Osprey Raptor 14

Test longue durée : six mois avec l’Osprey Raptor 14

Après un premier point vidéo cet hiver sur ce sac à dos, voyons ensemble comment il a tenu le coup depuis son achat et son positionnement pour des sports plus estivaux comme le VTT, pratique à laquelle il est destiné.

 

Un concentré de bonnes idées dans un bien petit sac

Il faut avouer que 14 litres, ça ne fait pas bien grand. D’autant plus qu’il faut compter l’espace utilisé par la poche à eau de trois litres.

Mais le Raptor compense cette petite capacité par un tas de fonctionnalités pratiques qui font que l’on oublie vite cet inconvénient pour apprécier le confort d’un petit sac au maintient excellent. En effet, une fois en place il ne bouge pas sur le dos, ce qui est un excellent point.

Le panneau dorsal AirScape présente un filet et des inserts en mousse dont le but est de permettre à l’air de circuler entre le dos et le sac. Malheureusement, en pratique sur le vélo, ce n’est pas très efficace. J’ai pu remarquer une amélioration certaine par rapport à mon ancien sac sur les premières sorties, mais ne comptez pas non plus vous en sortir avec un t-shirt sec à la fin d’une journée de VTT en été.

En plus du compartiment destiné à la poche à eau, on retrouve donc un poche principale, une petite poche sur le haut du sac taillée dans un tissu doux dans laquelle il est possible de ranger des objets sensibles aux rayures comme une paire de lunettes de soleil, ainsi qu’une poche à l’avant du sac bénéficiant d’un mousqueton à clés et de deux emplacements.

 

Osprey Raptor 14

La poche à l’avant du sac est bien équipée pour ranger papiers et clés. Dommage cependant que le crochet ne soit pas des plus efficaces.

 

La poche à outils, située tout en bas, est quant à elle bien pratique. Elle permet de réunir dans le bas du sac le nécessaire à des réparations rapides sur le terrain. Grâce à la poche de rangement, rien ne se balade, et tout est à portée de main. Si certains outils vous sont également utiles chez vous, il suffit de sortir la poche plutôt que prendre un outil parmi d’autres, ce qui évite d’oublier de les reprendre lors de la sortie suivante. Le format de cette poche de rangement est cependant imparfait à mon goût : je n’en utilise qu’un côté car les emplacements sur l’autre sont trop petits pour caser autre chose qu’une clé à rayons. Pompe et chambre à air de rechange devront également trouver leur place autre part dans le sac. Fort heureusement, deux emplacements verticaux leur siéent fort bien dans la poche principale.

Une poche de chaque côté de la ceinture ventrale permettent de garder des barres de céréales à portée de main.

Enfin, au niveau compartiments ouverts, le sac bénéficie d’une poche au tissu élastique sur l’avant du sac, tandis que toute cette partie avant peut être écartée du reste du sac pour y loger des objets encombrants comme des vêtements ou autres accessoires. Une sangle de chaque côté viennent assurer le serrage du dispositif.

Pour revenir sur la poche à eau, elle se remplit facilement grâce à l’arceau en plastique qui assure deux fonctions : il empêche la poche de s’affaisser au fur et à mesure de la baisse de niveau et permet de la maintenir en position pour la remplir au maximum. Le système de fermeture par vis est moins sécurisant que chez CamelBak, et il faut systématiquement vérifier qu’elle est bien fermée et ne fuit pas. La tétine est efficace et un système de fermeture de l’arrivée d’eau simple y est intégré : il suffit de la tourner de 90°.

 

Osprey Raptor 14 - poche à eau

La poche à eau est bien conçue, pratique et fonctionnelle.

 

Enfin, on retrouve sur la tétine un aimant qui permet de la positionner sur une bretelle au niveau de la sangle pectorale. C’est bien pratique, ça permet d’éviter qu’elle se balade en pendouillant pendant un ride, et le système est rarement pris en défaut. Si vous possédez le sac et faites partie de ceux qui comme j’ai pu le voir imaginent que l’aimant ne fonctionne plus parce que la tétine a tendance à pivoter et en sortir, tournez-la simplement dans le tube pour que l’aimant soit à nouveau parrallèle à son vis-à-vis : problème réglé !

Le dos du sac est renforcé au niveau de l’emplacement de la poche à eau afin de conserver une bonne rigidité et éviter sa déformation. On peut tout à fait loger une poche tierce à la place de celle d’Osprey, c’est d’ailleurs ce que j’ai fait pendant tout l’hiver afin de profiter du tube isolé de mon CamelBak.

Pour terminer, un système élastique bien pratique permet de positionner et maintenir un casque de vélo sur l’avant du sac.

Une capacité suffisante pour passer une journée en montagne ?

Après pas mal de sorties dont certaines à près de 3000m, je pense pouvoir répondre positivement à cette question. Outre le matériel de réparation, un casse-croûte du midi, des barres de céréales, un petit med-kit et quelques papiers, on peut sans problème caser une polaire fine ou une veste technique dans ce sac. De plus, les poches externes sont assez volumineuses si l’on détend les sangles au maximum. La poche en filet élastique est quant à elle parfaite pour loger un K-Way.

 

Dans la pratique, voici ce que j’emmène régulièrement :

  • Quelques outils dans la partie dédiée en bas du sac
  • Une pompe et une chambre à air dans chacune des poches internes verticales dans le compartiment principal
  • Une GoPro + harnais
  • Portefeuille, portable, clés

Lors de longue sortie, je peux ajouter sans problème :

  • Deux sandwiches et quelques barres de céréales
  • Quelques fixations et batteries supplémentaires pour la GoPro
  • Un K-Way
  • Un vêtement plus chaud et/ou une veste technique

 

La capacité est donc suffisante, et c’est même une bonne incitation à considérer intelligement ce dont on a réellement besoin plutôt que fourrer tout un tas de choses inutiles dans un gros sac.

 

Léger mais fragile

Pendant de la légèreté de ce sac, il est relativement fragile. Les tissus utilisés sont, pour leur poids, relativement résistants à la tension, mais assez peu à l’abrasion, ce qui, malgré une excellent qualité de finition, peut s’avérer problématique dès la première chute.

 

Osprey Raptor 14 - Airscape mesh

La présence importante de mesh permet une bonne aération au prix d’une fragilité plus importante.

 

Après quelques mois de VTT, j’ai deux petits soucis. Le premier se situe au niveau de la bretelle droite. Le tissu étant extrêmement fin et respirant à cet endroit (un simple filet en réalité), un bête rislan qui tient les câbles sous le tube diagonale de mon vélo a sans problème réussi à l’entailler au premier portage. Le second est un trou au niveau de la poche à outils, résultat d’une chute en DH. Le reste du sac est indemne, mis à part la poche interne du haut entaillée par une de mes fixations GoPro lors de cette chute.

Osprey communique fortemment sur sa garantie, qui, en lisant les petites lignes, n’a finalement rien d’exceptionnel.

 

Verdict

Disponible à un tarif plutôt élevé, l’Osprey Raptor 14 ne peux pas être pris en défaut au niveau de la qualité de la finition ou des matériaux utilisés, et les fonctionnalités qu’il présente sont de premier rang. Cela dit, on est bien en présence d’un sac léger qui malgré une très bonne conception ne supportera pas les chutes à répétition. Très aéré, couvert de mesh un peu partout, il n’est clairement pas conçu pour être malmené.

 

Osprey Raptor 14

Le prix est élevé, mais la qualité au rendez-vous pour ce modèle de chez Osprey.

 

Malgré un faible volume, les poches extensibles permettent de loger plus d’équipement qu’il n’y parait au premier abord : je parviens par exemple à y caser en hiver pelle et sonde sans problème. Cela dit, 14L semble quand même la taille minimum pour passer une journée tranquille en montagne, et les autres tailles disponibles sont certainement plus adaptées à des sorties de quelques heures. On est en tous cas en présence d’un sac « organisé » contrairement à des modèles « fourre-tout » comme le Talon de la même marque.

Au final c’est donc un excellent sac sur le plan fonctionnel, auquel on ne peut faire que de rares reproches. L’essentiel est présent pour garantir un ride sans anicroche et transporter tout le nécesaire à une journée de VTT à portée de main tout en sachant se faire oublier mieux que n’importe quel sac que j’ai pu utiliser jusqu’à maintenant.

 

Consulter l’offre amazon : Osprey Raptor 14

 

Note : les liens en italique pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par Amazon, sans que le prix n’augmente pour vous. Merci si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Matériel, Tests, VTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.