’elles sont plutôt fiables. Il est tout à fait possible que j’ai reçu une paire comportant un défaut d’assemblage à leur sortie d’usine. Quoi qu’il en soit, le problème a été réglé en moins de cinq minutes à chaque fois.

 

Picots et grip : un peu, beaucoup, à la folie ?

Une des forces de ces pédales est le système de picots ajustables. Premièrement, ils sont vissés à travers la pédale via leur tête en T15 plutôt que directement avec une empreinte à six pans intégrée au corps. L’avantage par rapport aux picots traditionnels est qu’ici on ne se retrouve jamais bloqué avec de la boue séchée lorsque l’on veut les resserrer ou en changer. Les trous présents à l’extérieur des pédales au niveau des deux picots ont cependant la fâcheuse tendance à se trouver régulièrement bouchés, mais il est facile de remédier au problème avec une simple clé allen qui traine dans les parages (on a tous des clés allen qui trainent un peu partout, non ?).

Cela dit, ce choix technique est avant tout motivé par une personnalisation de la hauteur des picots grâce à des rondelles insérables sous leur tête, qui permettent de limiter la hauteur de ces appendices accrocheurs de semelles. Par défaut, seuls deux picots par côté (ceux du milieu) ne s’en voient pas affublés. Le grip dans cette configuration était pour moi très insuffisant, j’ai donc enlevé toutes les rondelles pour que les picots soient aussi hauts que possible.

L’opération, si elle n’a absolument rien de compliqué, est cependant fastidieuse. Mais elle n’est à réaliser qu’une fois dans la vie des pédales, et bien que je ne vois aucune raison à vouloir moins de grip, il faut bien reconnaitre que la préférence de pas mal de riders va vers la position par défaut. C’est donc un excellent point qui permet à ces pédales de correspondre au plus grand nombre.

Une fois les rondelles mises hors d’état de nuire, on obtient un grip excellent, aidé par le pas de vis des picots (les pédales à picots lisses sont souvent moins performantes car ces derniers accrochent tout simplement moins que leurs homologues) et le faible diamètre de ces derniers, qui pénètrent plus facilement la semelle. Attention cependant, ce diamètre réduit sur leur partie utile les rend plus fragiles face aux chocs.

Ce qui est d’autant plus embêtant que malgré le prix très attractif de cette paire de pédales, le kit de 10 picots de rechange est vendu aux alentours de 10€, à la hauteur de fabriquants comme e*13, mais bien loin des 3€ le sachet chez Wellgo. Design compliqué ou marges énormes ? Truvativ (marque SRAM) fait un kit de picots reprennant un design similaire pour le même prix… mais comprennant 32 picots !

 

Shimano Saint MX-80

Sobres et élégantes, le moindre accroc se remarque sur ces pédales dont les picots sont particulièrement fragiles.

 

Bref, pour revenir au sujet principal, le corps de la pédale sur lequel s’appuie la chaussure bénéficie lui aussi d’une bonne accroche, mais il n’est pas tout à fait sûr qu’il la conserve dans le temps : j’ai pu tester des Saints plus anciennes dont toute la partie couleur argent était poncée par des années d’utilisation et était devenue très glissante. Aucun signe toutefois de dégradation sur ma paire, et la position haute des picots maintenant très bien le pied, je ne pense pas en souffrir de si tôt.

Comme toutes les pédales VTT en métal, elles restent très robustes en encaissent sans broncher les coups contre les rochers ou autres obstacles inopinés. S’il est vrai que les voir arborer les balafres résultant d’un pilotage approximatif fait mal au coeur tant elles sont plaisantes à regarder, leur durabilité n’est pas remise en cause, et reste bien supérieure aux paires de pédales en plastique ultra-légères et ultra… fragiles.

 

Conclusion

Malgré les quelques réserves (valables par ailleurs pour d’autres produits concurrents) évoquées dans cet article, les Shimano Saints restent de très bonnes pédales plates. Notamment si l’on considère leur positionnement tarifaire très intéressant : moins de 50€ la paire. Bien que les B-54 montées sur mon All-Mountain restent pour moi plus fiables et robustes en fournissant autant d’accroche ou presque, leur production a malheureusement été arrêtée.

Dans ces conditions et quand on considère l’offre actuelle, les Saints me paraissent un excellent choix pour un prix raisonnable. Certes, elles ne sont pas aussi fines ou légères que d’autres dont les prix affichent trois chiffres, mais pour une cinquantaine d’euros il est difficile de faire mieux et elles présentent sans aucun doute un des meilleurs rapports qualité/prix du marché sur ce segment.

 

Consulter l’offre Alltricks : Shimano Saint PD-MX80

Consulter l’offre Amazon : Shimano Saint PD-MX80

 

Note : les liens en italique pointant vers un vendeur sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par le vendeur, sans que le prix n’augmente pour vous. Merci si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin d'aide pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Tests, VTT.

6 Comments

  1. Salut! Merci pour cette review. Pour ma part très déçu de cette paire au niveau accroche, j’ai pourtant des five ten freerider réputées pour avoir une bonne semelle.

    Un collègue les a testé et même constat, les pédales se décollent du pied dans les montées engagées et il faut vraiment mettre de la force pour que les picots s’enfonce dans la semelle.

    Le poids également assez conséquent 445g contre 360g pour les spank oozy par exemple.
    😉

    • Salut Julien,

      Merci pour ton commentaire !

      Est-ce que vous avez pensé à enlever les rondelles sous les picots pour qu’ils soient à la hauteur « normale » ? Pour avoir du les utiliser à mi-hauteur sur un vélo de prêt, c’est le jour et la nuit !

      En ce qui concerne le poids, comme je le disais à la fin de l’article, il faut souvent mettre le double du prix (ou passer sur des pédales nylon) pour avoir des produits vraiment légers, les Oozy ne dérogent pas à la règle !

  2. Oui j’ai retiré les rondelles sous les picots afin qu’ils soient plus haut, mais toujours pareil.

    On met effectivement le double du prix mes entre nous des pédales ça ne dure pas 3 mois 😉

    • Etonnant ! A quoi les compares-tu ?

      D’après ce que j’ai compris tu viens des pédales auto, est-ce que ça pourrait être du à un manque d’habitude et des appuis pas encore au top ou est-ce que tu les trouves inférieures à d’autres modèles testés ?

  3. Bonjour,

    En regardant la fiche technique des MX80 sur le site de Shimano, je vois « SEALED BEARING CARTRIDGE AXLE ». Pourtant pas mal de monde semble dire que les roulements s’encrassent trop vite. Même dans cet article tu affirmes que les roulements ne sont pas scellés. Est-ce une nouvelle version qui corrige ce défaut ?

    Merci !

    • Salut Tom,

      En effet, c’est très étonnant, les roulements ne sont de fait pas scellés comme c’est le cas sur d’autres pédales. Je ne pense pas que ce soit une nouvelle version, à chaque fois que Shimano itère sur ses pédales Saints la marque utilise une nouvelle référence.

      En l’occurence tu as les M828 qui sont en train d’arriver dans les shops et devraient remplacer les MX80. Ils ne parlent pas de roulements scellés sur cette nouvelle version, s’ils étaient passé sur cette techno entre temps ils l’auraient conservé je pense.

      Pour revenir sur l’encrassage des roulements, je n’ai pas ce problème à proprement parler. En revanche j’ai mis au clair mes problèmes de rotation pas très fluide, qui correspond peut-être à certains des phénomènes rencontrés.

      J’avais prévu un article sur le sujet, mais pour faire simple les roulements sont pré-contraints de manière assez classique avec un système à cônes et deux écrous, comme pour le réglage des moyeux de la même marque par exemple. Si besoin tu peux te référer à la vue en éclaté du système.

      Le problème que j’ai rencontré sur une pédale était que l’écrou en se desserant vis à vis de son partenaire venait contraindre davantage les billes, entrainant donc une rotation difficile. Après une période où je l’ai ouverte quasiment après chaque journée, j’ai fini par laisser un peu plus de jeu, et depuis 4-5 sessions, plus de problème (mais bon je touche quand même mon bureau en bois des deux mains en croisant les orteils…)

      Après il y a peut-être plus un problème au niveau du quality check en bout de chaine. Pas mal de gens ne rencontrent aucun problème, pour d’autres c’est la catastrophe jusqu’à l’échange en SAV et puis plus rien. L’une de mes pédales tourne comme au premier jour, l’autre m’a imposé au moins 5-6 démontages : ça semble être un peu la lotterie. Après comme toujours il est difficile de savoir s’il y a beaucoup de soucis ou si la majorité de riders qui en sont contents restent silencieux…

      Bref, pour résumer on en revient à ce que je disais dans l’article : les roulements ne sont pas scellés et c’est bien dommage, mais les pédales sont faciles à ouvrir, régler, nettoyer et graisser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.