Podcasts

Glisse Alpine en podcasts

« Hey mais ça fait quinze jours que tu n’as pas publié d’article, tu t’es perdu en montagne ? »

Non, pas exactement. J’ai surtout travaillé sur deux projets vidéo. Le premier traine dans mes cartons depuis plusieurs mois et a été repris de zéro à deux reprises. J’en reparlerai quand il sera achevé. Aujourd’hui, c’est le moment de mettre au jour le second projet : le lancement d’une série de podcasts.

Lire la suite…

encodage-fp

Encodage vidéo : ce qu’il faut savoir pour exporter vos montages sans perte de qualité

Aujourd’hui, petit point technique sur l’encodage vidéo, c’est à dire l’étape finale pour créer un rendu une fois votre montage terminé. La question est souvent posée, à raison, car aussi bon soit votre montage, mal l’encoder peut totalement ruiner la qualité de l’image et mettre à mal autant votre long travail que l’investissement dans du matériel performant.

Selon le logiciel de montage utilisé, vous allez avoir accès à des options différentes ou présentées différemment. Elles peuvent être proposées sous forme de preset, totalement paramétrables ou pas. Vous devriez cependant retrouver les éléments décrits ci-dessous.

Lire la suite…

prodad-respeedr-fp

Test de ProDAD ReSpeedr : une alternative viable à Twixtor ?

Suite à mon article sur Mercalli, j’ai été contacté par ProDAD, qui m’a envoyé une review copy de ReSpeedr, leur solution slow-motion (ralenti). J’ai donc accepté de tester le produit, bien curieux de découvrir comment il se comportait face à d’autres softs que j’avais pu essayer par le passé, notamment Twixtor, référence bien installée en la matière.

Lire la suite…

thumbnail-mercalli-comp-01

Stabilisation vidéo en post-production : ProDAD Mercalli 4 SAL+

Après mon article d’opinion sur la stabilisation vidéo embarquée dans les action cams, je me suis dit que j’avais peut-être peint un tableau un peu noir de la situation. Bien que je sois toujours assez dubitatif sur la qualité de la stabilisation électronique sur les caméras, l’utilisation de différents programmes en post-production est un bon moyen de corriger les tremblements résultants d’un plan filmé à main levée. Même si le résultat ne sera jamais complètement à la hauteur d’une caméra stabilisée physiquement, des progrès énormes ont été fait en quelques années, notamment pour corriger les effets indésirables que je décrivais dans mon précédent article, comme le warping.

Parmi les outils les plus connus, le warp stabilizer intégré à la suite Adobe, le plugin Deshaker pour VirtualDub, mais aussi Mercalli de ProDAD, dont je vais vous présenter la dernière mouture aujourd’hui.

Lire la suite…

opinion-stabilisation-action-cams-fp

Opinion : la stabilisation sur les action cams est-elle souhaitable ?

Depuis un bon moment maintenant, la stabilisation de l’image s’est invitée sur certaines action cams (ou caméras embarquées), notamment du côté de Sony. Feature incontournable pour certains, gadget pour d’autres, qu’en est-il vraiment et qu’en penser ?

Plutôt hostile à l’idée depuis plusieurs années, l’engouement que j’ai récemment pu lire pour cette technologie au détour d’un article de blog m’a fait réfléchir à nouveau sur son intérêt, rechercher des exemples récents de ses performances, et visionner ce que ses partisans mettent en avant pour expliquer ce qui est parfois présenté comme un facteur décisif dans le choix de leur actuelle ou prochaine action cam.

C’est après tout l’un des avantages du blogging : se poser le temps d’un article pour redécouvrir en profondeur un sujet sur lequel on a statué depuis si longtemps qu’on serait dès lors incapable d’expliquer précisément ce qui nous pousse à penser noir ou blanc. Ou gris. Foncé. Bref, sans aller si loin, c’est l’occasion de restructurer un peu sa pensée, ré-examiner l’état du marché et/ou de la technologie, et s’interroger sur la validité de l’opinion formulée jusqu’alors.

Lire la suite…

perche gopro

Quelle perche choisir pour sa GoPro et comment la fabriquer pour 5€

On les voit fleurir sur les pistes, mais quel est le meilleur choix en matière de perche pour GoPro ? Quel prix faut-il mettre pour avoir une perche de qualité ? Est-ce qu’on peut fabriquer sa perche soi-même, à quel coût, et comment ? C’est ce que nous allons voir dans cet article qui vous permettra d’y voir un peu plus clair et de fabriquer votre propre perche.
 

Pourquoi une perche ?

Si vous êtes snowboarder, vous avez dû vous rendre compte que filmer vos exploits à la première personne n’est pas très facile. Contrairement aux skieurs, il est impossible d’utiliser le chesty (le harnais qui permet de fixer la caméra sur la poitrine) car on filmerait alors le bord de piste. Il reste la possibilité de la fixer sur le casque, mais cette option n’est viable pour moi que si la pente est très forte, par exemple en hors-piste. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un plan à la première personne doit comporter des points de référence pour être agréable à regarder.

Vous allez sans doute me demander ce que j’entends par « point de référence ». C’est tout simplement un élément qui appartient au sujet, et qui vient replacer le spectateur dans le contexte de la scène. Ca peut être un élément matériel, par exemple le guidon de votre VTT, sa roue arrière si vous fixez la caméra sur le cadre, vos skis, ou une partie de votre corps : vos jambes, vos bras, etc…

Si l’on revient à notre fixation sur le casque, à moins que votre regard porte vers le bas, il y a peu de chance qu’on voit votre planche, car la caméra est montée trop haut sur votre corps. Si vous l’inclinez trop vers le bas, on ne voit plus devant vous : ce n’est pas la bonne solution non plus.

La perche est donc votre meilleur allié pour filmer la plupart de vos plans en snowboard.

Lire la suite…

neige-grise-une-01

Monter ses vidéos de sports d’hiver : adieu la neige grise !

Note : dans cet article, j’utilise Adobe Premiere, mais les principes énoncés peuvent s’appliquer à d’autres outils.

Vous avez passé une bonne semaine à la montagne et vous revenez chez vous la tête pleine de souvenirs, votre GoPro pleine de vidéos. Vous avez accumulé les jours blancs, mais ça vous a donné l’occasion de tracer dans la peuf pendant des heures et filmer de superbes séquences. En les visionnant, c’est le drame : vous avez fait des plans d’enfer, mais un voile grisâtre rend l’image terne et peu attrayante. Nous allons voir ensemble comment remédier à ce problème en post-production pour que vos vidéos retrouvent des couleurs.

 

L’origine du problème

Une vidéo, c’est un ensemble de photos mises bout à bout. Donc comme sur un appareil photo, votre caméra va exposer chaque frame (ou image) en agissant sur différents paramètres, afin de s’adapter à la lumière de la scène. Si l’image est trop sombre (les ombres sont trop présentes), on dit qu’elle est sous-exposée : le capteur n’a pas reçu assez de lumière. Si elle est trop claire (les blancs sont « brûlés »), on dit qu’elle est sur-exposée : la capteur a reçu trop de lumière. Une exposition parfaite permet de représenter la scène comme nous la perçevons, en préservant les détails aussi bien dans les zones sombres que dans les zones très éclairées. On peut donc dire que le capteur de votre appareil photo ou de votre caméra s’adapte, comme le font vos yeux quand vous sortez de chez vous.

Lire la suite…

camera-893251_1280

Pourquoi je filme en 4:3 avec ma GoPro

Il existe un grand nombre de formats vidéo et de formats d’image. Actuellement, celui le plus couramment utilisé est incontestablement le 16:9. C’est pour cela que les action cams comme la GoPro mettent l’accent sur celui-ci. Cependant, la GoPro embarque un capteur 4:3 et permet de filmer dans ce mode, ce qui est extrêmement intéressant pour un usage en vidéo sportive, comme nous allons le voir.

Lire la suite…