Snowboards Clone Ind - Toltèque

Clone Ind : reportage sur les snowboards customs ardéchois

Trouver l’atelier de Clone n’est pas une mince affaire. Il faut déjà s’enfoncer en ardèche, région dont la réputation n’est plus à faire quant à son isolement. Phil m’avait dit être situé « quartier Vernède ». De fait, s’il y a bien un panneau pour l’indiquer, ce « quartier » se révèle être constitué d’une route à voie unique qui débouche sur quelques anciennes bâtisses.

Signe de l’alignement des étoiles, nous arrivons au même moment. Une fois les présentations faites, il est temps de se glisser derrière la bâche qui tente tant bien que mal de conserver un peu de chaleur à l’intérieur pour découvrir l’atelier. On peut alors se plonger dans l’univers Clone.

 

Les débuts de Clone

Clone Ind snowboard customL’histoire de Phil est des plus insolites. Du genre qu’on ne fait plus, emblématique d’une époque révolue qui a propulsé le snowboard vers de nouveaux horizons : celle où tout était à faire, et où quelques passionnés sont partis de zéro pour inventer les planches d’aujourd’hui.

Shaper des boards, il a commencé avant même de savoir faire ses premiers virages, à Molines, dans le Queyras. « J’ai commencé quand le snow est arrivé en France. A ce moment là, des planches tu en voyais, mais tu n’en trouvais pas. C’était l’époque où la plupart étaient fabriquées dans le garage. Donc j’en ai fabriqué une, et je suis allé l’essayer. Vu la pente qu’il y avait, je n’étais pas rassuré, donc au départ j’avais mis des vis en dessous pour me freiner… » Des débuts dont il sourit encore, mais qui vont rapidemment le voir évoluer d’un pas plus assuré sur la montagne.

« Au départ, j’avais mis des vis en dessous pour me freiner. »

Il arrête ensuite le shape un moment, quand les premiers produits arrivent sur le marché. Leur problème : la solidité. « A l’époque, les planches n’étaient pas encore très développées, il suffisait que tu aies un petit niveau pour facilement en casser. »

Phil se remet donc à fabriquer vers 20 ans, alors qu’il est dans le cursus du brevet d’état de ski alpin. Les planches disponibles sur le marché ne lui conviennent pas, il recherche quelque chose de beaucoup plus fluide. Il rencontre alors des riders comme Alexis Parmentier, premier champion du monde de slalom en 1993, et leur fait tester ses créations. Les retours sont déjà très positifs.

Quelques années plus tard il entre au club des sports de l’Alpe d’Huez. « Ils m’avaient pris parce que j’étais sympa, mais j’étais déjà trop vieux à 24 ans. Par contre c’était cool parce que je pouvais tester les produits ». Il s’engage donc en compétition, avec ses propres planches sous les pieds. « J’arrivais souvent à me classer dans les premiers en régionale, parfois aussi en national. C’est là que je me suis dit que ce que je shapais était performant. » Il part souvent non classé, avant de créer la surprise.

Il décide alors de créer une marque avec deux copains, Christophe et Olivier. Ils trouvent le nom de Clone Ind. « L’idée c’était de montrer qu’on pouvait cloner n’importe quel produit du marché, mais à l’unité. C’est bizarre, mais c’était le délire de l’époque. » Finalement, Phil continuera l’aventure seul. « Quelques mois avant le montage de la SARL, ils se sont fait embaucher par Salomon. »

 

La Toltèque, modèle emblématique de la marque

Clone Ind Toltèque LinAujourd’hui, Phil se concentre presque uniquement sur le sur-mesure. Son modèle emblématique de départ, c’est la Toltèque. Une planche destinée au freeride qui se veut polyvalente pour tackler toutes les conditions de neige. Un cambre classique, avec un peu de rocker à l’avant, pour faciliter la mise en virage mais garder de l’accroche sur les neiges difficiles. Des entrées de ligne semblables à un swallow, pour pouvoir quand même rentrer pied avant dans la poudre et déjauger un minimum.

« Avec toutes les planches que je fabrique, tu peux rider à Mach 10. »

Même s’il adore les swallows, Phil reconnait qu’en montagne il faut pouvoir rider switch par moments, dans certaines situations qui limitent la queue d’hirondelle, qui ne permet pas de faire marche arrière. Le sidecut de ses planches est aussi dépendant de leur taille. Il aime travailler avec un creux constant et laisser la rayon de courbe augmenter naturellement sur les planches plus longues. Ses modèles plus court sont donc un peu plus agiles alors que les plus longs sont plus à leur avantage dans les grandes courbes. Malgré tout, il nous l’assure, « Avec toutes les planches que je fabrique, tu peux rider à Mach 10 ».

La Toltèque c’est aussi forme particulière, reconnaissable de loin, avec des encoches sur chaque spatule. Une silouhette qui vient à l’origine d’une demande pour une board de kite. Mais n’allez pas croire que c’est uniquement par soucis esthétique ou pour se démarquer. Phil l’a validé après moult tests, en se rendant compte que le travail en torsion était intéressant.

S’il reconnait que ses planches sont très classiques sur certains aspects (mono-rayon entre 8 et 10 mètres, setback de 15mm, un peu de pintail), sa maitrise des matériaux et le temps considérable qu’il investit dans le perfectionnement de ses méthodes de fabrication en dit long sur le niveau de performance recherché et le degré de précision qu’il peut atteindre dans la personnalisation du comportement de chaque planche.

 

Une conception qui allie matériaux naturels et efficacité

Le shapeur ardéchois est connu dans le milieu pour son approche proche de la nature, ce qui l’a notamment poussé à passer à la fibre de lin pour remplacer la fibre de verre. Une base végétale, moins polluante. Mais aussi et surtout un matériau aux avantages qui s’inscrivent dans sa philosophie depuis le départ. Les fibres de lin ont un meilleur pouvoir amortissant, ce qui permet à la planche de rester collée au terrain. Pour lui qui déteste les boards bloquées en torsion, ce besoin de fluidité, de souplesse, ce travail sur les propriétés dynamiques d’une planche plutôt que la rigidité excessive est une vision qu’il possède depuis le départ et qui ne le lâche pas.

« Je déteste les boards bloquées en torsion. »

Cette approche n’est cependant pas la plus facile, notamment lorsque la planche est pressée. « Quand je fais des boards en lin, c’est plus compliqué. En fonction de la température, il travaille. Ca pose parfois problème sur les planches, par exemple celle que j’ai là-bas, plus il fait froid, plus elle devient concave. » Alors il ajuste son processus de fabrication, en fonction des informations remontées par le fournisseur, et, surtout, son expérience. Phil le dit lui-même, il fonctionne de manière empirique. Il fait, teste, regarde ce qui fonctionne et ce qui pose problème, avant de répéter le processus, jusqu’à ce qu’il obtienne le résultat désiré. « Il y a beaucoup de développement, je fais des choses à chaque fois nouvelles ou presque. »

Mais la demande pour les planches en lin reste faible. « Aujourd’hui, ce que les gens veulent, c’est du carbone. » Bien que sa préférence personnelle aille au lin pour ses propriétés dynamiques, il reconnait cependant que le carbone est plus facile à travailler. Quoi qu’il en soit, le shapeur ardéchois s’adapte constamment. Il travaille actuellement sur un splitboard en 4 parties qui mêle carbone, lin et fibre de verre.

 

Clone Ind - Fabrication splitboard - découpe noyau et semelle Clone Ind - Fabrication splitboard - Pose des carres Clone Ind - Fabrication splitboard - renforts fibre de verre et carbone Clone Ind - Fabrication splitboard - application de la résine Clone Ind - Fabrication splitboard - fibre de verre et lin Clone Ind - Fabrication splitboard - fibre de carbone

 

Il innove aussi au niveau des noyaux, en assemblant des lames très fines de bois différents, ce qui lui permet de tirer parti de chaque essence et faire le bon compromis entre poids et propriétés dynamiques. Des techniques utilisées par le passé pour construire bateaux et arcs. « Ce n’est que du bois de fil, tu arrives donc à un résultat très homogène en déformation. Alors que quand tu regardes les noyaux dans l’industrie, ce sont de multiples bouts de bois qui sont rajoutés les uns aux autres… »

On trouve aussi chez Clone des noyaux à la conception plus classique, découpés à partir d’une seule planche, mais avec encore une fois un petit plus au niveau du matériau utilisé. Sur ses splitboards, il utilise des planches faites de balsa et de lin, dont la légèreté est tout simplement bluffante. Sur d’autres modèles, il peut avoir recours au bambou.

 

Du sur-mesure entièrement personnalisé, très gourmand en temps de développement

Les demandes qu’il reçoit sont le plus souvent très spécifiques et peuvent nécessiter plusieurs semaines de travail. « Je ne touche plus terre. J’ai fait énormément de recherche sur ce dont j’avais envie, mais aujourd’hui je ne fais plus que de la recherche sur ce que l’on me demande. J’aimerais bien faire de la recherche sur ce dont j’ai envie, mais je n’ai plus le temps. »

Pourtant, le shape de skis et snowboards n’est pas sa seule activité. Un choix pragmatique vis à vis de l’état du marché, mais pas uniquement : « Ce n’est pas que je ne veuille pas, mais tu ne peux pas tourner avec un seul produit, c’est trop aléatoire. Cet hiver a été bon, les commandes ont commencé au mois d’octobre, alors que l’an dernier elles ont commencé au mois de janvier. Il y a aussi des années où tu es plus pris, donc tu communiques moins, et tu as moins de commandes. »

 

Clone Ind Toltèque

 

Lui qui fait également des spectacles et travaux sur corde a développé une sellette pour améliorer le confort durant ces activités. En été, il jongle entre fabrication des sellettes et le travail en extérieur. « C’est mon équilibre. Mon équilibre n’est pas de rester enfermé en atelier. Quand tu commences à fabriquer cinq à six planches d’affilé, c’est dur. »

« Si j’étais capable de fabriquer des boards en une semaine, je n’arrêterais pas d’en sortir. »

Le temps de développement est aussi un frein pour certains acheteurs. « Si j’étais capable de fabriquer des boards en une semaine, je n’arrêterais pas d’en sortir. Beaucoup veulent une planche sur-mesure, mais tout de suite. Une planche classique, quand tout est calé, en deux jours elle est faite. Mais en sur-mesure, il y a facilement un mois de délai. Tout ce que j’ai eu à faire cette année était compliqué. Dès que tu avances sur un point, tu trouves de nouvelles choses à résoudre. »

Le prix de ce travail acharné ? Environ 900 à 1700 euros pour une planche sur mesure, selon la demande et le niveau de personnalisation. Ses planches sont garanties 3 ans, mais il est extrêmement confiant sur la durée de vie de ses produits. « Quand la planche est ridée les premières fois et qu’elle tient, c’est bon. Je connais des planches qui ont plus de dix ans et qui sont toujours utilisées. Je pense que c’est le noyau qui fait le tout. »

 

Clone Ind Papaver carbone vernis mat

 

Outre les considérations techniques, l’apparence des planches est également au coeur du travail de Clone. Vernis mat, bois apparent sous la semelle, motifs parfois réalisés en collaboration avec d’autres artistes : il répond présent quelle que soit la demande. Encore une fois, un tel degré de personnalisation le pousse sans cesse à innover et expérimenter de nouveaux processus de fabrication pour obtenir un résultat parfait qui corresponde exactement à l’attente de ses clients.

En plus de son activité purement sur-mesure, Phil travaille aussi en collaboration avec des petites marques comme Akonite pour produire des séries limitées. Ce fut notamment le cas pour cette série de douze modèles produite avec l’artiste Xavier Veilhan. « Sur ces skis, tu as un noyau en frêne et red cedar, les chants sont en acacia, les spatules en liège, et tu as de la fibre de cellulose à l’intérieur. C’est un ski entièrement naturel, mis à part la semelle, la résine et les carres. » Xavier a ensuite pris les douze paires de skis, les a mis à plat, et a lancé un mouvement pendulaire pour dessiner le motif à la peinture.

 

Un atelier de prototypage

Une phrase de son créateur résume finalement assez bien l’état d’esprit de Clone : « Ici, c’est un atelier de prototypage ». Bien qu’il soit équipé d’une machine de gravure et découpe à commande numérique pour gagner en précision et en rapidité, tout ou presque est fait à la main. Le pressage, sous vide, est effectué avec les moules maison en bois.

 

 

Les possibilités de développement ne manquent pas, mais elles sont compliquées à mettre en oeuvre. Le shapeur ardéchois aimerait pouvoir mettre quelques planches en dépôt en station. Mais la compétition avec les grosses marques est rude et le budget d’entrée conséquent.

Clone vend également les matériaux pour que chacun puisse fabriquer sa propre planche. S’il a déjà reçu des demandes pour faire de la formation, il lui est pour le moment difficile de proposer un format accessible sur le plan tarifaire, et la place manque dans l’atelier pour une telle activité.

 

Le mot de la fin

Quand on parle de snowboards artisanaux, il y a ceux qui créent leurs propres modèles avant de sous-traiter une partie de leur production pour être en mesure de répondre à la demande avec des volumes plus importants, et ceux qui réalisent encore chaque planche de bout en bout « in-house ». Clone fait partie de cette deuxième catégorie. Fidèle à sa philosophie, Phil est un passionné qui n’hésite pas à sans cesse tester de nouvelles choses pour satisfaire les demandes qu’on lui adresse, des matériaux à la personnalisation de chaque cote, aux graphismes du deck ou de la semelle.

Les modèles qu’il produit sont magnifiques, j’avoue avoir été séduit par le rendu du vernis mat sur la Gignoux carbone ou les reflets à la lumière de la Toltèque au top sheet en fibre de lin. Si d’autres me parlent moins, on ne peut s’empêcher de remarquer leur caractère unique et la qualité du travail réalisé pour obtenir ces résultats, comme cet autre modèle aux caractères japonais découpés et incrustés avec précision dans la semelle.

Discuter avec Phil est en tous cas un réel plaisir, merci à lui de m’avoir accueilli dans son atelier pour ces quelques heures passionnantes et riches en enseignements !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :
Posted in Snowboard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.