five-ten-impact-low-vxi-2

Test longue durée – Five Ten Impact VXI : meilleures que les Impact Low ?

Leur vie a été longue et difficile. Imaginez, tel un fakir, passer des heures au contact de pointes métalliques qui n’ont pour seule envie que celle de pénétrer votre tendre surface. Mais elle ont tenu bon et ne m’ont jamais laissé tomber. Jusqu’à cette année. Enfin, l’année dernière, puisque nous sommes maintenant en 2017. Quatre ans de bons et loyaux services, jusqu’à ce qu’elles développent une fracture irréparable puis tombent en lambeaux. La déchirure fut profonde, aussi bien sur leur semelle que dans mon coeur, et c’est avec une immense tristesse que je dû trouver des remplaçantes à mes Five Ten Impact Low.

 

Five Ten Impact Low - Fin de vie

Il arrive un moment où recoller ne suffit plus. RIP !

 

Il se trouve que je lorgnais depuis un moment sur les Impact VXi. Comme on va le voir au fil de cet article, les promesses étaient grandes pour ces chaussures sorties en 2014 et qui devaient succéder à la légende. En effet, l’Impact est LA chaussure VTT emblématique de Five Ten, celle qui a fait sa réputation dans notre sport. Bien que la gamme se soit maintenant énormément développée, la 5-10 d’alors était reconnaissable à mille lieux, et possédait sans aucun doute les défauts de ses qualités. Mais pour les inconditionnels de la pédale plate, le grip qu’elles offraient était suffisant à effacer tous ses points faibles.

L’Impact VXi vient-elle succéder avec brio à la légende ? Réponse dans les lignes qui suivent…

 

Construction

La philosophie de l’Impact VXi est plutôt simple : itérer sur ce qui a fait le succès de l’Impact Low classique pour l’améliorer.

Le design de la semelle reste très proche, avec un dessin quasiment identique si ce n’est que le félin disparait et on trouve des points (nous n’irons quand même pas jusqu’à appeller ça des crampons) plus petits sur l’avant de la chaussure. Le composé « Stealth rubber » emblématique de Five Ten évolue sur la VXi et passe en version Mi6, tandis qu’il reste en S1 sur les déclinaisons actuelles d’Impact Low. Si mon article sur les mélanges de gomme des pneus VTT a déclenché en vous une passion pour les propriétés du caoutchouc, sa dureté ou son rebond, vous pouvez consulter sur leur site cette page, qui détaille celles utilisées par Five Ten.

 

Five Ten Impact VXi

A plus d’un égard, la VXi est fondamentalement différente de l’Impact Low.

 

L’évolution majeure concerne la construction de la chaussure. Adieu le rembourrage généreux de l’Impact historique, ici on est en présence d’un produit beaucoup plus léger, bien moins molletonné. L’apparence générale de la VXi suit cette tendance, avec des lignes moins volumineuses : la semelle est moins haute, la chaussure moins large, que ce soit sur l’avant ou près du talon, où ce volume réduit et l’absence de protubérance épargnera (peut-être) un peu vos bases.

On retrouve une coque en caoutchouc pour protéger les orteils à l’avant, et la présence de cuir sur presque toute la chaussure. Les lacets sont maintenant plats (les ronds avaient tendance à se défaire régulièrement sous un pantalon), et surtout la languette assez caractéristique (ou plutôt son absence) disparait, au profit d’un appendice plus classique. Celui-ci est également recouvert de cuir sur quasiment toute sa longueur, de quoi assurer une bonne étanchéité, qui faisait défaut à sa prédécésseur.

 

Poids

Un des principaux reproches formulés à l’égard de l’Impact Low était son poids. La « grosse chaussure » avait beau être aussi confortable qu’une chaussure de skate, trimballer une telle enclume sur des dizaines de kilomètres à raison d’un peu moins d’une centaine de tours par minute semblait être une hérésie.

Une paire d’Impact Low accusant près de 400g supplémentaires sur la balance, la cure de minceur imposée à ce nouveau modèle fait beaucoup de bien et se ressent immédiatement une fois la chaussure lacée. Assez pour avoir un impact (ah !) sur les performances au pédalage ? Peut-être, peut-être pas. Je n’ai pas vraiment fait de test concernant ce point. Quoi qu’il en soit, pour une utilisation all-mountain qui fait la part belle au portage, cette légèreté est fortement appréciable.

 

Grip

D’après Five Ten, la Mi6 est la gomme la plus tendre que propose la marque sur ses modèles destinés au VTT, avec une dureté de 52a contre 64a pour la S1. Mais qu’en est-il dans les faits ? L’impact VXi fournit-elle plus d’accroche que l’Impact traditionnelle ?

 

Five Ten Impact semelle

La différence n’est pas flagrante en photo, mais la semelle de l’Impact VXi est un peu plus étroite que celle de l’Impact Low.

 

Difficile de fournir une réponse tranchée, l’accroche fournie par les semelles S1 étant déjà excellente. Je n’ai pas remarqué d’amélioration notable en passant aux VXi une fois les premiers kilomètres (où la semelle est propre et accroche forcément mieux) avalés. Pire, j’ai perdu les pédales (!) deux fois en une seule sortie, ce qui n’était je crois jamais arrivé avec les Impact Low. Pour autant, le grip reste excellent, mais plus que la gomme utilisée sur la semelle extérieure de la chaussure, la conception générale de cette dernière est peut-être ce qui donne un léger avantage à l’Impact Low dans ce registre.

L’ancien modèle semble en effet constituer une plateforme plus stable que l’on sent ancrée sur les pédales, ressenti que je n’ai pas complètement retrouvé avec les VXi.

En ce qui concerne les évolutions pédestres, pas de différence notable entre les deux modèles au niveau accroche.

 

Rigidité

Bien qu’on ne recherche pas une semelle dure comme une plaque de carbone montée sur une chaussure pour pédales automatiques, un bon support est indispensable pour transmettre la puissance au pédalage et éviter au pied de se fatiguer inutilement.

 

Five Ten Impact VXi

Malgré un profil de la semelle bien plus fin que sur l’originale, l’Impact VXi conserve une rigidité équivalente à l’Impact Low.

 

L’Impact VXi se situe au niveau de l’ancien modèle. Plus légère est moins rembourrées, elles semblent plus rigides dans un premier temps, mais un test très scientifique de ma part consistant à appliquer une pression sur la semelle grâce à mes appendices digitaux me permet d’affirmer que l’on navigue dans les mêmes eux, à 20% près. Rien à voir en tous cas avec d’autres nouveaux modèles comme les Freeriders, beaucoup plus souples.

 

Protection

Voilà un critère super important ! Si comme moi vous avez déjà percuté à pleine vitesse des cailloux en vol de reconnaissance à basse altitude, vous bénissez la protections des orteils qu’on trouve sur les Impacts.

Bonne nouvelle avec la VXi, celle-ci se révèle bien plus rigide, et donc efficace, que sur l’Impact Low traditionnelle.

En revanche, la découpe de la chaussure plus prononcée au niveau de la malléole et le rembourrage quasiment inexistant à cet endroit donnent une sensation d’exposition bien plus importante que sur l’Impact Low.

C’est d’ailleurs un ressenti qui vaut pour toute la chaussure : les Impact Low sont de véritables tanks dans lesquels on sent ses pieds bien à l’abris, ce qui n’est pas le cas avec les VXi.

 

Confort

Vous l’aurez deviné, moins de rembourrage veut en générale dire moins de confort. C’est bien le cas avec la VXi, et il faudra attendre quelques sorties pour vraiment faire la chaussure à votre pied afin qu’elle s’assouplisse un peu, avant d’être vraiment bien dedans. Le maintien moins important, notamment au niveau de la cheville, est un autre facteur qui vous embêtera peut-être pendant les premières randos.

En revanche, la réduction drastique du volume de mousse dans la chaussure associée à une enveloppe externe bien plus résistante aux éléments permet d’éviter un problème assez désagréable que les possesseurs de l’Impact connaissent bien : une fois que l’eau a pénétré dans la chaussure, elle se transforme en éponge. Véritable fléau pour l’Impact Low, la VXi se révèle quant à elle agréable à utiliser même dans le mouillé, ne souffrant pas du même défaut.

 

Five Ten Impact VXi vs Impact Low

Le rembourrage est peu important sur la VXi alors que l’Impact Low est un véritable chausson.

 

Les sorties hivernales en dessous de 0°C ne posent pas problème non plus, bien que ce modèle plus récent régule moins bien la température à mon sens. Alors que l’absence de rembourrage devrait tenir moins chaud en été, et la protection externe conserver la chaleur en hiver, il s’avère que le manque d’aération piège la chaleur pendant les beaux jours, sans constituer une barrière très efficace contre le froid. On reste cependant dans des considérations à la portée réduite : les VXi, comme leurs ancêtres, s’avèrent agréables à porter quelle que soit la température, même dans la neige.

Enfin, la fameuse languette intégrée des Impact Low reste pour moi une solution plus efficace qu’une languette traditionnelle pour maintenir le pied, cette dernière partant systématiquement de travers sur les VXi après quelques tours de roue, sans toutefois que cela constitue un handicap.

La découpe au niveau de la cheville dont j’ai déjà parlé souffre d’un second problème, probablement renforcé par le rembourrage réduit. A pied, il est très courant de recevoir des gravillons à cet endroit lors de la marche. Bien que ce soit un point faible courant pour les chaussures basses, le phénomène est bien plus important que sur les Impact classiques et peut se révéler pénalisant sur certains terrains lors de portages/poussages longs.

En ce qui concerne les tailles, pas de surprise : pas de différence entre mes deux modèles en 46.

Un dernier mot vis à vis de la semelle intérieure : plus travaillée que sur l’Impact Low, elle remonte pour supporter l’intérieur de l’arche du pied. Très déconcertant au début et source de quelques inconforts (d’autant plus que j’ai une arche peu prononcée), ce petit problème a semble t-il disparu naturellement au fil du temps.

 

Longévité

Les retours sur les premières séries de ce modèle sont plutôt inquiétants concernant sa longévité. Le problème semble avoir été corrigé depuis, et je n’ai pour ma part rien à redire sur l’évolution dans le temps de ma paire après un peu plus de six mois, plusieurs centaines de kilomètres à vélo (ou sous le vélo), une petite dizaine de journées de DH, et un peu de rando légère.

 

Usure semelle Five Ten Impact VXi

Pas de problème d’usure précoce sur ma paire après six mois de ride.

 

Conclusion

Une chose est flagrante avec ce modèle de la gamme Five Ten qui se veut dans la lignée de l’Impact Low : plutôt qu’une mise à jour évolutive de la chaussure emblématique, nous sommes en présence d’un modèle assez différent, possédant une philosophie propre et un positionnement à part entière, ce qui est confirmé par le redéveloppement par la marque du modèle mythique, en parallèle à la VXi.

Si certains critiquaient l’Impact originale pour son embonpoint, ses tendances plus skate que VTT, force est de constater que ces relatives faiblesses pour une utilisation sur une bicyclette s’avèrent en fait être des avantages redoutables. La préférence d’un rideur emblématique de la pédale plate comme Sam Hill pour l’Impact Low (dont Five Ten propose un modèle signature éponyme conçu en collaboration avec le champion de DH) en dit long sur les capacités de ce modèle. N’oublions pas que lors du lancement de l’Impact VXi en 2014, la production des Impact Low avait cessé, avant d’être relancée et améliorée.

Point qui me permet de rebondir sur un sujet non négligeable : le prix. Si l’on trouve encore sur le marché des anciens modèles d’Impact Low à l’heure où j’écris ces lignes, ils vont rapidemment disparaitre au profit de la nouvelle collection. A moins de 90€, il ne faut pas tergiverser trop longtemps pour encore avoir une chance d’en acquérir une paire. Car les nouvelles Impact Low suivent les nouveaux tarifs Five Ten : comptez environ 130€, soit le même prix qu’une paire d’impact VXi.

Vous pouvez jeter un coup d’oeil à l’offre Amazon pour faire l’affaire du siècle, ou pas : Five Ten Impact.

 

Finalement, quel modèle préférer ?

Pour une utilisation trail ou all-mountain, l’Impact VXi se révèle excellente. Légère tout en offrant un niveau de protection supérieur à la plupart des autres modèles de la marque, elle correspond davantage à ce que l’on attend d’une chaussure destinée à pédaler des heures durant. Elle offre un très bon niveau de performance sur les critères qui ont fait la réputation de l’Impact, tout en se débarassant de ses inconvénients principaux.

En revanche, pour une utilisation très orientée gravity, comme en DH, l’Impact Low reste une référence absolue. Avec un niveau de protection complet et une sensation d’être cloué aux pédales dans des chaussures imposantes, ses quelques défauts et son poids sont vites oubliés, voir se transforment en avantage quand il s’agit de pointer le vélo vers le bas et détruire les chronos.

 

Note : les liens en italique pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous les utilisez pour faire votre achat, une commission m’est versée par Amazon, sans que le prix n’augmente pour vous. Merci si vous les utilisez, je m’offrirai une bière à l’issue de ma prochaine sortie !

 

Besoin d'aide pour choisir les meilleurs pneus ? Mon guide est là pour vous aider !

 

VTT-tout-savoir-pour-choisir-ses-pneus-400Dans ce guide gratuit d'une dizaine de pages, je vous explique comment déchiffrer l'offre actuelle et choisir les meilleurs pneus VTT pour votre pratique.

Gomme, carcasse ou encore dessin n'auront plus de secret pour vous, et une sélection des grands classiques du pneu de vélo de montagne vous permettra de partir sur des bases sûres !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Tests, VTT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.